Strasbourg

Strasbourg

Strasbourg, la capitale de l’Europe, est depuis des siècles un grand carrefour historique.
Marquée par une histoire riche et tourmentée, son patrimoine architectural témoigne des diverses influences qui ont marqué son passé.

Son noyau historique s’étend sur l’île formée par les deux bras de l’Ill, ce qui lui valut son nom original, Argentoratum (cité de la rivière).
Ce n’est qu’au VIe siècle, lorsque la ville fut intégrée à l’empire germanique, que son nom se mua en Straßburg pour évoquer son emplacement stratégique au carrefour des routes (Straße = route en allemand).
Lors de l’annexion à l’empire français, le nom évolua en Strasbourg.

Visiter Strasbourg ne doit pas se résumer à courir d’un site « incontournable » à l’autre, au risque de passer à côté de ce qui rend cette ville si attachante.
Nous vous proposons de vous emmener à la découverte de 1000 ans d’histoire, au travers de 6 circuits, balisés par l’Office du Tourisme de la ville, avant de vous révéler quelques uns des trésors cachés de la « ville des routes ».

Cliquez sur le titre du circuit pour accéder à son descriptif complet

 

1. Strasbourg Médiéval

 

strasbourg : les ponts couvertsAu Moyen-Age, Strasbourg est une ville moyenne et prospère, fortement marquée par le christianisme. Sa situation géographique privilégiée la met en contact avec des artisans et des commerçants qui apportent leur savoir faire et leurs produits. Le commerce explique la richesse de la ville.
Son système de défense compte 28 tours et 11 portes ; 5 églises paroissiales, de nombreux couvents, de beaux hôtels patriciens témoignent de l’opulence de cette ville qui pourra même s’offrir une cathédrale dont la renommée s’étendra rapidement à toute l’Europe.
Le centre-ville n’a subi que peu d’altérations depuis cette époque : le réseau des rues, des places, et des impasses est celui du Moyen-Âge, bien que la plus grande partie de l’habitat urbain médiéval ait disparu.

 

2. Strasbourg et la Renaissance

 

0_strasbourg_renaissance_maison_des_tanneursAprès le Moyen-Âge et l’emprise parfois abusive de l’Eglise Catholique, les sociétés européennes éprouvent un immense besoin de changement.
Strasbourg se placera très tôt dans le peloton de tête des novateurs : les imprimeurs strasbourgeois éditeront en grand nombre les écrits de Luther dès 1519 et Martin Bucer, grand réformateur de la ville de Strasbourg, y sera accueilli en 1523. Strasbourg sera considérée comme l’une des capitales de la Réforme de 1525 à 1550.
Mais ce n’est que dans la seconde moitié du XVIe siècle que Strasbourg change de physionomie, le style Renaissance n’étant introduit que lentement dans la cité. Mais il subsiste aujourd’hui de très beaux spécimens de cette époque que nous vous proposons de découvrir au travers de ce circuit.

 

3. Strasbourg et le XVIIIe siècle

Strasbourg XVIIIe : le Palais RohanLe XVIIIe siècle est une période de mutation pour Strasbourg.
Après avoir été contrainte de passer dans le giron français (en septembre 1681), la ville se laissera peu à peu imprégner par la culture et le mode de vie à la française. La venue du prince-évêque Armand Gaston Maximilien de Rohan aura une influence décisive : le palais épiscopal qu’il fera construire à Strasbourg servira de modèle aux architectes locaux. Mais ce sera un modèle à deux facettes, comme nous l’expliquent les « Balades Strasbourgeoises » : tandis que les hôtels nobles (autour de la place Broglie) et quelques demeures retiennent le style Régence et le classicisme dépouillé de ses façades, les autres maisons, celles du grand bourgeois ou du petit artisan, penchent quant à elles vers un rococo fort riche mais sans excès, qui tire son inspiration du décor des lambris des Grands Appartements du Palais Rohan.

 

4. Strasbourg Romantique (1800-1870)

Strasbourg romantique : place kléberÀ la fin du XVIIIe siècle, Strasbourg n’a pas changé de visage et reste engoncée dans ses murailles.
Mais l’avènement au pouvoir de Napoléon marquera les premières années du XIXe siècle : la ville retrouvera son rôle de carrefour européen et connaîrat dès 1809 une belle croissance économique.
Cette prospérité permet à Strasbourg de relancer science et art, de se développer et de se moderniser. La municipalité va mener une remarquable politique de constructions d’écoles primaires. La technologie fait désormais son entrée et le développement des communications de masse, grâce au train notamment, va favoriser la croissance du tourisme.
Malgré toutes ces transformations, Strasbourg reste une ville provinciale dont les murs n’ont plus bougé depuis la fin du XVIIe siècle.

 

5. Strasbourg Impérial (1870-1918)

strasbourg_imperial : Palais du Rhin Entre 1871 et 1918, durant la période du rattachement de l’Alsace à l’Allemagne, Strasbourg, devenue capitale du Reichsland d’Alsace-Lorraine, va changer entièrement de visage et de dimension.
La Neustadt – la nouvelle ville – se construit au nord de la ville ancienne, autour d’espaces publics et d’édifices monumentaux. Ce vaste plan d’urbanisme d’une ampleur sans précédent – il totalise près de 10 000 nouveaux édifices – a triplé la surface de la ville. Un soin tout particulier fut apporté à sa conception et à sa réalisation afin d’en faire une vitrine de la puissance, du prestige et de la modernité de l’Empire allemand. En outre, des avancées techniques considérables furent mises en oeuvre, telles que l’eau courante, le tout-à-l’égout, le gaz de ville ou encore l’électricité.

Cette extension s’inscrit dans la longue histoire urbaine de Strasbourg grâce à la qualité de ses articulations avec la ville ancienne.
Aujourd’hui, elle représente un exemple unique en Europe de l’urbanisme de la fin du XIXe siècle et offre un panorama des influences architecturales européennes.

 

6. Strasbourg Moderne et contemporain

 

Compétences

Posté le

22 mars 2014

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *