Norvège : la route du Sognefjell

Norvège : la route du Sognefjell

Crédit photo : Sognefjellet, Jarle Wæhler, Statens Vegvesen

retour

retour à la page « Norvège »

 

Norvège : route 55, sognefjellet tracéEntre Gaupne et Lom, la route 55 devient une route touristique, connue sous le nom de Sognefjellet. Longue de 108 km, elle est surnommée « la route sur le toit de la Norvège » car c’est la plus haute route carrossable d’Europe du nord : elle passe par le col le plus élevé de Norvège, à 1 434 mètres d’altitude.
La route à travers Sognefjellet (Sognefjellet signifie « montagnes du Sogn ») était autrefois une importante artère de transport reliant les zones côtières et intérieures : le poisson et le sel transitait vers l’est tandis qu’on amenait le beurre, la poix et le cuir vers l’ouest.

Mais attention : la route ferme en novembre et rouvre en mai, sur la portion allant de Liasanden à Turtagrø (les deux flags rouges sur la carte ce-contre). En hiver, le temps est si rude et les masses de neige si énormes qu’il est impossible de dégager les voies de circulation. Si vous vous y engagez juste après sa réouverture au printemps, vous passerez à certains endroits entre des murs de neige qui font près de 10m de haut.

 

Norvège : route 55, Lusterfjorden
Au niveau de Gaupne, la neige a fondu depuis quelque temps déjà, laissant la place à de magnifiques tapis de fleurs.

Nous sommes au bord du Lustrafjorden, un bras du grand Sognefjord, le plus long fjord de Norvège avec ses 204 kilomètres. C’est aussi le fjord le plus profond, puisqu’il plonge jusqu’à 1300m sous le niveau de la mer tandis que les sommets qui entourent le fjord montent à plus de 1700 m.
Nous avons déjà fait sa connaissance à Solvorn, quand nous avons pris le ferry pour aller visiter la stavkirke de Urnes. Là, nous allons le longer jusqu’à Skjolden, ce village étant considéré comme l’extrémité orientale du Sognefjord.

 

Norvège : route 55, maisons

 

Ici, la nature est presque intacte, et les humains s’intègrent harmonieusement dans le paysage : voyez les toits végétalisés des maisons (cliquez sur la photo pour l’agrandir).

Nous sommes à proximité du parc national de Jotunheimen, créé en 1980. Il s’étend sur quelque 3 500 kilomètres carrés et abrite les plus hautes montagnes du pays, à savoir Galdhøpiggen (2 469 m d’altitude) et Glittertind (2 464 m d’altitude).
La région possède la plus grande concentration de sommets de plus de 2 000 mètres en Europe du Nord.
Il parait qu’elle offre aussi certaines des randonnées les plus spectaculaires du continent, ce que nous n’avons malheureusement pas eu le temps de vérifier.

 

Norvège : route 55, LusterfjordenSaviez-vous que c’est un écrivain qui est à l’origine du nom de ces montagnes ?

Dans la mythologie nordique, le Jøtunheim est le royaume des géants de glace. C’est en voyant ces paysages sauvages que l’écrivain norvégien Aasmund Olavsson Vinje avait baptisé ce massif Jøtunheimen en 1862. C’est là que vivent les Jotuns – des trolls. Jøtunheimen est ensuite devenu Jotunheimen, un nom qui est toujours utilisé.

Selon le magasine Geo, « ce lieu riche d’espaces naturels exceptionnels n’a rien à envier à la légende : neiges éternelles, lacs turquoise, vastes étendues désertes et sommets majestueux sont les modestes attributs de sa beauté glaciaire. Les amateurs de nature préservée ne s’y trompent pas : ce parc national de Norvège relativement isolé, situé à équidistance d’Oslo, de Bergen et de Trondheim, accueille chaque année de nombreux randonneurs en quête d’un environnement spectaculaire où quelques heures de marche suffisent à accéder à des paysages hors normes ».

 

Norvège : route 55, église et cascade
Quand on voit ce paysage si paisible, ces maisons qu’on distingue à peine dans l’immensité de la nature, on imagine mal que des bateaux de croisière viennent jusqu’ici déverser leur lot de touristes… Et pourtant, même Hutigruten, l’express côtier, s’aventure jusque là et propose une courte balade à ses clients en ces termes :
« Depuis le port, vous marcherez jusqu’au fond du Sognefjord en passant par le centre du petit village de Skjolden. Vous vous trouverez alors au cœur de la Norvège et au pied des plus hautes montagnes d’Europe du Nord, le Jotunheimen. Ce sera le point de départ d’une courte randonnée facile à travers la nature préservée jusqu’à Sengjaberget (Bed Rock), s’élevant à 120 mètres. À votre arrivée, vous serez récompensé par la vue panoramique sur le lac Eidsvatnet, Skjolden et Eide Farm, l’une des plus importantes de la région, mais aussi par les eaux turquoises scintillantes du Lustrafjord avec les montagnes verdoyantes pour toile de fond. Votre voyage de retour s’effectuera par un trajet similaire le long de la rivière »

 

Norvège : route 55, cascadeVous avez sans doute remarqué, sur la photo précédente, la cascade qui dévale la pente sur la rive opposée, derrière l’église. La voilà d’un peu plus près.
La cascade Feigumfossen tombe d’une hauteur de 218 mètres dans un cadre idyllique sur le côté sud du Lusterfjord. Nous l’avons admirée depuis la route, à partir de la rive nord du fjord.
En voyant les trombes d’eau qui s’abattent, vous aurez peut-être envie de la voir de plus près : c’est prévu !

Lorsque vous arrivez à Skjolden, il faut suivre l’étroite «route romantique» le long de la rive sud du Lusterfjord jusqu’à l’endroit où la rivière Feigeelva se jette dans le fjord. A partir de là, un sentier vous amène jusqu’à la chute, comme vous le montre cette courte vidéo
Si vous continuez à monter tout le chemin vers le sommet, il parait que vous serez récompensé par une vue magnifique sur le massif de Hurrungane à l’est : nous ne sommes pas allés vérifier !

 

Norvège : route 55, epipactis atrorubensNorvège : route 55, fjord à Kvalsviki

 

Nous nous arrêtons à hauteur du lieu-dit « Kvalsviki », à l’invitation d’un panneau signalétique : la région autour de Luster est protégée depuis 1999, afin de préserver la faune et la flore typiques de l’endroit.
J’en ai profité pour photographier de près une orchidée assez rare en Alsace, qui semble bien se plaire ici : epipactis atrorubens.

 

Norvège : route 55, bovins

 

Ces Highlands sont les premiers bovins que nous voyons en Norvège, et ce seront les seuls d’ailleurs !

 

Norvège : route 55, paysage bucolique

Après Fortun, la route se rétrécit et commence à grimper. La vue sur la vallée de la rivière fortundalselva n’est-elle pas magnifique ? La rivière étant alimentée par de nombreux ruisseaux et cascades, elle est prisée pour la pêche au saumon, parait-il.

De nombreuses exploitations agricoles s’accrochent au flanc de la montagne, tandis que les maisons du village sont assez dispersées. Le village dispose d’une centrale électrique et d’un atelier de réparation de voiture avec une station-service.
Cliquez ici pour voir de magnifiques images de la vallée de Fortun.

 

Norvège : route 55, froid

 

 

Peu après, les choses sérieuses commencent : la route se fait plus étroite, les virages sont plus prononcés, les abords de la route sont encore bien dégagés mais la neige se rapproche. Le paysage devient plus minéral, seulement parsemé de rares chalets perdus au milieu de nulle part.

 

Norvège : route 55, neige

 

 

Et tout-à-coup, nous avons l’impression d’avoir fait un saut temporel ! Est-il possible qu’en une fin de mois de juin, la voiture doive passer entre deux hautes murailles de neige ? Il ne semble pas y avoir âme qui vive à des lieux à la ronde.
Pour couronner le tout, la voiture nous indique qu’il n’y a pas de réception.

La neige se met à tomber …

 

 

Norvège : route 55, carte 2Norvège : route 55, seuls

Au premier panneau que nous voyons, nous nous arrêtons. Nous notons les altitudes des sommets alentours : 1400 à plus de 2000 m.
Nous essayons de nous repérer par rapport au trajet : impossible …
Nous savons qu’il y a des oeuvres architecturales à voir, à Nedre Oscarshaug, à Mefjellet, entre autres. Sommes-nous déjà passés ? Mystère …
Ce n’est qu’en revenant à la voiture que nous voyons le panneau « Oscarshaug 7km » (dans le « mauvais » sens, bien sûr) : aurions-nous été tellement obsédés par la route que nous ne l’avons pas vu ? Ou était-il pris dans le mur de neige ? Difficile à dire.

 

Norvège : route 55, skieursNorvège : route 55, skieursNous nous arrêtons à hauteur de Sognefjellshytta : nous avons atteint le point le plus haut du trajet.
Tout est recouvert de neige, hormis quelques rochers qui émergent ça et là. Il n’y a aucune trace : nul être humain ne semble s’être aventuré ici depuis des mois et pourtant … Il me semble apercevoir au loin quelque chose qui se déplace.
Le zoom ne laisse planer aucun doute : ce sont des petits groupes de skieurs qui évoluent sur cette immensité immaculée !

Il est vrai qu’il y a ici un centre de ski d’été que choisissent bon nombre de professionnels pour venir s’entrainer dans des conditions optimales.

 

Norvège : route 55, fonte neige

 

Nous nous arrêtons ensuite au lieu-dit « Nufshaug » pour admirer les deux cascades qui dévalent de la montagne pour se rejoindre au niveau de la route.
Nous avons déjà perdu pas mal d’altitude, la neige se fait plus rare.

 

 

Norvège : route 55, descente

 

 

Autant les arrêts de Nedre Oscarshaug et Mefjellet sont passés totalement inaperçus pour nous, autant Vegaskjellet est simple à localiser !
Le point de vue a été aménagé au bout d’une imposante « passerelle » de béton : la vue à 360° sur les sommets environnants est magnifique.

 

 

Ce sera notre dernier arrêt avant Lom où nous voulons arriver à temps afin de pouvoir encore visiter l’intérieur de la stavkirke (église en bois debout).

Attention quand vous établirez votre planning
: la route du Sognefjell a beau ne faire que 108 km, il faudra compter 2h30 au minimum pour effectuer le trajet car il serait dommage de ne pas s’arrêter ici et là pour mieux profiter des somptueux paysages !

Comme vous pouvez le constater, le temps peut varier du tout au tout : il peut faire très beau, comme vous le montre la photo en tête de cet article. Il peut aussi faire très gris, comme cela fut le cas quand nous avons pris cette route : tout ce gris et ce blanc qui se mêlent et finissent parfois par se confondre a contribué finalement au charme de cette aventure, ajoutant comme un voile de mystère.
Bien sûr, si la neige tombe drue et, qu’en plus, le blizzard souffle, il vaut certainement mieux s’abstenir, même si la route est ouverte.

retour

retour à la page « Norvège »