Monaco

Monaco

La Principauté de Monaco, petit état indépendant de 192 hectares, est synonyme de prestige, de magnificence et de rêve, attirant tous ceux qui aiment le luxe.
Avec de nombreuses boutiques de mode, des grosses voitures rutilantes sur les parkings, des hôtels de luxe et des grands palaces à renommée mondiale, des restaurants chics, le casino pour faire des folies, des clubs selects où l’on dépense sans compter,…
Monaco n’est pas une destination pour petits budgets.
Monaco : une ville totalement urbanisée

 

 

Monaco n’est pas non plus faite pour les amateurs de grands espaces : son minuscule territoire est entièrement urbanisé et cherche à gagner sur la mer…
Monaco : une ville totalement urbanisée

 

 

 

Ce développement immobilier est imputable au prince Rainier III, qui régna de 1949 jusqu’à sa mort en 2005 : il développera le territoire vers le haut par des gratte-ciel et vers le large en gagnant 45 hectares sur la mer.

C’est lui qui a fait de la principauté une réussite commerciale.
monaco : des escaliers partout

 

La marche à pied reste le meilleur moyen de visiter la Principauté, et vu sa taille réduite, il ne sera pas très difficile d’en faire le tour en une journée. Mais attention : ça grimpe !
Bien sûr, des ascenseurs publics facilitent les déplacements mais il faut avoir un bon plan de la ville en main et bien connaitre les lieux pour en tirer le meilleur parti; ce ne fut évidemment pas notre cas …

Monaco - Le port Hercule

 

Monaco est divisé en quartiers, Monte-Carlo étant le plus célèbre d’entre eux.
Il a été baptisé ainsi (Monte-Carlo = Mont Charles) en l’honneur du prince Charles III qui, en quête de ressources financières, autorisera l’ouverture d’un casino en 1856.
Nous contournons le port Hercule pour nous y rendre.
Monaco - hôtel Hermitage

 

Nous passons devant le célèbre
Hôtel Hermitage.
« Surplombant la Méditerranée, l’Hôtel Hermitage cultive l’élégance à son zénith. Né avec le siècle, ce palace historique distille une atmosphère intime et détendue où la sérénité se réinvente à chaque lever de soleil » (lu sur le site de l’hôtel)
Monaco - hôtel Hermitage

 

 

« Insouciance, art de vivre, raffinement, tel était l’esprit de la Belle Epoque. Un siècle plus tard, ce même esprit se retrouve dans le hall signé Eiffel, les salons feutrés et l’intimité de chaque chambre et suite de l’Hôtel Hermitage Monte-Carlo, qui se révèle être une bulle de douceur » : rien qu’à voir le raffinement des peintures de la façade, nous pouvons les croire sur parole !
Monaco - Hôtel de Paris

Après l’Hermitage, au luxe discret, nous voici devant une véritable institution, au luxe beaucoup plus ostentatoire :
l’Hôtel de Paris.
« Il est des palaces d’exception qui cessent un jour d’être une adresse pour devenir une légende. L’Hôtel de Paris Monaco est l’un d’eux. Construit en 1864 avec l’ambition d’offrir le meilleur de l’époque, l’Hôtel de Paris continue de symboliser cette même excellence dans l’art d’accueillir. »
L’hôtel propose plusieurs restaurants, dont le « Louis XV » du grand chef cuisinier Alain Ducasse.
Monaco - le Casino de Monte-Carlo

Après s’être bien sustentés, les clients n’ont que quelques mètres à franchir pour pouvoir se distraire au célèbre Casino de Monte-Carlo : conçu en 1863 par l’architecte Charles Garnier (qui est aussi à l’origine du mythique Opéra de Paris), il est devenu l’emblème de la ville et l’un des temples de jeux les plus célèbres au monde.
Monaco - le Casino de Monte-Carlo

Monte-Carlo n’est rien sans son Casino.

 

Certes, le jeu est un vice mais un un vice très rentable ! Alors sous couvert d’un séjour touristique, le jeu ne deviendrait-il pas plus acceptable ? Voilà l’idée géniale de Charles III! Le Casino était né.
En 1863, l’arrivée de François Blanc, l’administrateur de la Société des bains de mer accéléra le mouvement.
Monaco - le casino de Monte-Carlo
Cet édifice légendaire n’est pas une simple salle de jeux. Le décor est digne d’un palais avec ses tentures et dorures, ses fresques, ses sculptures et ses bas reliefs . L’atrium est un chef-d’œuvre baroque, en marbre et en or, entouré de colonnes en onyx. Les salles de jeux sont ornées de vitraux et de peintures allégoriques. Ce cadre luxueux et superficiel, idéal pour les mondanités et le jeu, a transformé le pari du prince et du financier en un succès commercial retentissant.
Le casino est entouré de magnifiques jardins et d’une immense terrasse donnant sur la mer.
Monaco - Eglise Sainte-Devote
Après le luxe de Monte-Carlo, nous voilà à La Condamine, le quartier commerçant de la principauté de Monaco, situé derrière le port Hercule. Ce quartier est célèbre pour être le lieu de départ et d’arrivée du Grand Prix automobile de Monaco.
Il abrite l’église Sainte-Dévote du XVIIIe siècle. Sur la façade, on peut lire :
« La chapelle de Sainte Devote, fondée dès les premiers temps du Christianisme sur la tombe de la martyre, patronne de la Principauté, appartint depuis le XIe siècle jusqu’en 1793 à l’abbaye de Saint-Pons près de Nice.
Restaurée et agrandie par le prince Charles III, elle fut inaugurée à nouveau solennellement le 26 janvier 1871 et devint église paroissiale le 15 mars 1887 »

Sainte Devote, patronne de la Principauté

Monaco - Eglise sainte Devote Sainte Devote est la Sainte Patronne du Diocèse de Monaco, mais également celle de la Famille Princière Sur le site qui lui est dédié, on peut lire : « Le culte de Sainte Dévote demeure toujours fervent en Principauté de Monaco. Son culte, lié à Monaco et à ses Princes, se retrouve officiellement dans chaque église de la Principauté et sur des monnaies. C’est l’âme protectrice de l’identité monégasque, dont les reliques ont été implorées dans les joies et les peines ».

Monaco - Eglise sainte Devote

 

 

L’autel de marbre polychrome orné sur le devant du blason des Grimaldi a été fourni par le prince Antoine Ier. Monaco - Eglise sainte Devote

 

 

Cet orgue a été offert par la communauté italienne de la Principauté au Couple Princier, Albert II et Charlène Wittstock, à l’occasion de leur mariage en juillet 2011.

 

Remarquez à gauche les armoiries de Monaco, à droite l’emblème de la république Italienne, et au milieu les initiales des mariés

Monaco - le Rocher

Nous montons maintenant à l’assaut du « Rocher », centre historique de la Principauté, ramassé derrière ses remparts autour du Palais et de la cathédrale. Il est constitué presque entièrement de rues piétonnes et de vieilles demeures pleines de charme.

Le palais, est la résidence officielle des princes de Monaco depuis 700 ans.
Monaco - le Palais princier

 

Nous arrivons de La Condamine en passant par une série de portes des 16 e, 17 e et 18 e s, via la Rampe Major.
De la forteresse Génoise du 13e siècle, il reste trois tours à créneaux bien visibles depuis la place. Mais le palais n’a cessé d’être remanié depuis la fin du Moyen-âge. Les plus belles réalisations sont la Galerie d’Hercule avec ses peintures, la Salle du Trône et la Cour d’Honneur avec un bel escalier du 17e siècle.

On doit à Rainier III et à son épouse Grace Kelly, la construction d’une nouvelle aile abritant leurs appartements, le musée des souvenirs napoléoniens et les archives du palais princier.
Les parties visitables sont ouvertes au grand public du mois de juin au mois de septembre de 9h30 à 18 heures et au mois d’octobre de 10 heures à 17 heures
Monaco - la place du Palais

 

Sur la place, remarquez le bâtiment qui fait face au Palais. Une plaque nous apprend que cette maison, consacrée pendant le XVIIIe siècle au logement des officiers de la garnison française, a été transformée en hôtel sous le règne de Charles III, puis fut affectée aux gardes d’honneur créés le 11 juin 1870. Depuis le 1er février 1904, elle sert de caserne aux carabiniers du Prince.
Monaco - vue depuis le Palais

 

 

Le Palais trône sur Monaco du haut des 60 mètres de son Rocher.
La place, où subsistent les canons de Louis XIV, est longée d’un côté par la promenade Sainte-Barbe, donnant sur le cap d’Aïl, et de l’autre, par un parapet crênelé dominant le port.

Comment est née la Principauté de Monaco?

monaco - François Grimaldi

La principauté de Monaco est née du conflit qui opposa les Guelfes et les Gibelins en Italie, à partir du XIIIe siècle. La statue en bronze, qui accueille le visiteur qui arrive au Palais, en rappelle les circonstances :

« Les Grimaldi, une des plus influentes familles guelfes de Gênes, avaient été chassés à deux reprises de leur ville par les Gibelins. En 1270, ils avaient déjà riposté en s’emparant de Vintimille, Menton et Roquebrune. Après la sédition de décembre 1295, les Guelfes, vaincus, se réfugièrent en Provence, où Rainier Grimaldi, qui semble alors à la tête de sa famille, commença à armer des navires contre Gênes.

Le 8 janvier 1297, François Grimaldi se rendait maître de la forteresse de Monaco . Dans son ouvrage « Monaco, ses Origines et son Histoire », Gustave Saige nous fait le récit, qui fait toujours autorité, de cet événement capital pour l’histoire de la Principauté : « Dans la nuit du 8 janvier 1297, un moine se présentait aux portes de Monaco : on le laissa passer sans méfiance; c’était François Grimaldi. A peine l’enceinte dépassée, le faux moine se jetait sur les gardes, vraisemblablement peu nombreux, et, à la faveur de la lutte, introduisait une nombreuse troupe guelfe qui le suivait, dissimulée dans la nuit, et qui s’empara des portes avant que les gardes aient pu être secourus ».

Par cette action, François Grimaldi venait de graver durablement le nom de sa famille sur les flancs du Rocher de Monaco. »

Monaco - le Palais océanographique

Le Musée Océanographique de Monaco est un musée entièrement consacré à la mer et aux océans. Il a été créé en 1906 par le prince Albert 1er de Monaco.
« De l’ornement des façades à celui des salles, tout dans l’architecture du Musée évoque le monde marin. Depuis son inauguration le 29 mars 1910, ce Temple de la Mer, dont 6.500 m2 sont ouverts au public, s’impose comme une référence au niveau international.
Culminant à 85 mètres au-dessus des flots, il propose une plongée éblouissante à la découverte de plus de 6000 spécimens et se présente comme un lieu d’échange et de culture, où se confrontent les expériences autour de la protection des océans, patrimoine commun de l’humanité. »
Monaco - les jardins Saint-Martin

L’Institut océanographique poursuit l’objectif du prince Albert Ier de faire « connaître, aimer et protéger les océans » en agissant en médiateur entre la communauté scientifique, les décideurs économiques et politiques et le grand public pour promouvoir la protection et la gestion durable des océans.
Nous retrouvons le Prince à l’entrée des jardins Saint-Martin qui jouxtent le Musée.
Monaco - jardins Saint-Martin

Ce sont les premiers jardins publics créés dans la Principauté, au début du 19e siècle au moment où la mode des jardins se développait sur la Riviera.

Ils sont suspendus à la paroi sud est du Rocher et proposent de belles promenades à travers de petits chemins serpentant au coeur d’une flore méditerranéenne luxuriante.
Monaco - jardins Saint-Martin

 

Très reposante, cette promenade était très appréciée par Guillaume Apollinaire en d’autres temps.
Nous aussi avons pris beaucoup de plaisir à déambuler dans ce havre de paix, admirant au passage quelques belles statues en bronze.
Monaco - jardins Saint-Martin

 

 

La plus connue de ces statues est celle d’Albert 1er bravant la tempête : elle a été érigée en 1951 en hommage au Prince navigateur.
Monaco - quartier de Fontvieille

Du haut du jardin, nous bénéficions d’une belle vue sur le quartier de Fontvieille, moderne et résidentiel, qui fut pris sur la mer.

Il accueille le nouveau port de plaisance de la Principauté et l’exposition de la collection de voitures anciennes du Prince Rainier III.
Le port de Fontvieille est réputé être un des mieux abrité de la région puisque protégé des vents d’Est par le Rocher et de la houle de sud et d’ouest par la grande digue qui assure la protection de tout le quartier de Fontvieille : le port abrite des yacht extrêmement luxueux.
Monaco - la Cathédrale

Depuis les jardins Saint-Martin, nos pas nous conduisent à la Cathédrale, construite en pierres blanches de La Turbie, sur l’emplacement d’une ancienne église du XIIIème siècle dédiée à Saint Nicolas.
La première pierre a été posée le 6 janvier 1875. Les travaux ont été achevés le 12 novembre 1903, mais elle n’a été consacrée qu’en 1911.

Cet édifice de style roman-byzantin abrite les sépultures des Princes défunts.

La Cathédrale : l'intérieur

Monaco - la Cathédrale

En 1956, le mariage religieux entre le prince Rainier III de Monaco et Grace Kelly e été célébré entre ces murs. 55 ans plus tard, en juillet 2011, leur fils le prince Albert de Monaco y épousera Charlène Wittstock.

Elle est l’église principale de l’archidiocèse de Monaco, et voit défiler toute l’année de très nombreux touristes, venus du monde entier. Monaco - la crypte princière dans la Cathédrale

C’est dans la cathédrale que reposent les princes de Monaco.

La crypte princière semi-circulaire se trouve dans la chapelle funéraire des Princes située dans le croisillon ouest. Les souverains y reposent depuis le XVIe siècle, même si cette crypte dans son état actuel date de 1889. Seuls les princes souverains peuvent y être inhumés, la princesse Grace étant, en 1982, la première princesse souveraine à recevoir cet honneur depuis sa construction

Monaco - Cathédrale et sainte Devote Une chapelle est dédiée à Sainte Dévote, patronne de la Famille Souveraine, de la Principauté et du Diocèse de Monaco : elle contient le reliquaire de la Sainte, l’autel qui lui est dédié et le Tabernacle de la première église paroissiale

Chaque année, le 27 janvier, la sainte est solennellement fêtée. La messe est célébrée dans la Cathédrale et, ensuite, une procession avec les Reliques parcourt les rues du Rocher avec trois arrêts pour la bénédiction du Palais, de la Ville et de la Mer. Monaco - Cathédrale retable de sainte Dévote

Ici, on voit sainte Dévote entourée de saint Georges et sainte Lucie : ce retable a été offert vers 1560-1570 par Isabelle Grimaldi, épouse du prince Honoré Ier. La donatrice est au pied de la sainte. Monaco - Cathédrale le retable de saint Nicolas

 

Le Retable de saint Nicolas, achevé pour le Grand Jubilé de l’an 1500 par le peintre Louis Bréa est le chef d’oeuvre de la Cathédrale !

 

Autour de la figure de saint Nicolas, on reconnaît les deux diacres martyrs saint Etienne et saint Laurent; l’archange saint Michel qui pèse les âmes pour l’éternité; sainte Marie-Madeleine.

Au registre supérieur, autour du Christ de Pitié, sont représentés l’Annonciation, saint Jean-Baptiste et sainte Anne.

Les bandes latérales présentent plusieurs personnages : sainte Dévote, sainte patronne de Monaco, sainte Claire, saint Bernard, sainte Barbe, sainte Julie, sainte Marguerite, saint Blaise et sainte Brigitte.

Monaco - les Grandes Orgues de la Cathédrale

Les Grandes Orgues placées sur la tribune au-dessus du narthex ont été réalisées par Jean-Loup Boisseau en 1976.

Les travaux de restructuration ont été confiés à la Manufacture d’orgues Thomas (Belgique) et après 2 ans de travaux Monaco dispose d’un instrument unique sur le plan architectural et musical. L’orgue dispose de 4 claviers, 79 jeux et 7 000 tuyaux à peu près. Pour sa réalisation on a utilisé les matériaux les plus nobles: sapin des Vosges pour les soufflets, érable pour la console, chêne pour la façade. De fine plaques de plexiglas dans la façade peuvent être éclairées de différentes manières pour interpréter visuellement la couleur sonore de l’instrument.

Monaco - Le Palais de Justice

Juste à côté de la Cathédrale, remarquez le Palais de Justice : il fut érigé au début de 1924 sur l’initiative personnelle du Prince Louis II et inauguré le 1er mai 1930. On utilisa pour sa construction le tuf marin, pierre grise et poreuse, dont sont faits les remparts de Monaco. Cette pierre englobe de nombreux petits cailloux et parfois des coquilles de mollusques.
Sa façade s’inspire des palais gothiques italiens. Elle est ornée du buste du Souverain Honoré II datant de 1568.
Le Palais de Justice ne se visite pas.
Monaco - villas somptueuses

 

Où que vous soyez, n’oubliez pas de lever les yeux pour admirer les somptuseuses demeures installées un peu partout.

Et si vous disposez encore d’un peu de temps, ne manquez pas le jardin botanique, le parc paysager de Fontvieille, le jardin japonais, la Roseraie Princesse Grace.

Cette ville n’est pas que strass et paillettes, ni yacht et casino. Avec ses 2 km², Monaco a beaucoup plus à offrir et vous serez étonné de savoir que ce petit bout de terre recèle un grand nombre de curiosités à part le Palais Princier et tout ce qui a attrait à la Principauté !

Retour

Compétences

Posté le

22 mai 2014

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *