Bergen (Norvège)

Bergen (Norvège)

Bergen est la deuxième ville de Norvège derrière Oslo, la capitale. Elle est protégée du côté des terres par un demi cercle de sept fjells (montagnes) et du côté de la mer par une chaine d’îles. Cette situation était bien sûr idéale pour l’implantation d’une cité : Bergen fut même la capitale du pays de 1162 à 1299.

Point de départ de nombreux échanges entre l’Europe et la Norvège, la ville jouit d’une vie culturelle intense, de la proximité de la mer, des relations internationales et de son pôle universitaire. Ce qui est le plus frappant au sujet de Bergen, c’est que malgré tout, cette métropole internationale a su garder le charme et l’atmosphère d’une petite ville. En effet, vous serez plongé en plein cœur d’une ville bourrée d’histoire et de traditions maritimes, commerciales et culturelles. Bergen est désignée « capitale des fjords » car elle est la porte d’entrée vers les plus beaux paysages norvégiens.

Visite effectuée les 21 et 22 juin 2015

retour

 

Toute la ville se concentre autour de son petit port bien protégé. Le site figure d’ailleurs au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Bergen est, sans aucun doute, l’une des villes les plus agréables du pays, comme vous pourrez en juger en nous accompagnant tout au long de notre découverte de la ville puis dans une petite excursion sur les hauteurs du Fløyen, d’où la vue sur la ville est remarquable.

 

Bergen : Torget

 

Notre circuit commence tout naturellement au port, et plus précisément au
(1) Torget (la place du Marché)

Bergen : Torget

 

 

C’est un marché traditionnel, où l’on trouve un peu de tout, allant des légumes frais aux saucissons de rennes, d’élans et de … baleines.

 

Bergen : Fisketorget
Mais ce sont surtout les stands de poissons qui attirent le chaland. Nombreux sont les vendeurs qui proposent des plats qui peuvent être dégustés sur place : voyez les bancs et les tables à gauche de la photo.
Bergen : Fisketorget

 

Nous n’avons pas résisté à l’invitation et ne l’avons pas regretté du tout : c’est simple mais savoureux et bon marché.
J’ai opté pour de la baleine fumée, par curiosité.

 

Bergen : Fisketorget
(2) Le Fisketorget, le marché aux poissons, est une étape obligée de toute visite à Bergen. Le marché couvert est installé dans les « Torghallen » (où s’est aussi installé l’office du Tourisme, au 1er étage). Le bâtiment fait face au quai de Bryggen, comme la photo le montre bien.
Bergen : Fisketorget

 

Le client choisit son poisson parmi tous ceux qui sont présentés et le « chef » le cuit sous vos yeux. Puis vous vous installez à l’une des tables pour déguster votre repas.

 

Bergen : Fisketorget

 

 

Les fruits de mer sont la grande spécialité de l’endroit : crevettes tigre, langoustines, homards et le roi : le king crabe.
Ils sont divins, parait-il, mais … chers, bien évidemment (nous sommes en Norvège !).

 

Nous nous dirigeons maintenant vers le quartier de (3) Bryggen : les anciens entrepôts en bois qui longent la rive nord du port intérieur étaient jadis surnommés Tyskebryggen (ce qui signifie « quai allemand »). En effet, durant quatre siècles, jusqu’en 1754, ce quartier fut la plaque tournante du commerce hanséatique en Norvège.
Il a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979 car « Bryggen porte les traces d’une organisation sociale et illustre une utilisation de l’espace dans un quartier de marchands hanséatiques qui remonte au XIVe siècle. Il s’agit là d’un type de « fondaco » du nord, sans autre équivalent dans le monde, ses structures ont perduré dans le paysage urbain et perpétuent la mémoire de l’un des plus anciens grands ports commerciaux de l’Europe du nord. » (source Unesco)
Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article que l’Unesco consacre à ce site.

 

Bergen : Bryggen, musée HanséatiqueLe musée Hanséatique, fondé en 1872 est l’une des constructions en bois les plus anciennes et les mieux conservées de Bryggen. Le rez-de-chaussée de ces maisons servait presque exclusivement d’entrepôt ; au premier étage se trouvaient les chambres à coucher, la salle à manger et le bureau du commerçant ; les dortoirs du personnel étaient relégués au 2e étage.
Le mobilier ainsi que les objets exposés donnent une image vivante de la vie des Hanséates et de leurs activités liées au commerce.

Les immeubles de style hanséatique en pierre se trouvant entre Finnegården et Nikolaikirkealmenning datent du début du XXe siècle. On avait longtemps essayé de convaincre les propriétaires des immeubles de Bryggen de s’associer pour rénover et assainir tout le quartier.

 

Bergen : BryggenEn 1897 les propriétaires des immeubles de la partie sud parvinrent à se mettre d’accord, mais ceux de la partie nord (au nord de Nikolaikirkealmenning) et de Finnegården refusèrent d’entrer dans l’association qui fut alors formée.
C’est pourquoi ces bâtiments restèrent tels qu’ils étaient. Les nouveaux immeubles en pierre furent construits plus hauts et plus larges que les anciens bâtiments.

L’immeuble au premier plan, appelé Kjøbmandstuen, doit son nom au bâtiment qui occupait l’emplacement précédemment et qui était le siège, le lieu de réunion et la bourse des marchands. Il a une allure plus cossue que les autres immeubles, avec sa tourelle de style renaissance et son rez-de-chaussée de granit taillé.

 

Bergen : Bryggen
Les toutes premières constructions de Bergen furent établies sur les quais, à Bryggen, qui, au fil des siècles, a conservé sa réputation de quartier animé et central de la ville. Cet élément du patrimoine culturel mondial, qui représente les vestiges d’anciens bâtiments de la ville portuaire, est l’un des quartiers urbains les plus renommés de l’époque médiévale en Norvège.
La Hanse, confédération des commerçants allemands, avait établi ses comptoirs à Bryggen en 1360 et domina ce quartier de la ville durant plus de 4 siècles. Bryggen a été ravagé par de nombreux incendies.
Après la catastrophe de 1702 qui réduisit la ville en cendres, les bâtiments de Bryggen furent reconstruits tels que par le passé. L’architecture d’origine fut ainsi fidèlement respectée et Bryggen apparaît aujourd’hui comme une copie intacte du quartier du XIIe siècle.
Comme nous l’avons dit dans l’introduction, le site figure au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il ne faut pas hésiter à parcourir tout le quartier, en passant par les ruelles étroites.

Bergen : Bryggen, SteinkjellereBergen : Bryggen, SteinkjellereL’incendie de 1702 détruisit les 7/8 de Bergen. La totalité de Bryggen brûla, à l’exception de Steinkjelleren, le petit bâtiment peint à la chaux, avec ses murs de près d’un mètre d’épaisseur, qui est donc de ce fait le plus ancien bâtiment d’origine de Bryggen.
Steinkjelleren avait été construit pour y garder des documents, des objets de valeur et des armes. Il fait partie de Arent Meyers Kjeller (Ecole des Beaux-Arts) située à Bugården no. 15, baptisée ainsi du nom de la personne qui fit construire le bâtiment en 1666.

 

Bergen : Bryggen, TracteurstedDans Bryggestredet un restaurant s’est installé dans un bâtiment datant de 1708.
A l’origine, c’était une cuisine et une salle commune, une « schøtstuene » (salle de réunion chaffée des marchands hanséates), pour les immeubles Svendsgården et Enhjørningen.
Au Tracteurstedet (c’est le nom du restaurant) on a une bonne idée des intérieurs des vieux immeubles de Bryggen.
Si vous souhaitez vous faire un aperçu des spécialités locales c’est LE restaurant à condition … d’avoir un portefeuille bien garni car les portions sont minuscules. On y sert en effet des tapas qui semblent abordables (environ 10€ pièce) mais quand on sait qu’il en faut 4 à 5 pour être à peu près rassasié, on a tendance à aller voir ailleurs !

 

Bergen : le vieux Bryggen

 

La majeure partie des bâtiments abritent des boutiques d’artisanat et d’autres commerces : flâner dans ce décor est un vrai plaisir, non pas tant pour la marchandise exposée que pour les bâtiments.

La plupart des maisons sont en partie restaurées : ne manquez pas d’admirer leurs galeries auxquelles il est possible d’accéder, du moins pour certaines d’entre elles.

 

Bergen : Bergenhus Festning

Nous voilà devant (4) la Bergenhus Festning (Forteresse) : Cet endroit était au Moyen Âge appelé Holmen, et constituait un centre administratif et culturel.
Sous le règne de Håkon Håkonsson (1217-1263), Bergen devint la premièrecapitale du royaume, et le domaine royal de Holmen devint le premier centre politique de Norvège.

Bergen : Bergenhus Festning
Le site est vaste, comme nous pouvons le constater sur ce plan.

 

Bergen : Bergenhus Festning
Le visiteur est accueilli par La Tour Rosenkrantz (Rosenkrantztårnet). Elle fut construite par le seigneur féodal Erik Rosenkrantz dans les années 1560.
Elle servait à la fois de résidence officielle et de forteresse.
Dans l’enceinte de la tour, on trouve le donjon de Magnus Lagabøter datant de 1270 et les fortifications de Jørgen Hansson datant des environs de 1520. La
Tour Rosenkrantz fut endommagée en 1944 par l’explosion d’un navire allemand chargé de munitions. Elle a été restaurée de manière à mieux mettre en évidence le donjon médiéval, tout en gardant visibles les étapes ultérieures de la construction. On peut ainsi ”lire” l’histoire de la Tour.

 

Bergen : Hakonshalle
La salle de cérémonie, «Håkonshallen», fut érigée entre 1247 et 1261 par le roi Håkon pour le couronnement et le mariage de son fils Magnus.
Elle est aujourd’hui considérée comme le plus grand édifice médiéval séculier subsistant en Norvège.
A l’origine, la salle de réception se trouvait au dernier étage. L’étage intermédiaire abritait des appartements, tandis que la cave servait à stocker les denrées.
La salle fut détruite par un incendie cinq ans après son édification mais elle sera reconstruite en 1280 pour tomber finalement en ruines après le départ d’Håkon V pour Oslo. Jusqu’en 1840, elle servit d’entrepôt à grains. Grâce à une initiative populaire, elle fut enfin restaurée de 1880 à 1895.

Mais la Håkonshallen fut elle aussi endommagée en 1944 lors de l’explosion du bateau de munitions allemand. La restauration effectuée après cette catastrophe a donné à la salle le mobilier qu’elle a aujourd’hui. Elle sert de nos jours de salle de réception pour les grandes occasions et est souvent utilisée comme salle de concert.

 

Bergen : Bergenhus Festning, RosenkrantztarnetLa forteresse ne se limite pas à ces deux bâtiments, bien entendu : chacun pourra inspecter le domaine en fonction du temps dont il dispose mais ces deux édifices sont incontournables.
En ressortant sur le quai de la forteresse (Festningkajen), vous pourrez aller jusqu’au bout de quai afin de visiter le Musée de la pêche, si vous vous intéressez à la pêche côtière et hauturière en Norvège.
Quant à nous, nous revenons sur nos pas et nous dirigeons vers la Mariakirken en passant devant le musée de Bryggen , ouvert en 1976 : il rassemble les nombreux objets découverts lors des fouilles archéologiques effectuées à Bryggen de 1955 à 1972. On y trouve, entre autres, les vestiges des édifices les plus anciens de Bergen, du XIIe siècle, situés à leur emplacement d’origine ; de plus, le musée abrite la plus grande collection de pierres runiques du monde.

 

Bergen : MariakirkenErigée il y a 850 ans, (5) l’église Ste Marie (Mariakirken) est le plus ancien édifice de Bergen, toujours utilisé de nos jours ; elle compte parmi les plus beaux édifices religieux de style normand du pays. La nef romane a été construite au XIIe siècle, le chœur a été transformé et allongé au XIIIe siècle dans le style gothique.
A l’époque de la Hanse, elle était l’église des marchands allemands qui sont pour une grande part à l’origine de sa décoration intérieure. La splendide chaire, qui date de 1676, est un don des commerçants de la Hanse. Elle est ornée de constellations et des vertus chrétiennes telles que la Foi, l’Espoir, l’Amour, la Chasteté, la Vérité et la Tempérance : elle est réputée être la plus belle réalisation de style baroque en Norvège.
Le triptyque, en plaqué or, avec la Vierge Marie et Jésus au centre, date de la fin du Moyen Age.

Lors de notre passage, l’église était malheureusement encore fermée pour travaux (elle a rouvert ses portes en juillet 2015)

 

Bergen : floybanestasjonen - le funiculaire vers Floyen

Nous nous redirigeons vers la place du Marché en empruntant Øvregaten, la plus ancienne rue de Bergen. Cela nous permet de situer (6) la station de départ du funiculaire de Fløyen que nous voulons emprunter le lendemain pour une petite randonnée sur les hauteurs de la ville.
C’est une attraction qu’il ne faut pas manquer et, visiblement, beaucoup de monde est au courant !

 

Bergen : Korskirke
En suivant la Kong Oskar Gate, nous arrivons à la (7) Korskirken (l’église de la Croix). Erigée vers 1100, elle possédait à l’origine trois longues nefs romanes. L’aile sud fut ajoutée en 1615 et l’aile nord en 1623, conférant au sanctuaire son plan cruciforme caractéristique.

Cette église accueille chaque année le festival « Grieg à Bergen » : ce festival de 10 semaines, qui a célébré sa 18e édition en 2014, est la plus grande manifestation de musique classique à Bergen, avec une quarantaine de concerts à Korskirken de juin à août.

 

Bergen : Domkirke - la cathédrale(8) La cathédrale Saint-Olaf est un lieu de culte depuis 900 ans mais son histoire est mouvementée.
La première église, dédiée à saint Olaf (le patron de la Norvège) n’était qu’une petite église paroissiale qui aurait été construite vers 1150. La cathédrale de la ville, à cette époque-là, était la Kristkirken (église du Christ) située à Holmen, près de la salle Håkon.
Lorsqu’un monastère franciscain s’établit dans la ville vers 1250, celui-ci incorpora l’église au monastère. Elle sera plusieurs fois ravagée par un incendie, mais toujours reconstruite.
L’église deviendra cathédrale en 1537 lorsque la Réforme luthérienne sera introduite en Norvège, la Kristkirken ayant été démolie.
La cathédrale sera à nouveau endommagée par le feu en 1623 et en 1640. Mais chaque fois, elle sera reconstruite, améliorée et agrandie. La cathédrale que nous voyons aujourd’hui date donc du XVIIe siècle.
Une restauration complète eut lieu dans les années 1880 sous la direction des architectes Christian Christie et Peter Andreas Blix. L’ancien intérieur de style rococo a été remplacé par un autre d’aspect médiéval.
La cathédrale possède un orgue Rieger à 61 jeux : c’est le plus grand instrument de l’histoire de la ville de Bergen.

 

Bergen : Jorgenskirke, Lepramuseet
L’Hôpital St Georges (Jørgenskirken) fut un hôpital pour lépreux de 1411 à 1946. Il abrite désormais (9) le musée de la lèpre qui montre comment la lèpre devint une maladie très importante en Norvège durant le XIXème siècle et comment les patients y vivaient.
De par ses échanges avec les autres ports hanséatiques, Bergen a vu débarquer nombre de contaminés venus d’Allemagne, de France, d’Angleterre et des Pays-Bas, surtout entre 1820 et 1890. 8000 personnes furent touchés par la lèpre. Le public de cet hôpital était pauvre et c’est les religieuses qui faisaient office d’infirmières. Plus de 180 patients pouvaient y vivre en même temps.
Cœurs sensibles s’abstenir …

 

Bergen : gare ferrovière(10) La gare de Bergen a été mise en service en 1913. Le bâtiment est l’œuvre de Jens Zetlitz Kielland Monrad.

La Norvège compte plus de 3 000 kilomètres de voies ferrées, avec un total de 775 tunnels et plus de 3 000 ponts. Ces voies passent souvent par des paysages superbes et variés, offrant des vues panoramiques sur des banlieues, des montagnes, des lacs et des fjords.
Le plus célèbre de ces trajets ferroviaires est Bergensbanen qui relie Oslo à Bergen par Hardangervidda, le plus haut plateau de montagne d’Europe. Il a d’ailleurs été désigné l’un des plus beaux voyages en train du monde par Lonely Planet.

Nous avons effectué le trajet et ne pouvons que le recommander vivement à tous les voyageurs : c’est une expérience inoubliable !

 

Bergen : bibliothèqueAu Moyen Âge, Bergen et Trondheim ont été les principaux centres de la littérature en Norvège, les monastères et les églises contenant la majorité des livres et des bibliothèques.
L’Église St Mary à Bergen possédait une grande collection de livres qui était ouverte au public. En 1766, le vicaire David Schönfeldt fit don d’une grande quantité de livres et d’argent, permettant à l’église de construire un bâtiment séparé pour contenir la bibliothèque. Ouverte deux heures par jour, ce fut le prédécesseur de la bibliothèque actuelle. En 1876, la collection de l’église a été remise à la Bibliothèque publique de Bergen, pour être finalement déposée à la bibliothèque de l’Université de Bergen environ un siècle plus tard.
En 1869, le bibliothécaire de l’université Paul-Botten Hansen a mis en vente sa collection de livres, composée de 12.000 volumes. Une association nouvellement créée a décidé de fonder une bibliothèque publique à Bergen, sur la base de la collection de Botten-Hansen. Après l’achat de la collection en 1871, l’association a offert à la municipalité de lui donner les ouvrages, à la condition qu’elle prenne en charge les coûts d’exploitation d’une bibliothèque. Le premier bâtiment de la bibliothèque était situé sur Torgallmenningen, dans une ancienne brasserie. Ce bâtiment se révélera bientôt trop petit.
Le bâtiment de la (11) bibliothèque actuelle, construit dans le style néo-roman en 1917, a été conçu par l’architecte Olaf Nordhage.

 

Bergen : Hôtel de Ville, ancien et nouveau(12) L’ancien Hôtel de Ville de Bergen était, à l’origine, la résidence privée de l’ancien seigneur féodal Christoffer Valkendorf. Elle a été progressivement adaptée, de 1561 à 1568, pour être utilisée en tant qu’ Hôtel de Ville. Le bâtiment a été endommagé par un incendie en 1588, 1623, 1640 et 1702. La maison telle que nous la voyons aujourd’hui date de la reconstruction en 1885. Le bâtiment a été redécoré et restauré en 1901 et 1985.
Le conseil municipal s’y réunit toujours mais un nouvel Hôtel de Ville a été construit non loin de là en 1974 (la haute tour grise que vous voyez sur la photo).
L’ancien hôtel de ville a été protégé par le patrimoine culturel en 1927.

Le bâtiment rouge que vous voyez à droite sur la photo, de style néo-gothique, a été conçu par l’architecte Peter Andreas Blix en 1888 pour abriter la caserne principale des pompiers. Ironiquement, elle a vu tous les pâtés de maisons l’entourant partir en fumée en 1916. Elle est actuellement transformée en musée, une nouvelle caserne plus grande et plus moderne ayant été mise en service en 2006 sur les rives du Store Lungegårdsvann.

Bergen, la ville aux mille incendies...

Bergen, étant construite majoritairement en bois, a souvent été ravagée par les flammes. Les derniers incendies datent de 1944 et 1955. En 1756, 1 600 maisons avaient brûlé, et en 1702, 80% de la ville et la quasi-totalité des archives avaient été détruites.

En 1916 ce fut le tour de Torgallmenningen, dont les magnifiques demeures ont été remplacées par des bâtiments de style Art nouveau. Il y eut 3 000 sans abris et 400 maisons détruites. Le feu a été causé par une simple lampe dans une baraque de stockage.
Lors du même incendie, craignant pour leur vie, les autorités libérèrent tous les détenus de la prison. Le lendemain, seulement un ou deux n’y retournèrent pas.
Pendant l’incendie de 1955, le quartier de Bryggen, l’un des derniers quartiers de la ville construits en bois, a été partiellement détruit (les six allées les plus à l’ouest), puis rénové dans les années 1980 après qu’eurent lieu des fouilles archéologiques sur les espaces brûlés. Le rapport d’incendie indique que les pompiers sont partis de leur caserne une minute après l’alerte et arrivés sur place deux minutes plus tard. Ils ont utilisé 10 000 tonnes d’eau, depuis 34 lances sur terre et 35 sur mer. Le rapport est très précis : le navire de lutte anti-incendie n° III est arrivé sur place 30 minutes après les premiers pompiers, s’est placé à 183 mètres du lieu de l’incendie et a utilisé 12 lances et 4 032 tonnes d’eau.
Les pompiers de Bergen sont une part très importante de l’histoire de la ville, tout comme les casernes. À la base ils formaient un corps de volontaires exonérés d’impôts et le service a été réorganisé en 1863 en un service municipal et régulier. Sur les hauteurs de la ville, il y avait des tours de garde pour guetter la moindre fumée suspecte. De cette époque il reste le Corps de Garde à Nordnes et Skansen sur Fløyen. Une chose qui amuse les Bergenois est que souvent les touristes prennent la caserne de Skansen pour une église.

De nos jours si un feu se déclarait dans un vieux quartier, il serait impossible pour les pompiers de l’atteindre rapidement et ce à cause de l’étroitesse des rues et de leur inclinaison. Ce serait une catastrophe pour la ville car les vieilles maisons prendraient feu les unes après les autres comme des allumettes. Les propriétaires de maisons en bois (trehus) sont incités à avoir une échelle de secours à l’étage. Les sprinklers, tuyaux et détecteurs de fumées sont aussi très répandus.
Entre les rues (gate) et les places (torg, dans le sens de marché), on trouve des places et de larges rues avec le suffixe -allmenning, comme Torgallmenningen ou Murallmenningen, qui sont censées être des espaces brise-feu. Signifiant littéralement rue de tous les hommes, il était interdit d’y construire ou de les encombrer. L’utilisation du mot Allmenning remonte au moins à 1302. Un Allmening devait être large d’au moins huit alen, un alen mesurant 55,3 cm. Par la suite les règlementations évoluèrent plusieurs fois.

Bergen : Ludwig Holberg et ancienne Bourse
(13) L’ancienne Bourse, conçue par l’architecte Franz Wilhelm Schiertz, a été construite de 1860 à 1862. Mais son aspect actuel date d’une vaste reconstruction entreprise de 1890 à 1893 par l’architecte de Lars Solberg.
Le bâtiment abritait l’Office de Tourisme, avant que celui-ci ne déménage dans ses locaux actuels, au-dessus du Marché aux Poissons. Il va être transformé en hôtel de luxe.
La statue est celle de l’écrivain Ludvig Holberg : né à Bergen en 1684, il est mort au Danemark en 1754, où il avait fait ses études et exercé sa profession. Il est considéré comme une figure majeure du siècle des Lumières scandinave.
Il faut savoir que, de 1380 à 1814, les deux royaumes de Danemark et de Norvège étaient réunis sous l’autorité du roi danois.
Holberg est le plus grand nom littéraire de la double monarchie.

 

Bergen : sculpture devant DnB bank
Ceci est probablement la statue la plus photographiée à Bergen.
Le texte gravé sur la plaque dit « (14) Ingen er det nue du SER« , ce qui signifie « Personne n’est que ce que vous voyez« .

Tout le monde aimerait connaitre l’histoire de cette statue ou du moins savoir pourquoi elle est là. Eh bien, sachez qu’elle n’est là que pour faire réfléchir les gens qui passent. Son emplacement, juste à l’extérieur d’une grande banque (DnB est la plus grande banque et entreprise du secteur financier de Norvège)
Elle n’a pas de nom, elle est simplement appelée « Le sans-abri »; c’est une œuvre du sculpteur Arne Maeland.

 

Bergen : monument des marins
(15) Sjøfartsmonumentet (Monument des Marins) se compose de douze personnages masculins et de 4 reliefs en deux hauteurs, coulées dans le bronze, le tout monté sur un grand socle carré en granit.
Le monument, conçu par l’artiste Dyre Vaa dans les années 1939 à 1945 et dévoilé en 1950, célèbre la contribution des Norvégiens à l’océan depuis les Vikings.
Financé à partir d’une collecte, et installé sur une rue très passante (Torgallmenningen), le monument n’a été complété que plus tard par une fontaine à ses pieds. Ses margelles sont en permanence prises d’assaut par les passants, qui s’y installent pour se sustenter ou simplement se reposer.

 

Bergen : statue de Olle BullNous sommes sur la place (16) Ole Bull où un monument a été érigé en son honneur car il était l’un des plus grands virtuoses du violon de son temps.
Ole Bull est né en 1810. Sa performance solo avec le grand orchestre de l’Opéra de Paris à l’âge de 25 a marqué le début d’une série de tournées de concerts qui l’ont emmené à travers toute l’Europe et jusqu’en Amérique.
Durant l’été 1858, Bull a rencontré Edvard Grieg alors âgé de 15 ans : ayant remarqué le talent du jeune homme, il a persuadé ses parents de l’envoyer développer ses talents au Conservatoire de Leipzig.
En 1850, Ole Bull a fondé le premier théâtre norvégien, avec Henrik Ibsen comme premier instructeur, suivi par Bjørnstjerne Bjørnson.
Ses contemporains ont fait de lui un symbole national.

 

Bergen : le théâtre (den Nationale Scene), Henrik Ibsen

(17) Henrik Ibsen (1828-1906) est le dramaturge le plus célèbre dans l’histoire de la Norvège, et le plus joué au monde après Shakespeare. Père du drame moderne, ses œuvres ont révolutionné le théâtre.
Les plus connues sont Peer Gynt dont Edvard Grieg composa la musique, Une maison de poupée, Hedda Gabler, Les Revenats, La Canard Sauvage et Un ennemi du Peuple. Pour en savoir plus sur Henrik Ibsen, cliquez ici.
Il n’était âgé que de 23 ans quand Ole Bull l’invita à venir travailler au théâtre qu’il venait de fonder à Bergen : il y restera 6 ans.

Comme nous le montre la statue qui a été érigée en son honneur en face du théâtre, la stature du bonhomme était imposante !
Œuvre de Nils Raa, la statue, haute de 3,50m, date de 1981.

 

Bergen : le théâtre (den Nationale Scene)(18) Den Nationale Scene (la scène nationale) est le plus ancien théâtre permanent de Norvège ;lss racines remontent à Den Norske Theater (Théâtre norvégien) fondée en 1850 par le violoniste norvégien Ole Bull. Le théâtre a été fondé pour promouvoir les œuvres des dramaturges norvégiens. Comme nous l’avons vu, Henrik Ibsen en assura la direction durant les 6 premières années, suivi par Bjørnstjerne Bjørnson de 1857 à 1859.
Depuis 1909, le théâtre occupe un admirable édifice Art Nouveau, le bâtiment d’origine ayant été bombardé en 1944.
Den Nationale Scene a joué un rôle important dans l’histoire du théâtre norvégien, tant sur les plans du répertoire que de la mise en scène.

 

Bergen : Nykirken(19) Nykirken – qui signifie nouvelle église – fut construite en 1621 pour les habitants de Nordnes, afin de leur éviter d’avoir à marcher jusqu’à Domkirken (la cathédrale) pour communier.
L’église est construite sur les ruines de l’ancienne résidence d’un archevêque, dont les murs imposants subsistèrent jusqu’au XVIIe siècle. Les fondations servirent de cimetière vers 1637. Après un incendie en 1756 une nouvelle église fut construite par-dessus l’ancienne ; le cimetière, abandonné en 1863, fut quant à lui rasé après le grand feu de 1944, provoqué par l’explosion d’un cargo chargé de munitions (celui-là même qui a aussi endommagé la Håkonshallen : cf ci-dessus).
Des efforts ont été faits au cours des années pour maintenir le bâtiment selon les plans de l’architecte JJ Reichborn, élaborés au 18ème siècle.
Cependant, et peut-être pour des raisons économiques, le clocher que Reichborn avait prévu n’a jamais été bâti. Mais quand l’église a été reconstruite et restaurée en 1956, le clocher des dessins originaux a été érigé.
La dernière restauration date de 1996.

 

Bergen : aquarium (akvariet)(20) L’Aquarium a été installé tout au bout du Nordnes, sur la langue de terre entre Vågenbecken et le Puddefjord : chaque jour, 3 millions de litres d’eau sont pompés au fond du Byford pour alimenter les différents bassins.
La promenade jusque là offre de belles vues mais nous avons zappé la visite, qui est surtout préconisée pour les familles avec enfants ou pour … occuper une journée pluvieuse, si l’on en croit les avis déposés par les visiteurs.
Or, le soleil brillait généreusement ce jour-là et nous avons préféré poursuivre avec notre découverte de la ville.

 

Bergen : Johanneskirken
(21) L’église Saint-Jean (Johanneskirken) a été construite en 1894 d’après les plans de l’architecte Herman M Backer. Elle compte parmi les plus belles constructions de style néo-gothique de Norvège et peut accueillir jusqu’à 1250 personnes, ce qui en fait la plus grande église de Bergen.
La Johannes kirken se signale par sa position dans la ville : juchée au sommet d’un raidillon et dotée d’un clocher fin et élevé, elle domine majestueusement le sud du centre-ville du haut de ses 61m. Elle se distingue aussi par les matériaux employés : des briques rouges pour l’extérieur, le bois pour l’intérieur.
Elle est enfin réputée pour les récitals d’orgue (grauits !) qui y sont donnés du 26 juin au 21 aout les mercredis à 19h30
Elles est ouvert toute l’année, du mardi au samedi, mais de 10h00 à 14h00 seulement.

 

Bergen : Musée de la MarineIl faut contourner la Johanneskirken pour arriver au (22) musée de la Marine, fondé en 1921.

Il occupe un étonnant édifice en pierre conçu par Per Grieg en 1962 : il s’agence autour d’un atrium et propose un « pont-promenade » où les visiteurs peuvent s’étendre sur des chaises-longues pour contempler l’un des ports les plus animés de la ville.
Le musée retrace l’histoire de la navigation norvégienne, en mettant l’accent sur la région de Vestland. Le rez-de-chaussée traite des origines à 1900, tandis que le 1er étage est consacré au XXe siècle.

 

Bergen : Jardin botanique
Nous entamons notre descente vers lille lungegårdsvann, le petit lac de la ville, en passant par le jardin botanique, qui nous amène à l’arrière du (23) musée d’Histoire naturelle.

Bergen : Musée d'Histoire Naturelle
Composé de plusieurs sections (botanique, géologie et zoologie), le musée occupe un imposant édifice, construit en 1866, sur les plans de l’architecte J.H. Nebelong, puis agrandi en 1898 par H.J. Sparre.

 

 

Bergen : Musée d'Histoire Naturelle, devant

 

 

Le musée a été créé en 1825 par le président du Parlement, W.F.K. Chistie, dont la statue trône fièrement devant le bâtiment.
Les recherches qui furent menées dans le cadre du musée d’Histoire naturelle débouchèrent sur la création de l’université de Bergen.

Le musée était en cours de restauration durant notre séjour à Bergen (et donc fermé au public)

 

Bergen : lille lungegårdsvann
Nous arrivons à hauteur du lac du centre-ville et sommes accueillis par un joli kiosque à musique ; celui-ci a été offert à la ville de Bergen par le consul Fredrik Georg Gade en 1888. Il a été commandé en Allemagne (pays des ancêtres du consul) et a ensuite été transporté à Bergen pour y être monté. Il est en fonte et bois. Il a été restauré en 1999.
Depuis 1929, c’est ici, sur (24) Festplassen, qu’est célébrée la fête nationale le 17 mai. Toutes sortes d’autres manifestations festives se déroulent ici tout au long de l’année.

Bergen : lille lungegårdsvann

 

 

 

Lille Lungegårdsvannet est un endroit vraiment paisible. Son nom signifie «petit lac de la ferme de Lunge», en référence à un noble Danois, Vincens Lunge, qui y possédait un domaine. Jusqu’en 1926, il était relié à Store Lungegårdsvannet («Grand lac de la ferme de Lunge») qui sépare le centre-ville des quartiers périphériques de Fana, Årstad et Ytrebygda.
Le grand immeuble gris que vous apercevez sur la photo est le nouvel Hôtel-de-Ville.

Bergen : lille lungegårdsvann, Ulriken et Floyen

 

 

N’hésitez pas à vous asseoir pour profiter d’un agréable moment de détente et d’une jolie vue sur les collines environnantes : le mont Fløyen (à gauche sur la photo), est facilement reconnaissable grâce à la trace du funiculaire dans la végétation. Le mont Ulriken (à droite sur la photo) est le plus haut des 7 sommets entourant la ville avec ses 643 mètres d’altitude.

Bergen : lille lungegårdsvann, Kode

 

 

Vous pouvez aussi admirer la vaste collection d’art et de design de la ville, qui remplit quatre bâtiments, nommés (25) KODE1, KODE2, … Vous y découvrirez les chefs-d’œuvre d’Edvard Munch, Nikolai Astrup, Pablo Picasso, Paul Klee et JC Dahl, des collections de faïences et d’orfèvrerie.

 

Bergen : Edward Grieg
Entre Festplassen et le square dédié à Ole Bul, sur Byparken, vous ne pourrez manquer la statue érigée à la mémoire d’un enfant chéri de Bergen, (26) Edvard Grieg.
Il est considéré comme le plus célèbre compositeur, pianiste et chef d’orchestre de Norvège.
Né à Bergen en 1843, il n’avait que 15 ans quand il entra au conservatoire de Leipzig sur les conseils du violoniste Ole Bull, qui avait détecté son talent.
Cherchant à créer un style typiquement norvégien, Grieg puisa son inspiration dans la musique populaire. Parmi ses œuvres les plus célèbres figure Peer Gynt, la musique de scène du drame d’Henrik Ibsen.
Œuvre de Ingebrigt Vik , la statue date de 1915.

Bergen : Christian Michelsen

 

 

Tout près de la statue d’Edvard Grieg, sur Festplassen (côté nord), un monument haut de presque 18 mètres interpelle le touriste : qui donc était cet homme pour mériter un tel piédestal ?

Il s’agit de (26) Christian Michelsen, un homme d’affaires né à Bergen en 1857 : spécialisé dans le transport maritime , il fut le premier Premier ministre de la Norvège en tant qu’État indépendant, de 1905 à 1907.
Mais il est surtout connu pour son rôle central dans la dissolution de l’union entre la Norvège et la Suède en 1905 ; il fut l’un des politiciens les plus influents de la Norvège de son temps.
Le monument, dû au sculpteur Gustav Vigeland, a été inauguré le 17 mai 1938.

En ce mois de juin 2015, Bergen croule sous les fleurs

 

Bergen en fleurs : RhododendronsBergen : fleurs cytises

 

De plus, il fait très beau.
Alors, ne résistons pas à l’appel du Fløyen : rendez-vous sur une nouvelle page pour une escapade sur la colline de Fløyfjellet.
Repérez la gare de départ sur notre plan : il s’agit du N°6.

 
retour

retour à la page « Norvège »

6 Commentaires

  1. hittite

    Merci pour ce petit tour d’horizon de Bergen . Il nous a permis de cibler qq endroits peu mentionnés par les guides. L’enceinte du musee des lepreux est superbe . Attention aux horaires des musees!
    La méteo de ce mois de juin 2017 n’etait pas aussi belle ….
    FLOYEN peut se faire à pied sans grosse difficulté.. et si vous etes en bonne forme physique, grimpez sur le mont Lovstakken, le paysage est à couper le souffle. Comptez 3h30 de balade. Gros avantage en Norvege a cette saison, la luminosite ne baisse pas il fait grand jour meme à 21 heures .

    Réponse
    • Marie-Paule

      Merci à vous pour ce complément d’information !
      Apparemment, malgré la météo un peu moins clémente, vous avez pu apprécier la superbe vue qu’offre le mont Lovstakken, et surtout profiter des longues journées norvégiennes, bien agréables pour les randonneurs en bonne forme physique.

      Réponse
  2. manu

    Bonjour,

    la lecture de votre article m’a fourni une bonne source d’informations pour le voyage que nous avons effectué l’été dernier à Stockholm sur une semaine en complément d’une autre semaine à Bergen en Norvège. Pour les futurs voyageurs notre carnet de voyage est ici https://blogvoyagesuedenorvege.wordpress.com/

    Réponse
    • Marie-Paule

      Bonjour Manu,

      Je suis contente que nous ayons pu vous aider dans la préparation de votre voyage. Bravo pour les très belles photos de votre carnet de voyage.

      Réponse
  3. BOUR - J.

    Très beau reportage , très belles Photos
    nous allons en Norvège début juin 2016 et visiterons BERGEN entre autres … merci beaucoup Super bien ! J.B.

    Réponse
    • Marie-Paule

      Nous avons exploré bien plus que Bergen, en Norvège, vous vous en doutez, mais je n’ai pas encore eu le temps de mettre le reste en ligne. Si vous en avez l’occasion, ne ratez pas le train entre Oslo et Bergen : c’est une très belle expérience. D’ailleurs la découverte de la Norvège laisse à tous les voyageurs un souvenir impérissable, je crois.
      Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas : c’est avec plaisir que nous vous répondrons, si nous le pouvons.
      Je vous souhaite un très agréable séjour !
      Cordialement,
      Marie-Paule

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Compétences

Posté le

31 décembre 2014