Galway

Galway

Retour à l’accueil

Galway est considérée comme la porte d’entrée du Connemara.
Le centre-ville est traversé par la Corrib qui coule depuis Lough Corrib, un lac paisible parsemé de nombreuses petites îles désertes, jusqu’à la baie de Galway.
La ville est appréciée pour son atmosphère festive, grâce à une forte population étudiante cosmopolite et à un afflux de touristes qui s’arrêtent ici avant de visiter le Connemara ou les îles d’Aran. L’ambiance, animée toute l’année, monte encore d’un ton pendant les festivals de l’été, pendant lesquels les pubs, ces excellents pubs qui font la réputation de Galway, ont le droit d’ouvrir 24 heures sur 24 !

Galway - ville autrefois fortifiée

 

Les premières constructions de Galway remontent à 1124, date à laquelle le Roi du Connacht (Tularch O’Connor), bâtit un véritable fort en bordure de la rivière Corrib, sur un ancien village connut sous le nom de Claddagh.
Mais très vite, les Invasions Anglo-Normandes de 1232 arrachent la ville au clan O’Flaherty, pour la faire tomber entre les mains des envahisseurs. Ces derniers entreprennent d’étendre la ville autour du fort, en bâtissant une citadelle, ainsi que de nombreux lieux d’habitations, protégés par des remparts imposants. La construction d’un port, permet également à la ville de s’ouvrir au commerce maritime, et ainsi de se développer en maintenant des relations commerciales avec d’autres pays comme l’Espagne.
Au cours de cette période, Galway est dirigée par un consensus de 14 clans (dont 12 anglos-normands et 2 irlandais). Ces familles administraient et dirigeaient la ville entière, imposant leurs lois et pouvoir sur le reste des habitants. La majorité de la population anglo-normande jouissait par ailleurs de grands privilèges par rapport aux irlandais, qui vivaient au sein de la ville dans un climat de tension et de discrimination extrême.
La ville prospéra sous la domination anglaise mais Galway paya cher son allégeance à Charles Ier : Cromwell, ennemi du roi, la fit anéantir en 1652.
Après la bataille de la Boyne, la cité fut incapable de concurrencer les villes commerçantes de la côte est et commença à décliner.

La ville ne s’en remettra pas avant plusieurs siècles, renaissant de ses cendres dans les années 90 grâce à l’arrivée d’industries technologiques de pointe et au boom économique irlandais.

Le coeur de la ville n’est pas très étendu et se visite facilement à pied.
Galway : visite de JF Kennedy

 

 

 

Eyre Square est la place centrale de Galway, bordée de bâtiments qui datent pour la plupart du XIXe siècle.
Elle est agrémentée d’un parc agréable, dédié au président Kennedy qui fit une visite triomphale à Galway en 1963. Les habitants considèrent cette visite comme l’un des événements les plus importants dans l’histoire de la ville, pas seulement à cause des liens très forts qui existent entre l’Irlande et les Etats-Unis, mais parce que Kennedy était fier de son ascendance irlandaise. Suite à sa visite, le parc a été modernisé et rebaptisé John F Kennedy Park, mais il est largement connu sous son nom d’origine, Eyre Square.

Un mémorial a été érigé à l’endroit d’où il s’est adressé aux habitants

Galway : fontaine sur Eyre Square

 

Dans ce parc, la fontaine du Quincentennial , érigée en 1984 pour marquer le 500ème anniversaire de l’octroi d’une charte à la ville par le Roi Richard III, est ornée d’une belle sculpture couleur rouille représentant une voile de hooker, le bateau traditionnel du comté de Galway; le travail de Eamon O’Doherty symbolise l’importance de la mer pour le commerce à Galway.
La photo date de notre passage au cours de l’été 2000, la luminosité étant ce jour-là plus belle que lors de notre visite en 2013.
Galway : Browne Doorway

 

 

 

Brown Doorway est un porche daté de 1627 : il faisait partie, à l’origine, de l’entrée de la demeure familiale Browne dans Abbeygate Street. Il a été transféré à son emplacement actuel en 1904 par la Société Galway Archological.

On peut y déchiffrer les noms de Martin Browne et Mary Linch, ses propriétaires.

Galway : les artistes de rue

 

 

 

 

Depuis Eyre Square, William Street et Shop Street sont les principales voies d’accès au « quartier latin ». une zone piétonne aux maisons plus colorées les unes que les autres, grouillant de pubs, de discothèques, de restaurants. On y trouve les pubs les plus réputés de Galway, dont The Quays ou le King’s Head.

Pendant la saison touristique, de nombreux musiciens et artistes de rue attroupent les passants, créant une ambiance très festive.

Galway : Lynch's Castle

 

 

 

Au coin de Shop Street et d’Abbey Gate Street Upper se dresse Lynch’s Castle : c’est le plus grand hôtel particulier bâti au XVIe siècle à Galway. Il appartenait à la famille Lynch, l’une des quatorze « tribus » qui régnaient alors sur la ville . Ce bâtiment est un très bon exemple d’intégration des constructions anciennes dans la ville moderne : il est actuellement occupé par une banque.

Galway : Collegiate Church of St Nicholas

 

 

Une rue latérale mène à Collegiate Church of St Nicolas, le plus bel édifice médiéval de Galway. Elle a été fondée en 1320, grâce à la famille Lynch, en l’honneur de Saint Nicolas de Myra, saint patron des marins.
Elle fut endommagée par les armées de Cromwell qui l’utilisèrent comme … écurie !

Sans cesse restaurée, améliorée, et entretenue, l’église a su perdurer jusqu’à nos jours. C’est l’une des églises médiévales les mieux préservées de toute l’Irlande !

Cliquez ici pour voir d'autres photos de cette église

Galway : Collegiate Church of St Nicholas Galway : Collegiate Church of St Nicholas Galway : Collegiate Church of St Nicholas

Galway : Blake's Castle

 

 

En nous dirigeant vers les quais, juste avant la Spanish Arch, un bâtiment nous a frappé par son aspect médiéval. Renseignement pris, il s’agit de Blake’s Castle, la demeure d’un autre des quatorze clans qui dirigeaient Galway. Construite au XVe siècle, elle fut utilisée comme prison de la ville jusqu’au XIXe siècle.
Retaurée, elle fait maintenant partie d’un hôtel.
Galway : Spanish Arch

 

La Spanish Arch fut érigée en 1584 pour défendre le port alors situé hors des murs de la ville. La muraille défensive, qui fait face au Lough Corrib, peut s’admirer en empruntant « The Long Walk », une promenade qui longe la rivière.
Les marins espagnols y déchargeaient leurs marchandises.
De nos jours, l’endroit est fort apprécié des touristes mais aussi des habitants de Galway qui viennent nombreux y passer un petit moment.
Galway : le Claddagh

 

Il est recommandé de traverser le pont (Wolfe Tone Bridge) pour faire un petit tour sur la rive ouest de la Corrib, le long du Claddagh Quay.
Ici vivait au Moyen-Age une communauté de pêcheurs très indépendante. Le nom du village venait d’An Cladach qui signifie « rivage rocailleux ».

Plus rien ne subsiste aujourd’hui de cette communauté gaélique très soudée sinon les anneaux de Claddagh, mondialement connus.
De nos jours, le quartier est très prisé, à cause de sa proximité à la fois de la mer et de la ville, et pour la magnifique vue sur la baie de Galway qui s’offre au regard.

En savoir plus sur la bague de Claddagh

Galway : l'anneau de Claddagh

Les origines de la bague de Claddagh varient selon les sources mais l’une d’elles fait consensus. Elle est probablement assez proche de la vérité historique.

Au 17ème siècle, avant qu’il ait pu se marier, un pêcheur originaire de Galway, Richard Joyce, se serait fait enlever par des pirates. Il aurait été, par la suite, vendu comme esclave à un orfèvre algérien. Pendant sa captivité, il réalisera une bague en hommage à sa promise restée en Irlande. En 1689, le roi d’Angleterre Guillaume III, ordonnera la libération de tous les captifs britanniques. L’orfèvre aurait alors proposé à Richard de rester en échange de la moitié de sa fortune et de sa fille en mariage. Le pêcheur irlandais refusera et retournera à Claddagh avec le premier exemplaire de la bague.

La Grande famine (1845-1849) a été à l’origine de l’émigration de beaucoup d’Irlandais, ce qui explique que la bague se soit répandue aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

La bague de Claddagh est très riche en significations. Le coeur symbolise l’amour, la couronne représente la loyauté et les mains qui tiennent le coeur expriment l’amitié. Si vous voulez en savoir plus, arrêtez-vous, sur Quay Street, à la bijouterie-musée Thomas Dillon, Original Makers of the Claddach Ring (fabricant officiel de la bague de Claddagh). Et si vous craquez pour l’une de ces bagues (ou si vous avez la chance de vous en faire offrir une), Jonathan Margetts, l’actuel propriétaire, adaptera devant vos yeux l’anneau choisi à votre doigt.

Galway : the Bridge Mills
Un chemin aménagé, très agréable, part de Wolfe Tone Bridge et longe la River Corrib jusqu’à Salmon Weir Bridge, où nous attend la cathédrale.

A hauteur du pont O’Brien, un imposant bâtiment attire le regard : il s’agit de Bridge Mills (le Moulin du Pont).
Ce bâtiment, avec sa façade en pierre restaurée, est vieux de 430 ans. Il est devenu un centre d’art et de culture. Il abrite une école de langues, ainsi qu’ un centre commercial composé de petites boutiques spécialisées.

Le moulin du pont fête ses origines médiévales chaque année durant les mois d’été avec des banquets médiévaux, des costumes d’époque, ainsi que des divertissements typiques de cette période.
Galway : le barrage aux saumons

 

 

Le pont qui permet de se rendre à la cathédrale s’appelle « Salmon Weir Bridge« , ce qui se traduit littérallement par « Le pont du barrage de saumons« . Il se trouve effectivement en aval d’un barrage sur la River Corrib. En mai et juin, lorsque les saumons remontent la rivière, il est possible de voir, depuis le pont, des bancs entiers de saumons franchir le barrage en sautant.
Le pont a été construit en 1818 pour relier le tribunal au site de la cathédrale, mais aussi pour effectuer un raccordement avec la route principale du Connemara.

Galway : cathédrale

 

Pour avoir une belle photo de la Cadrédrale, il vaut mieux la prendre depuis la rive opposée.
Batie en calcaire local et en marbre du Connemara, la Cathédrale de Notre-Dame de l’Assomption et de Saint-Nicolas est, depuis sa consécration en 1965 par le cardinal Richard Cushing, figure éminente du clergé de la ville, le plus imposant bâtiment de la ville.
Elle a été construite à l’emplacement de l’ancienne prison du comté, célèbre pour sa rigueur envers les prisonniers.
Elle peut sembler austère, vue de l’extérieur, mais le spectacle est à l’intérieur. Le plafond entièrement fait de bois sculpté est absolument magnifique. Les nombreuses mosaïques finement ouvragées, les grands vitraux, les volumes imposants protégés par d’épais murs en pierre, le sol de marbre ne peuvent laisser indifférent. Manifestement, la ville n’a pas lésiné sur les moyens !

Cliquez ici pour voir l'intérieur de la Cathédrale

Galway : cathédrale Galway : cathédrale

Galway ; université, cour intérieure
Après avoir visité la cathédrale, on peut faire un petit tour du côté de l’Université, qui a ouvert ses portes en 1849 en tant que Queen’s College. De nos jours, elle porte le nom de « National University of Ireland, Galway« , ce que les étudiants abrègent en « NUI, Galway »
La partie la plus ancienne de l’université, le Quadrangle, dessiné par John Benjamin Keane, a été construite dans le style Tudor, calqué sur Christ Church à l’Université d’Oxford. La pierre qui servit de matériau de construction est d’origine locale.
Le «Quad» se dresse toujours fièrement au cœur de l’Université comme un témoignage de son passé. Il est aujourd’hui essentiellement utilisé à des fins administratives et abrite les bureaux du président et des vice-présidents.
C’est ici, en 1906, qu’Alice Perry reçut son diplôme d’ingénieur. Elle est considérée comme la première femme ayant obtenu un diplôme d’ingénieur dans le monde.
Galway : excursion sur lough Corrib

 

 

 

Pourquoi ne pas aussi profiter d’une agréable excursion sur le lac Corrib ? Avec ses 175 km2, c’est le plus grand lac d’Irlande. Il est considéré comme l’un des meilleurs lacs de pêche en Europe. Il abrite une grande variété de poissons d’eau douce, dont la truite, le brochet, la perche et le gardon; il attire aussi le saumon et l’anguille de l’océan Atlantique.
Mais ce sont surtout les innombrables îles qui parsèment le lac qui sont intéressantes pour les passagers du bateau. On dit qu’il y en a 365, une pour chaque jour de l’année, dont 10 sont habitées de nos jours, tandis que sept autres abritent une ou plusieurs constructions.
La plus visitée d’entre elles est Inchaogoill avec les ruines de son monastère qui datent du Ve siècle.
Les bateaux partent de Wood Quay, qu’on aperçoit à partir du pont de la cathédrale (Salmon Weir Bridge), pour une virée de 90 mn environ.

Galway : le King's Head
 

Evidemment, comme toujours en Irlande, la visite de la ville doit finir dans un pub !
Pour nous, ce sera au King’s Head. Le nom du pub fait référence à l’assassinat de Charles Ier d’Angleterre que le bourreau londonien refusa d’exécuter. Ce sera donc un habitant de Galway qui se chargera de la besogne et recevra cette maison en remerciement.
Galway : le King's Head

 

 

 

Ouvrez grand vos yeux quand vous serez à l’intérieur : de nombreux vestiges médiévaux ont été découverts au cours des rénovations de 1996 et 2005, et sont maintenant mis en valeur.
Cette cheminée, par exemple, date de 1612

retour

Compétences

Posté le

24 septembre 2014

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *