Helsinki (Finlande)

Helsinki (Finlande)

Moins populaire que les autres capitales scandinaves, Helsinki (Helsingfors en suédois) nous a agréablement surpris.

Bâtie sur une presqu’île, tournée vers la Baltique, entourée d’un grand nombre d’îles, au coeur d’un territoire morcelé par les eaux, la plus importante ville de Finlande profite d’un cadre remarquable.
La ville bénéficie de nombreux espaces verts aménagés, de quelques lacs, et même d’espaces forestiers propices à de longues balades.
La nature est toujours à portée de main à Helsinki, qui se visite facilement à pied.

Il faut savoir que Helsinli est une destination assez chère, le coût de la vie y est élevé en général. C’est particulièrement vrai pour les hôtels au centre-ville qui pratiquent des tarifs que nous avons jugés excessifs. Aussi nous sommes-nous tournés vers une location chez l’habitant via Airbnb, située dans le quartier de Töölö.

Visite effectuée les 19 et 20 juin 2017

retour

 

Le circuit complet fait 13 km mais nous l’avons scindé en deux parties :
– le premier jour, nous sommes arrivés vers midi et avons consacré l’après-midi à la découverte des points 22 à 34, en commençant par le monument Sibelius, très proche de notre location.
– le deuxième jour nous avons exploré le reste du circuit le matin. L’après-midi, nous sommes allés visiter la forteresse de Suomenlinna (Sveaborg en suédois), un must pour tout visiteur d’Helsinki

 

Helsinki a été fondée sur l’embouchure de la Vantaa par Gustave Vasa (roi de Suède) en 1550 pour concurrencer Tallinn. Initialement située sur l’île Kuninkaankartanonsaari et les terres voisines de l’embouchure du fleuve, la ville a été transférée sur son site actuel en 1640.
La ville fut incendiée et occupée par les Russes en guerre contre les Suédois pendant la Grande guerre du Nord entre 1713 et 1721, et de nouveau en 1742.
Après la défaite de la Suède dans sa guerre contre la Russie de 1808-1809, la Finlande fut annexée à l’Empire russe, et devint un grand-duché autonome.

Le nouvel occupant favorisa la ville de Helsinki, plus proche de Saint-Pétersbourg que ne l’était Turku, la capitale finlandaise de l’époque (que les Russes trouvaient de toute façon trop proche géographiquement et sentimentalement de la Suède). Le 8 avril 1812, Helsinki fut donc proclamée nouvelle capitale.

La ville fut alors profondément remaniée afin qu’elle soit digne de son nouveau rôle.

Helsinki : place du Sénat(1) La place du Sénat date de cette époque.
Elle est l’oeuvre de deux hommes : Johan Albrecht Ehrenström et Carl Ludvig Engel.

Johan Albrecht Ehrenström, directeur du comité de reconstruction d’Helsinki, trace un plan d’urbanisme de style néoclassique. Il fait appel en 1816 au Berlinois Carl Ludwig Engel, déjà à l’oeuvre à Tallinn et à Saint-Pétersbourg.
En l’espace d’un quart de siècle, Engel dessinera les plans d’une trentaine de bâtiments publics et d’un grand nombre de demeures particulières à Helsinki et dans d’autres villes de Finlande.

Johan Albrecht Ehrenström souhaitait faire de la Place du Sénat le centre monumental d’Helsinki : elle présente la particularité de réunir les pouvoirs politique, religieux, scientifique et commercial comme nous allons le voir.

Au centre de la place vous pouvez admirer la statue d’Alexandre II, assassiné en 1881 par un groupe anarchiste.

Erigée en 1894, elle a été réalisée par Walter Runeberg (fils du célèbre écrivain Johan Ludvig Runeberg).
Alexandre II reste dans la mémoire des habitants d’Helsinki comme le « bon tsar » car c’est sous son règne que le duché de Finlande acquit une large autonomie.
Pendant la période de la russification de la Finlande, à partir de 1899, la statue devient le symbole de la résistance passive, avec les habitants d’Helsinki protestant contre les décrets de Nicolas II de Russie en déposant des fleurs au pied de la statue de son grand-père.

 

Helsinki : université(2) La place du Sénat est bordée sur un côté par le bâtiment principal de l’ancienne université de Finlande, transférée à Helsinki par décret du tsar après le grand incendie de Turku en 1827.

Fondée dès 1640, à Turku donc, sous le nom d’Académie royale d’Åbo (Kungliga Akademien i Åbo), avant de devenir université Alexandre du temps du grand-duché de Finlande, l’université d’Helsinki (en finnois, Helsingin yliopisto ; en suédois, Helsingfors universitet) est la principale et la plus ancienne université en Finlande.

À l’époque, la formation se poursuit en langue suédoise et en langue allemande. De nos jours, les langues employées pour l’enseignement sont le finnois et le suédois.

La façade présente la même structure que le palais du Gouverneur qui lui fait face, de l’autre côté de la place.
(voyez le point 5)

 

Helsinki : bibliothèque(3) La Bibliothèque nationale est la plus ancienne du pays, depuis le terrible incendie qui ravagea celle de Turku le 4 septembre 1827. Ses 40 000 livres, acquis pendant deux siècles, partirent en fumée. Seuls les 800 livres alors empruntés furent sauvés, ils se trouvent d’ailleurs à présent dans la collection dite « Aboiaca » de la Bibliothèque nationale.
Cette bibliothèque fut créée en 1845 dans l’aile nord de l’université, recevant comme collection de base les 6000 ouvrages de la bibliothèque du Sénat. La jeune bibliothèque se développa également grâce à des dons venus de Russie, notamment des collections privées de Saint-Pétersbourg ainsi que des universités impériales.

Son faste intérieur, avec notamment son plafond décoré de fresques, est à la mesure de sa splendide façade jaune, ornée d’une majestueuse colonnade corinthienne. C’est l’un des plus beaux ouvrages d’Engel, qui n’est cependant pas à l’origine de la rotonde.

Cliquez ici pour voir des photos de l'intérieur

Helsinki : bibliothèqueHelsinki : bibliothèque

 

 

 

La rotonde, magnifique tour semi-circulaire entièrement tapissée de livres, sera dessinée par l’architecte Gustaf Nyström. Opérationelle en 1903, elle permit d’agrandir considérablement les collections.

N’hésitez pas à pousser la porte de ce temple du savoir : vous pourrez admirer les lieux à votre guise, à condition bien sûr de respecter les autres usagers. Il vous sera simplement demandé, à l’entrée, de laisser sacs et manteaux au vestiaire, comme tout lecteur « normal ».

 

Helsinki : cathédrale(4) Le nord de la place est dominé par la très blanche cathédrale luthérienne (Tuomiokirkko), l’une des plus grandes cathédrales à coupole du monde, achevée en 1852 selon les plans d’Engel qui, mort en 1840, ne verra jamais son ouvrage achevé.

La cathédrale fut d’abord construite en l’honneur du tsar Nicolas 1er de Russie (1825 – 1855), le père d’Alexandre II.
Ainsi, jusqu’à ce que la Finlande prenne son indépendance par rapport à la Russie en 1917, l’édifice était connu sous le nom d’Eglise Saint Nicolas.

La cathédrale se veut symétrique selon les quatre points cardinaux, dont chaque façade est marquée par une colonnade. Engel avait prévu d’ajouter une colonnade supplémentaire côté ouest pour marquer l’entrée principale de la cathédrale, située face à l’autel, côté est. Mais celle-ci ne fut jamais réalisée.

 

A la mort d’Engel en 1940, on confia l’œuvre à Ernst Lohrmann qui l’acheva en 1852. Celui-ci apporta quelques modifications aux plans d’origine, dont les quatre petits dômes verts qui viennent asseoir la domination du dôme principal d’Engel. Ils établissent également une connexion claire avec la cathédrale qui a inspiré celle d’Helsinki, Saint-Isaac de Saint Petersbourg. Lohrmann érigea également deux clochers indépendants et des statues de zinc des Douze Apôtres choisies par Nicolas 1er sur les bordures des toits de la cathédrale. De taille imposante, ces statues sont visibles de loin.

Bien qu’elle soit l’une des attractions touristiques les plus populaires de la ville, l’accès à l’intérieur de la cathédrale reste gratuit.

Cliquez ici pour voir des photos de l'intérieur

Helsinki : cathédraleHelsinki : cathédraleBien qu’elle soit l’une des attractions touristiques les plus populaires de la ville, l’accès à l’intérieur de la cathédrale reste gratuit.

L’austérité qui accueille le visiteur, une fois la porte d’entrée franchie, a de quoi surprendre : hormis les dorures du retable et de l’orgue incurvé, seules les statues des réformateurs Luther et Melanchton ainsi que de Mikael Agricola (instigateur de la Réforme luthérienne en Finlande et père de la littérature finlandaise) viennent troubler sa symétrie immaculée. Le style très épuré de l’autel, qu’orne un tableau représentant l’ensevelissement du Christ, fait naître une impression de grandeur et de majesté.

A noter qu’il n’y a pas de séparation entre l’Église et l’État en Finlande : on y célèbre tant des offices religieux que des solennités parlementaires.
A visiter de préférence en semaine, le week-end étant souvent réservé aux célébrations.

 

Helsinki : palais du gouverneur

 

(5) Le palais du Gouverneur ((finnois : Valtioneuvoston linna, suédois : Statsrådsborgen) a été conçu par l’architecte Carl Ludvig Engel pour héberger le Sénat qui fonctionna de 1822 à 1918.

De nos jours, il abrite le Sénat et le ministère des Affaires étrangères. Le bureau du Premier ministre est situé au premier étage, à l’angle de l’Aleksanterinkatu.

La colonnade coiffant l’entrée principale cache l’un des plus beaux intérieurs de style Empire. L’endroit est malheureusement interdit au public.

 

Helsinki : place du Sénat
Au sud, la place du Sénat est bordée d’anciennes résidences de la bourgoisie marchande d’Helsinki.

Remarquez, tout à gauche de la photo, la jolie petite maison gris-bleu : c’est le bâtiment le plus ancien du cœur historique d’Helsinki, seule survivante du grand incendie de 1808. Elle a été bâtie pour le puissant homme d’affaires Sederholm. Elle fait désormais partie du musée de la ville (voir point suivant)

A sa droite (au N°20, avec les colonnes blanches), la maison Bock appelée aussi « Ancienne Mairie », a été construite en 1763 pour le commerçant Gustav Johan Bock.

Vous l’aurez remarqué : cette place présente une unité architecturale assez surprenante. Et pourtant, tous les bâtiments n’ont pas été dessinés par Engel. Par contre, les demeures furent réaménagées afin de s’intégrer harmonieusement dans l’ensemble tel que voulu par ses concepteurs.

 

Helsinki : musée municipal (kaupunginmuseo)(6) La maison Sederholm fait, depuis mai 2016, partie du Musée de la Ville d’Helsinki.

« Tout juste rénové, le Musée municipal d’Helsinki est plus qu’un musée : c’est la pièce à vivre commune de tous les helsinkiens comme des visiteurs de la capitale finlandaise, où chacun peut venir passer du temps, pratiquer des activités ou boire un café. Ouvert en plein cœur de la ville et donnant sur la place du Sénat, le Musée municipal se situe dans l’un des pâtés de maisons les plus anciens d’Helsinki dont il occupe la moitié de la surface, en ayant par ailleurs pour particularité de communiquer avec les appartements de fonction du maire d’Helsinki, accessibles en traversant une cour. Le musée se répartit sur cinq bâtiments différents datant des années 1750 à 1920 » nous dit le site « finland.fi » qui donne bien plus d’informations encore sur ce que vous pourrez y voir, et ce en français !

L’entrée est gratuite : alors pourquoi vous priver ?

 

Helsinki : cathédrale Ouspenski

 

(7) A la blancheur de la cathédrale luthérienne répond, sur l’île de Katajanokka voisine, la brique rouge de la cathédrale Ouspenski, la plus grande église orthodoxe d’Europe Occidentale.

Couronnée des traditionnels bulbes dorés, témoignage de la culture russe, la cathédrale fut construite de 1862 à 1868 sous les ordres du Tsar Alexandre II afin que la population russe conserve ses rites et traditions. Les plans sont de l’architecte A.M. Gornoschtaev. Elle est consacrée à la Dormition de Marie (Asomption de la Vierge).

 

L’intérieur est aussi richement décorée que la cathédrale luthérienne est sobre.
L’entrée est gratuite. Attention : elle est fermée le lundi !

Cliquez ici pour voir des photos de l'intérieur

Helsinki : cathédrale OuspenskiHelsinki : cathédrale Ouspenski Le sanctuaire abrite une merveilleuse iconostase dont la Cène et l’Ascension encadrées par les icônes des quatre évangélistes.

Peut-être serez-vous étonnés par l’absence de bancs, comme je l’ai été : la liturgie orthodoxe exige que l’on y reste debout. Les offices orthodoxes se tiennent le samedi à 18H et le dimanche à 20H, avec de très beaux chants que l’on écoute à la lueur des cierges.

 

Helsinki : palais présidentiel(8) Le Palais présidentiel occupe l’emplacement d’un ancien entrepôt à sel.

Au début du XIXe siècle, Johan Henrik Heidenstrauch, qui faisait partie de l’élite des marchands d’Helsinki, prit possession des lieux et se fit construire une résidence seigneuriale conçue par l’architecte Pehr Gransted.
En 1843-1845, Carl Ludvig Engel fut chargé d’en faire la résidence helsinkienne officielle du Tsar de Russie ; c’est ainsi que le bâtiment devint le palais impérial d’Helsinki.

Transformé en hôpital durant la Première Guerre mondiale, puis en résidence pour le roi de Finlande (oct-déc.1918), le palais ne devient la résidence et le lieu de travail du président qu’avec la proclamation de la république en 1918.

Le palais n’est plus utilisé que pour les fonctions officielles et les réceptions, le président ayant élu domicile à Mäntyniemi, qui est la première résidence officielle à être construite spécifiquement pour le président de la République de Finlande.

 

Helsinki : le port(9) Helsinki est une ville tournée vers la mer, et compte plusieurs ports.

Nous sommes ici au port sud, d’où partent les bateaux de croisière et ceux desservant les îles, notamment Suomenlinna.

Les paquebots stationnent sur le quai sud-est, tandis que les compagnies de ferrys occupent les quai à l’est pour Viking Line, à l’ouest pour Silja Line.

Saviez-vous que la mer Baltique gèle en hiver à Helsinki ? Pourtant, le trafic des ferrys ne s’arrête jamais car une armée de brise-glace veille au grain !

Ici, vous ne verrez pas de bateaux de pêche : cette femme, dans sa petite embarcation, qui essaie de vendre du poisson (déjà nettoyé, coupé), fait figure d’exception.

 

Helsinki : place du marché, havis amanda(10) La Place du Marché (Kauppatori en finnois) est, avec la place du Sénat voisine, une des deux places les plus connues de la ville.

Avant les années 1800, il n’y avait ici qu’un quai d’amarrage pour les pêcheurs.
C’est Johan Albrecht Ehrenström qui choisit en 1812 de doter la nouvelle capitale du Grand-duché de Finlande de deux places monumentales voisines : la place du Sénat et la place du marché. C’est bien sûr Carl Ludwig Engel qui se chargera de l’édification de plusieurs bâtiments néoclassiques, en 1830.

De nos jours, cette place est devenue très touristique, et les stands de souvenirs ont remplacé les étals du marché traditionnel.
On y trouve cependant de quoi manger pas cher.

Helsinki : place du marché, pierre de la tsarine

 

 
Sur la place du Marché, vous pouvez admirer le monument le plus ancien de la ville, la pierre de l’impératrice : l’obélisque surmonté d’un aigle bicéphale a été inauguré en 1835 en l’honneur de Nicolas Ier et de la tsarine Alexandra Feodorovna venus en visite à Helsinki du 29 mai au 10 juin 1833.

Remarquez l’inscription en finnois « Keisarinna Aleksandralle Suomen pääkaupungissa ensi kerran käyneelle XXIX toukokuussa X kesäkuussa MDCCCXXXIII » qui explique le pourquoi du monument : ce qui semble banal aujourd’hui était exceptionnel à une époque où seuls le suédois et le russe étaient langue officielle. La langue finlandaise n’a été officialisée qu’en 1883 !

 

Helsinki : hôtel de ville(11) Ce bâtiment a été conçu par l’architecte Carl Ludwig Engel pour en faire un hôtel de prestige. L’hôtel Seurahuone prendra possession des lieux lorsque l’édifice sera achevé en 1833, et y restera jusqu’en 1913 avant de déménager à son emplacement actuel, près de la gare.

La ville d’Helsinki avait acquis l’immeuble dès 1901 pour construire une nouvelle mairie sur le site. Toutefois, la décision de démolir le bâtiment n’a jamais été prise et la rénovation fut privilégiée.
L’Hôtel de Ville sera fonctionnel en janvier 1932 et le conseil municipal se réunira dans le salon du banquet jusqu’en 1965.

Dans les années 1965-70, les espaces intérieurs seront radicalement rénovés selon les plans de l’architecte Aarno Ruusuvuori, à l’exception du salon du banquet conservé tel quel.

La façade et les colonnes à l’entrée sont, avec le salon du banquet, les seuls éléments qui subsistent du bâtiment originel.

Pour en savoir plus, et voir quelques photos de l’intérieur, cliquez ici (document en anglais)

 

Helsinki : vanha kauppahalli

(12) Les plus vieilles halles de la ville abritent un marché couvert ouvert depuis 1889 : Vanha Kauppahalli.

Fermé pour rénovation, il a réouvert en 2014 après plusieurs mois de travaux.

Helsinki : vanha kauppahall, interieur

Le long de deux allées, de jolis étals en bois attirent le chaland, touristes ou autochtones aisés : les prix sont assez élevés et ce n’est pas vraiment un endroit où faire les courses familiales.
On y trouve en effet, outre les spécialités locales, des produits d’importation prisés par la bourgeoisie locale, tels que les fromages français et le sel de Guérande, pour ne citer que ceux-là.

 

Helsinki : vanha kauppahalli, poisson préparéHelsinki : vanha kauppahalli, poisson préparé

 

 

Le poisson, sous toutes ses formes, y tient une place importante.
Si vous cliquez sur les photos pour les agrandir, vous verrez que toutes les étiquettes comportent une version anglaise, ce qui facilite la tâche aux touristes qui souhaitent acheter quelque chose.

 

Helsinki : vanha kauppahalli, saumonHelsinki : vanha kauppahalli, à manger sur placeJe n’ai jamais vu autant de saumon, mariné, fumé, séché, cuisiné …

Nous nous sommes laissés tenter par ces grosses tartines de pain paysan garnies de saumon mariné de différentes manières : le résultat en bouche est vraiment distinct !
Mes hommes ont complété par un sandwich garni de viande de renne, vendu quelques stands plus loin.

Des places assises sont à la disposition des consommateurs un peu partout, ce qui permet de manger confortablement. Bien sûr, vous pouvez aussi avoir des plats chauds mais il n’est pas évident de comprendre ce que l’on vous propose …

 

Helsinki : havis amanda(13) Avant de quitter la place du Marché, ne manquez pas la statue de bronze qui orne la fontaine de la place.

Elle est l’oeuvre de Ville Vallgren, l’un des plus importants représentants nordiques de l’Art nouveau, qui l’a sculptée en 1906 dans son atelier parisien.
Elle est représentée légèrement penchée en arrière comme pour dire au revoir à son élément, la mer, dont elle vient d’émerger. L’intention de Vallgren était de symboliser la renaissance de Helsinki. La hauteur de la statue est de 194 centimètres et, avec le piédestal, elle mesure 5 mètres de haut.

Une polémique s’est développée au moment de l’inauguration de la fontaine en 1908, en raison de la nudité jugée scandaleuse de la statue.
De nos jours, celle qui est connue sous le nom de « Havis Amanda » est considérée comme étant l’une des plus belles œuvres d’art de Helsinki.

 

Helsinki : office de tourisme(14) L’office de tourisme (19, Pohjoisesplanadi) est installé dans un bâtiment historique, l’immeuble Uschakoff, du nom du commerçant d’origine russe Jegor Uschakoff qui l’a commandé à l’architecte Pehr Granstedt en 1816.

Celui-ci ouvrira une boutique au rez-de-chaussée et habitera à l’étage.
Le bâtiment est représentatif de l’Architecture néoclassique et connaîtra diverses affectations par la suite.

En 1961, la ville d’Helsinki achète le bâtiment en mauvais état et demande à Aarno Ruusuvuori de le transformer en immeuble de bureaux.

C’est le bâtiment jaune, à gauche derrière Havis Amande sur la photo : si vous l’agrandissez, vous verrez qu’un café s’est installé au rez-de-chaussée, à côté du point d’accueil pour les touristes.

 

Helsinki : esplanadeHelsinki : esplanade(15) Le parc de l’Esplanade, ponctué de kiosques à l’ancienne, de bancs et de sculptures, offre une gracieuse transition entre le port et l’artère bruyante qu’est Mannerheimintie.

Vous ne pourrez manquer le monument à la gloire d’Eino Leino, un des écrivains finlandais les plus célèbres.

Le parc et « Espa Stage » accueillent de nombreux événements populaires, dont le Marimekko Fashion Show en juin et la série de concerts Jazz-Espa tout au long de juillet.
Pour le programme, rendez-vous sur leur site ou à l’office du tourisme.

 

Helsinki : wasa aktie bank

 

Ce magnifique bâtiment, que l’on peut admirer sur un côté de l’Esplanade, a été conçu en 1899 par les architectes Grahn Hedman & Wasastjerna et John Settergren pour abriter le siège d’une banque : la Wasa Aktie Bank, dont le nom s’étale fièrement en haut de l’immeuble.
De nos jours, ce sont des bureaux qui ont investi les lieux.

 

Helsinki : Stockmann(16) Au bout de l’Esplanade, le grand magasin Stockmann ne peut pas passer inaperçu : il occupe entièrement l’îlot urbain délimité par les rues Mannerheimintie, Aleksanterinkatu, Keskuskatu et Pohjoisesplanadi.
Véritable institution à Helsinki, c’est le plus grand magasin d’Europe du Nord, avec une surface de vente de 50 000 m2 !

Dépositaire des enseignes phares du design mais aussi distributeur d’artisanat sami, sans compter textiles, bijoux, vêtements et autres articles finlandais, vous pouvez aller fureter dans ses rayons si vous êtes en panne d’idées cadeaux (et si vous avez du temps devant vous !)

Le bâtiment d’origine, conçu par Sigurd Frosterus et Ole Gripenberg, est construit en 1930 et n’occupe que la partie septentrionale de l’îlot urbain.
En 1989, les lieux sont radicalement transformés par l’architecte Kristian Gullichsen : le magasin est étendu à tout l’îlot urbain en ne gardant que la façade d’origine du bâtiment initial.
Le dernier agrandissement a été effectué de 2007 à 2012 sous la houlette du cabinet d’architectes Laatio.

 

Helsinki : vieille église(17) La Vieille Eglise (Vanha Kirkko) est une splendide construction en bois blanc, bâtie entre 1824 et 1826 sur les plans de Carl Ludwig Engel.

Les projets d’aménagement de la place du Sénat prévoyaient en effet de démolir l’Église Ulrique-Éléonore, qu’il s’agissait donc de remplacer en attendant que la cathédrale soit prête à accueillir les fidèles.
Les objets de culte de l’Église Ulrique-Éléonore furent transférés vers la vieille église dont le retable, l’orgue, la chaire.

A noter que le Parc de la Vieille église était un ancien cimetière existant bien avant la construction de l’église, ce dont se rend compte le visiteur attentif qui chemine entre les stèles.

 

Helsinki : vieille église, elias lönnrot(18) En face de la Vieille Eglise se dresse le monument à Elias Lönnrot, ce médecin et philologue finlandais qui collecta les chants des derniers bardes pour composer le Kalevala, une compilation monumentale de la tradition orale finlandaise.

Il est représenté avec les outils de sa passion, un bloc-notes et un stylo, qui l’ont accompagné dans tous ses voyages en Carélie, dans la péninsule de Kola et dans les actuels pays baltes.
A ses côtés nous retrouvons le personnage le plus fameux de l’épopée, Väinamoinen, le « barde sans âge », et à ses pieds la nymphe Impi, symbolisant les poèmes lyriques et les chansons du Kalevala et de la Kanteletar.

La sculpture est de Emil Wikström ; elle a été inaugurée le 18 octobre 1802.

 

Helsinki : tennispalatsi(19) Tennispalatsi n’est pas un bâtiment banal !
Son nom signifie « palais du tennis » et il a été effectivement construit en 1937 pour abriter un complexe de courts de tennis couverts.

Aujourd’hui, il héberge un ensemble de 14 salles de cinéma inauguré le 26 février 1999.
Tennispalatsi Finnkino est le complexe de cinéma le plus moderne de Finlande ; il a été le premier cinéma au monde à offrir des équipements standard THX et SDDS dans tous ses salles.

Mais ce n’est pas tout ! Vous trouverez aussi un musée dans ces murs, un musée des beaux arts (HAM, en abrégé) qui possède plus de 9000 oeuvres, bon nombre d’entre elles étant … réparties dans toute la ville !!
La grande majorité des statues et des sculptures visibles dans les rues de Helsinki font en effet partie de la collection de HAM, de même que les œuvres d’art acquises par exemple pour les écoles ou les bibliothèques de la ville dit leur site.

Sur place, HAM présente l’art moderne et l’art contemporain, aussi bien finlandais qu’international : une partie du musée est en entrée libre, alors profitez-en pour aller jeter un oeil !

 

Helsinki : musée histoire naturelle

 

(20) Le Musée d’histoire naturelle (LUOMUS en abrégé), rénové en 2008, propose quatre expositions permanentes (nature finlandaise, nature du monde, histoire de la vie et histoire des os) ainsi que des expositions temporaires.

Il fait revivre les collections zoologiques importantes de l’université d’Helsinki, qui inclut toutes les espèces finlandaises.

Pour les tarifs et les horaires, voir le site du musée.

 

Helsinki : Parlement(21) Massif édifice de granit rouge, le Parlement, ou plutôt le « palais de la Diète nationale » (Eduskuntatalo en finnois et Riksdagshuset en langue suédoise) est une oeuvre de Siren, inaugurée en 1931 et accueillant les 200 membres de la Chambre unique (la Diète nationale de Finlande) élue tous les quatre ans au suffrage universel.

Le Petit Parlement (Arkadiankatu 3), une annexe sur le côté gauche de l’édifice du Parlement actuel, héberge le Centre des visiteurs où vous trouverez des informations sur le Parlement et sur l’Union européenne. Ouvert du lundi au vendredi 10-16. Un café est également situé au centre des visiteurs.
La visite guidée permet de mieux comprendre le système législatif du pays : elle est proposée en anglais ou en français, sur réservation, du lundi au vendredi de 9h à 16h15. Se renseigner par téléphone.
Il est aussi possible d’assister à toutes les séances plénières dans les tribunes de la salle des séances (les portes sont ouvertes 15 minutes avant la séance).
Jusqu’à fin 2017, les visites sont très limitées du fait des travaux de rénovation du Parlement.

 

Helsinki : maison de la musique(22) Le Centre musical d’Helsinki a ouvert ses portes le 31 août 2011.
Les architectes qui ont conçu le Centre avaient deux objectifs principaux : créer, au cœur de la capitale finlandaise, un bâtiment qui soit en harmonie avec le paysage urbain environnant et créer, avec l’aide des spécialistes japonais de Nagata Acoustics, une salle de concert à l’acoustique exceptionnelle.

Il accueille les deux excellents orchestres de musique classique d’Helsinki, l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise et l’Orchestre philharmonique d’Helsinki : les répétitions sont ouvertes au public.
En plus de la salle de concert principale, qui peut accueillir 1 700 personnes, le Centre comprend également un sous-sol composé de cinq petites salles de concert ainsi que d’un espace plus vaste où les artistes peuvent se détendre ou accorder leurs instruments.

Le Centre accueille aussi l’illustre Académie Sibelius, qui forme les futurs grands musiciens finlandais.

 

Helsinki : Temppeliaukio(23) De l’extérieur, le touriste non averti ne distingue qu’un simple rocher surmonté d’un dôme vert et risque de passer à côté d’un emblème du courant expressionniste des années 1960.

L’originalité de l’édifice est, en effet, d’avoir été creusé dans la roche, d’où les murs uniquement composés de pierre brute à l’intérieur !
Le plafond est constitué de filaments de cuivre formant un dôme, celui-là même qui est visible de l’extérieur.

L’église Temppeliaukio, car il s’agit bien d’une église, a été conçue par deux frères architectes, Timo et Tuomo Suomalainen et fut consacrée en 1969.

 

Helsinki : Temppeliaukio

Le dôme de cuivre est uniquement maintenu par des armatures directement fixées entre les pierres. L’autel adossé à la roche est dominé par une immense baie vitrée qui laisse pénétrer la lumière du jour. Avant midi, cette lumière se réfléchit sur le mur de l’autel, où une crevasse de l’époque glaciaire sert de retable.

Le décor minimaliste voulu par les deux architectes met en avant les différentes teintes ocres de ses murs en granit et donne une atmosphère propice à la médiation et au repos.

L’acoustique incroyable du lieu en fait aussi une salle de concert renommée.
Du coup, les horaires d’ouverture (entrée payante, 3€ en 2017) varient en fonction de la programmation. Vous pouvez vérifier sur la page facebook ou téléphonez.

 

Helsinki : musée national de finlande(24) Le musée national de Finlande est installé dans un superbe bâtiment construit dans le style romantique national (Art Nouveau finlandais).
Edifié en 1910 selon les plans des trois célèbres architectes, Eliel Saarinen, Armas Lindgren et Herman Gesellius, il a un peu l’allure d’un monument religieux avec ses grosses pierres et sa haute tour carrée.

Le musée est divisé en trois départements : Préhistoire, Histoire du Moyen Age à nos jours et Ethnographie, avec une très importante section finno-ougrienne (Hongrois, peuples de la Volga, Caréliens, Sames et Esquimaux).
Le hall central voûté mène aux différents départements. Admirez les fresques des voûtes, et notamment celles d’Akseli Gallen-Kallela de 1928 sur les thèmes de l’épopée de Kalevala.

Ne manquez pas le trône pourpre et or du tsar Alexandre Ier, coiffé de l’aigle bicéphale russe, et le salon au mobilier de style gustavien.
Pour les horaires et les tarifs, consultez le site du musée.

 

Helsinki : Finlandia(25) Le palais Finlandia conçu par Alvar Aalto accueille des concerts et des congrès, mais on raconte que l’acoustique n’est pas la plus grande réussite de l’architecte.

L’ensemble du bâtiment, en marbre blanc de Carrare, s’appuie sur un socle de granit noir. Le corps central du bâtiment a été achevé en 1971 mais l’aile des Congrès n’a été ajoutée qu’en 1975, et la véranda créée par Jyrki Iso-aho n’a vu le jour qu’en 2011. Il a été conçu sans tenir compte de son coût énergétique, qui était peu élevé à l’époque, avant que les chocs pétroliers ne viennent changer la donne. L’édifice a, depuis, bénéficié de lourds investissement tandant à le rendre moins énergivore

Le Palais Finlandia est un véritable monument historique de la politique internationale, ayant été le théâtre de nombreuses réunions très importantes, lors de la guerre froide, quand les tête-à-tête entre les leaders de l’Ouest et de l’Est étaient très rares. En 1975, il a servi de tribune internationale pour la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe où 35 pays ont signé les célèbres accords d’Helsinki.

 

Heksinki : café RegattaHeksinki : café Regatta(26) Nous étions prévenus : il y a toujours du monde au café Regatta !

Joliment situé au bord de l’eau, ce chalet d’époque est minuscule, avec à peine une dizaine de places assises à l’intérieur.
La plupart des places sont à l’extérieur avec une vue magnifique sur la baie !

Pour passer commande, les gens font sagement la queue à l’extérieur, en prenant soin de laisser la porte d’entrée (assez étroite) libre pour ne pas gêner ceux qui sortent avec un plateau. Je ne l’avais pas compris quand nous sommes arrivés, pensant que tous ces gens agglutinés devant le chalet, sans y entrer, attendaient quelqu’un et j’ai filé à l’intérieur pour voir ce qui était proposé.

Heksinki : café RegattaHeksinki : café Regatta
C’est avec beaucoup de gentillesse qu’un couple de finlandais m’a expliqué les règles appliquées ici : patienter sagement dehors jusqu’à ce que suffisamment de place se libère pour qu’on puisse pénétrer dans le chalet sans obstruer le passage !

Vous pouvez acheter des saucisses et les faire griller sur le grand barbecue allumé sur la terrasse.
Vous pouvez aussi tout simplement vous détendre autour d’un café et d’une douceur à la cannelle. Les prix sont abordables.

Quoiqu’il en soit, ne repartez pas sans avoir fait un tour aux toilettes, installées au fond de la terrasse : elles valent le coup d’oeil !

Adresse : Merikannontie 8
A noter que le café est ouvert toute l’année, y compris durant les congés de Noël et les fêtes de la Saint-Jean, « de l’aube au crépuscule » nous a-t-on dit.
Leur site : http://caferegatta.fi/

 

Helsinki : monument Sibelius(27) Le monument Sibelius est dédié au grand compositeur finlandais Jean Sibelius.

Le monument fait 8.5 mètres de haut, 10.5 mètres de long et 6.5 mètres de large ; il pèse 24 tonnes ! L’inauguration a eu lieu le 7 septembre 1967, soit dix ans après la mort de Sibelius.
Cette « forêt d’acier » de 600 tubes évoque autant de grandes orgues qu’une forêt de bouleaux. Vous pouvez circuler sous l’oeuvre pour entendre le son que produit le vent dans les tuyaux. Eila Hiltunen, l’artiste qui a créé cette oeuvre, voulait ainsi faire revivre l’œuvre de Sibelius : Passio Musicae.

Ce monument a donné lieu à l’une des querelles les plus virulentes du pays, entre partisans et opposants. Voilà pourquoi, pour contenter ceux qui voulaient un monument plus concret rappelant Sibelius, le portrait du musicien (réalisé lui aussi en acier), a été placé à côté de l’œuvre d’Elia Hiltunen.

 
Pour la petite histoire : La sculptrice livra une oeuvre semblable au siège des Nations-unies à New-York et une miniature de celle-ci au siège de l’UNESCO à Paris.

 

Helsinki : Opéra

 

(28) L’Opéra National de Finlande a été conçu par l’équipe d’architectes Hyvämäki-Karhunen-Parkkinen, qui a utilisé des matériaux aussi nobles que la céramique blanche, le granit finlandais, le marbre de Carrare.

Inauguré en 1993, il accueille le grand répertoire lyrique international mais consacre une grande part de sa programmation aux oeuvres contemporaines, en particulier aux productions nationales. La principale salle compte 1350 places.

 

helsinki : Töölönlahti
La baie de Töölön ( Töölönlahti ) mérite que vous en fassiez le tour, sur le sentier aménagé à cet effet (2,2 km)
C’est une baie maritime, très prisée par les habitants d’Helsinki, qui viennent y prendre un bol d’air pur, à quelques pas à peine du centre-ville.

Qui peut imaginer aujourd’hui que cet endroit magnifique était pollué par des activités industrielles ? Il y avait là une usine de sucre, une usine de savon et une usine de bougies, sans oublier une usine produisant des cartes à jouer et une conserverie. Cela explique que l’endroit reste impropre à la baignade même si la qualité de l’eau ne cesse de s’améliorer.

 

Helsinki : villa Kivi(29) Les vieilles villas de bois dans le quartier de Linnunlaulu font partie intégrante du paysage autour de Töölönlahti.
Dans les années 1880, la ville a commencé à louer des terrains pour la construction de résidences privées et, au cours des deux décennies suivantes, 15 villas sont sorties de terre avec leurs écuries et leurs dépendances.
Sept des villas ont été démolies, et les chiffres 8, 9 et 12 sont perchés sur le bord de la falaise surplombant les lignes de chemin de fer.

Jetez un oeil sur la Villa Kivi, au N°7 : conçue par Selim Arvid Lindqvist en 1890 pour Niilo Michelsson, elle sera, dès le début, mise à disposition des écrivains. Son nom lui est donné le 10 octobre 1990, jour anniversaire de la naissance d’Aleksis Kivi, considéré comme le père de la littérature finnoise.

Au cours du temps elle a reçu de nombreux écrivains parmi lesquels Juhani Aho, Frans Emil Sillanpää et Eino Leino.

 

Helsinki : villa Kivi, villa Bleue
Envie de faire une pause ?

Arrêtez-vous au café de la Maison Bleue (Sinisen Huvilan kahvila, au N°11) : sa terrasse offre un large panorama sur la baie.

Sur cette photo, prise de l’autre côté de la baie, à hauteur de l’Opéra, vous voyez la Villa Kivi à gauche et la Maison Bleue à droite.

 

helsinki : hakaniemen kauppahalli
Les marchés couverts (kauppahalli) constituent le coeur du circuit de distribution des produits finlandais. Vous y trouverez notamment des bouchers, des boulangers, des poissonniers, des traiteurs… Tous disposent de cafés, et de snack-bars où s’attabler.

Au centre-ville d’Helsinhki, ils sont au nombre de trois : nous avons déjà visité les Vanha Kauppahalli, sur le port (point 12 de notre circuit).

(30) Hakaniemen Kauppahalli est un marché alimentaire traditionnel qui propose un bon choix de produits au rez-de-chaussée ; à l’étage, vous trouverez des boutiques de tissus et de vêtements.
En fonction de l’endroit où vous vous trouverez quand il sera l’heure de penser au casse-croûte, cet endroit est aussi une bonne option. En été, les stands investissent la place à l’extérieur.

 

helsinki : jardin botaniquehelsinki : jardin botanique(31) Le jardin botanique de l’université d’Helsinki est une composante du musée d’histoire naturelle que nous avons vu au point (20) de notre circuit.
C’est donc sur le site du musée qu’il faut vous rendre pour connaitre les horaires d’ouverture ainsi que le prix du billet d’entrée.

A noter que le jardin botanique a deux sites : l’un à Kaisaniemi et l’autre à Kumpula.
Notre circuit passe à celui de Kaisaniemi : n’hésitez pas à flânez dans les magnifiques jardins, c’est gratuit (seule l’entrée des serres est payante).

 

helsinki : théâtre national(32) Le Théâtre national de Finlande , fondé en 1872, est le plus ancien théâtre en langue finnoise du pays.

La naissance du Théâtre national finlandais était étroitement liée à l’idéologie politique de la fin du XIXe siècle. La Finlande faisait partie de l’Empire russe, et l’élite intellectuelle du pays était suédoise. La langue et l’art finlandais, y compris le théâtre, sont devenus les pierres angulaires d’un mouvement culturel qui a commencé dans les années 1860, a progressivement développé des ambitions politiques et a finalement conduit à l’indépendance nationale en 1917.

Construit en 1901 par Onni Törnqvist-Tarjanne, ce bâtiment évoque plutôt un château massif qu’un théâtre, traduisant l’esprit du romantisme national qui règnait alors.

Devant le théâtre vous ne pourrez manquer la statue d’Aleksis Kivi, le premier romancier ayant écrit en finnois.

 

helsinki : gare centralehelsinki : gare centrale(33) Construite en granit finlandais au début du XXe siècle (1909-1919), cette superbe gare est l’oeuvre de l’architecte Eliel Saarinen, qui avait remporté le concours en présentant un projet dans le style romantique national. Mais l’architecture finlandaise était à un tournant : au style romantique national seront peu à peu préférées des lignes plus épurées. L’architecte redessinera complètement les plans et le résultat est un mélange d’Art nouveau et de fonctionnalisme.
Sa façade d’aspect sévère, fleuron de l’Art nouveau, est atténuée par la subtilité des couronnements et l’intégration des éléments figurés. Quatre bustes d’hommes massifs et solennels, porteurs de globes lumineux, encadrent l’entrée principale. La tour de 48 m au toit vert-de-gris comporte une horloge de 3 m de diamètre.

Une des particularités bien connue de la gare est sa salle d’attente de 50 m2 exclusivement réservée au président de la république finlandaise et ses invités officiels. Ce salon, aménagé avec des meubles conçus par Eliel Saarinen, terminé en 1911, était prévu initialement pour l’usage privé du tsar de Russie.

 

helsinki : kiasma, musée d'art contemporain(34) Le KIASMA est visiblement très populaire auprès des habitants d’Helsinki, qui apprécient son café aux magnifiques parois de verre. Il faut dire que son concepteur, l’américain Steven Holl, a laissé une place exceptionnelle à la lumière naturelle. Achevé en 1998, le bâtiment a été dessiné sur le plan de la lettre grecque khi (X), telle une intersection.

Le musée présente des collections contemporaines postérieures à 1960 et acquiert chaque année une centaine d’oeuvres supplémentaires d’artistes finlandais ou étrangers.Les salles d’exposition Kiasma sont répartis sur quatre étages et la collection permanente se situe au 3e niveau de cet édifice où le blanc domine, avec un remarquable travail sur les volumes.

Le Kiasma dispose aussi d’une salle de spectacle où sont régulièrement présentés des événements en lien avec toutes les formes contemporaines des arts du spectacle (danse, théâtre, musique). Le musée s’emploie à faire reculer les limites traditionnelles des musées d’Art en suivant en continu le développement des arts plastiques : l’originalité et la nouveauté sont les maîtres mots des expositions. Voir le site du musée pour toutes informations utiles.

 

helsinki : Ateneum, musée des Beaux-Arts(35) L’Ateneum, ce somptueux bâtiment néo-Renaissance inauguré le 18 novembre 1887, abrite entre ses murs la plus grande collection d’art classique de Finlande.
Le projet a été conçu par le professeur Carl Gustaf Estlander, qui envisageait une maison des arts dans laquelle l’art et l’artisanat prospéraient sous le même toit dans une alliance créative ; l’idée se heurta à bien des réticences et un compromis fut trouvé, ce que rappelle la devise sculptée au-dessus de l’entrée principale (Concordia res parvae crescunt – dans l’harmonie, les petites choses grandissent).

La façade du bâtiment a été conçue par l’architecte Theodor Höijer, qui a fait appel à son ami sculpteur Carl Eneas Sjöstrand. Au-dessus de la portée d’entrée, il a placé les bustes du peintre Raphaël, du sculpteur Phidias et de l’architecte Bramante. Au-dessus de ces bustes, au second étage, quatre cariatides symbolisent les quatre formes artistiques classiques : l’architecture, la peinture, la sculpture et la musique. La façade culmine par un groupe de sculptures où la déesse des Arts bénit les productions des différentes formes artistiques.

Les collections d’Ateneum présentent l’art finlandais de la période Gustavienne du milieu du XVIIIe siècle aux mouvements modernistes des années 1950. Ateneum abrite également une belle collection d’art international, avec des œuvres de maîtres tels que Vincent van Gogh, Paul Gauguin, Paul Cézanne, Fernand Léger et Marc Chagall.
Pour les horaires d’ouverture et les tarifs, voir le site du musée

 

helsinki : tramPas envie de marcher ?

Qu’à cela ne tienne : achetez un billet à la journée et embarquez à bord du tram !

La ligne 2 est considérée comme LA ligne touristique et un dépliant explicatif est même disponible pour vous aider à bien repérer les lieux à visiter.

Les amateurs d’architecture privilégieront la ligne 4.

Pour les tarifs, cliquez ici

Helsinki dispose d’un réseau de transports publics à la fois simple et hautement efficace, évalué comme l’un des meilleurs en Europe. Il est ainsi possible de monter dans un tramway, dans un bus, dans le métro ou dans un ferry avec un seul et même ticket acheté auprès du conducteur, via l’une des machines distributrices ou encore par SMS au moyen d’un téléphone mobile. Des tickets touristiques permettent aux visiteurs d’utiliser de façon illimitée les transports publics pendant un, trois ou cinq jours.

helsinki : véloEn été, une autre solution consiste à exploiter les centaines de kilomètres de pistes cyclables qu’offre Helsinki en empruntant un vélo contre une faible caution à l’un des parcs à vélos répartis dans le centre-ville.

Saviez-vous que les vélos en libre service mis à la disposition des habitants de la ville sont français ? Selon l’article de Smoove qui livre les vélos, les 600 000 habitants d’Helsinki bénéficient des meilleurs vélos en libre-service du monde grâce à la technologie Smoove Box

 

La forteresse maritime de Suomenlinna, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1991, est l’un des sites touristiques finlandais les plus populaires, ce à quoi contribue notamment sa grande facilité d’accès grâce à un petit trajet en ferry depuis le centre ville d’Helsinki.
Même si votre temps est compté, allez-y, car le site est accessible gratuitement et le coût du trajet est modeste (5€ en 2017 pour un ticket valable 12h)

retour

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Compétences

Posté le

1 septembre 2014