Malte : La Valette

Malte : La Valette

retour

La Valette, capitale de la république de Malte, est irrévocablement liée à l’histoire de l’ordre militaire et charitable de Saint-Jean-de-Jérusalem.
La première pierre de ce chef d’œuvre d’architecture baroque fut en effet posée en 1566 par le grand maître des chevaliers, Jean Parisot de la Valette, sur la langue de terre comprise entre Grand Harbour au sud et Marsamxett Harbour au nord, la péninsule de Xiberras.

La photo ci-dessous, que j’ai prise depuis l’avion à notre arrivée sur l’île, vous permettra de bien vous situer.

malte : la valette et les trois cités

 
Un peu d’histoire :
Chassés de Terre sainte en 1291, installés à Rhodes pendant deux siècles, les chevaliers sont à nouveau chassés de cette île en 1522 par les forces de Soliman le Magnifique. Commencent quelques années d’errance auxquelles Charles-Quint met fin en 1530 en leur offrant l’île de Malte.
Lorsque les Chevaliers arrivèrent à Malte en 1530, ils s’installèrent dans le petit village de Birgu (Vittoriosa), que protégeait le Fort St Ange.
En 1565, les Ottomans assiégèrent Malte pour prendre possession de l’archipel et en chasser l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem : l’événement entrera dans l’Histoire sous le nom de « Grand Siège de Malte« .
Malgré leur supériorité numérique, les Ottomans ne viennent pas à bout de la résistance des chevaliers et doivent lever leur siège après avoir essuyé de lourdes pertes.
La victoire des chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem a un retentissement considérable dans toute l’Europe chrétienne : elle leur confère un immense prestige et renforce leur rôle de défenseur de la religion chrétienne face à l’expansionnisme musulman. Les fonds collectés à la suite de cette victoire permettent de relever les défenses de Malte et d’assurer la présence durable de l’Ordre sur l’île.
Les deux cités de Birgu et Senglea sont renommées respectivement Vittoriosa, « la victorieuse » et Invitta, « l’invaincue », en hommage à leur résistance héroïque.
L’importance stratégique de la péninsule de Xiberras était devenue évidente lors du Grand Siège et le projet d’y édifier une ville nouvelle pourra se concrétiser grâce au Pape Pie V et au Roi Philippe d’Espagne, qui apportèrent une aide financière et firent appel aux services d’un incroyable ingénieur militaire, Francesco Laparelli.

La conception de Laparelli marqua un tournant significatif par rapport à la structure médiévale traditionnelle des villes puisqu’il opta pour un agencement en quadrillage, ce qui permet à l’air frais provenant des deux ports de circuler facilement dans les rues étroites ; une sorte d’air conditionné à échelle urbaine. Les larges marches des escaliers de La Valette sont une autre particularité: elles avaient été conçues pour le passage des chevaliers vêtus d’imposantes armures.
La Valette est ainsi la première ville d’Europe à avoir été entièrement créée selon des plans. Pour la protéger des attaques terrestres, un fossé de 20m de large et de 18m de profondeur court sur près de 1 km en travers de la péninsule, complété par des remparts.
Commencée en 1566, La Valette fut achevée en l’espace de 15 ans seulement : en 1571, les constructions de la ville étaient suffisamment importantes pour permettre aux Chevaliers de quitter Birgu et de venir s’y installer.
Par la suite, l’architecte maltais Girolamo Cassar poursuivit la construction de la ville, en se focalisant sur les bâtiments. Après un bref séjour en Italie, Cassar entreprit la construction de plusieurs bâtiments, notamment les Auberges pour chacune des langues de l’ordre. Un peu comme des ambassades, elles prirent le nom des différentes langues ou nationalités composant l’ordre et servaient d’habitation secondaire aux chevaliers. Nous les verrons au fur et à mesure de notre balade.

La Valette est classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO qui nous dit : « Le tissu de la ville contient un ensemble compact de 320 monuments qui incarnent tous les aspects des fonctions civiles, religieuses, artistiques et militaires de leurs illustres fondateurs. » Cet ensemble construit sur une superficie de 55 ha seulement constitue l’une des zones historiques les plus concentrées du monde, nous dit encore l’Unesco.

Indiscutablement, La Valette constitue avec les Trois Cités (Vittoriosa, Senglea et Cospicua), l’un des plus beaux ensembles fortifiés au monde. La couleur miel de ces murailles se détachant du bleu profond de la Méditerranée et du bleu du ciel quasi toujours présent en font un véritable enchantement pour les yeux !

Le périmètre de la ville est resté pratiquement inchangé depuis le départ des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean : se perdre dans ses ruelles pavées du XVIe siècle est un pur bonheur. Elle a l’élégance d’une « ville bâtie par des gentilshommes pour des gentilshommes » et saura à coup sûr vous séduire.

Le circuit que nous vous proposons (effectué en avril 2017) passe par les principales curiosités : il fait 4 km de long, ce qui vous permettra de voir l’essentiel en une demi-journée.

0

 

La Valette : city gate(1) En arrivant aujourd’hui à La Valette, vous pénétrez par la toute nouvelle porte, terminée en 2015, la City Gate.
Le projet de rénovation de l’entrée de la capitale a été confié à l’architecte de renommée mondiale, Renzo Piano. L’ensemble de l’entrée a été repensé : porte, place derrière la porte, fossés.
Il s’agissait de rétablir l’impression de puissance et de solidité donnée par la porte initiale percée en 1633 dans les remparts et que les aménagements des années 1960 avaient largement entamés. La nouvelle porte devient ainsi une simple ouverture dans le mur, large de seulement huit mètres. L’architecture est très sobre, dépouillée de toute fioriture décorative qui pourrait détourner de sa présence authentique et sans âge.
La porte est faite d’immenses blocs de pierre, encadrés par de grandes lames d’acier qui marquent la séparation entre passé et présent.

Lorsque vous êtes sur le pont, le Bastion et Cavalier Saint-Jean (St John’s Cavalier) se trouve à gauche et le Bastion et Cavalier Saint-Jacques (St James’ Cavalier) à droite. On appelle « cavalier » les renforcements intérieurs des bastions.

 

La Valette : city gate, volées de marches intra murosIntra-muros, deux volées de larges marches plates (comparables à celles qui encadraient la vieille porte) relient les bastions et cavaliers à Republic Street en contrebas.
La porte et les douves sont reliées par des escaliers et un ascenseur panoramique permettant aux visiteurs d’explorer les profondeurs des douves, où un jardin méditerranéen remplace un ancien parking. Le visiteur pourra ainsi mesurer la hauteur des remparts et la profondeur des fossés, saignée dans la roche calcaire.

Sur la photo, vous pouvez admirer une des façades du nouveau Parlement : elles sont toutes protégées par un mur de pierres. Celles-ci sont sculptées, créant un dispositif totalement fonctionnel qui filtre les radiations solaires tout en permettant à la lumière du jour de pénétrer à l’intérieur, et de maintenir les vues depuis le bâtiment. Chacun de ces blocs a été taillé par machine-outil à commande numérique. Le résultat est une architecture de pierre insérée dans son contexte historique mais également le produit d’une technologie de pointe.

 

La Valette : le parlement
(2) Le bâtiment du nouveau parlement, dont la forme respecte les limites existantes de la rue, est constitué de deux blocs massifs en pierre, posés sur de fines colonnes, lui conférant une impression de légèreté. La pierre utilisée est la globigérine, la pierre typique maltaise. Le bloc côté nord est principalement voué aux salles du parlement tandis que celui au sud accueille les bureaux des parlementaires ainsi que ceux du Premier Ministre et du leader de l’opposition.

L’objectif principal de la conception volumétrique du bâtiment était de créer un ilot poreux. Les deux blocs sont ainsi séparés par une cour centrale, qui sert aussi d’entrée principale. Cette cour est conçue de telle façon que les vues sur le monument Saint James Cavalier depuis la rue de la République ne soient pas obstruées.

Au rez-de-chaussée du parlement, un musée (interactif) de l’histoire maltaise et du développement politique est ouvert au public.

 

La Valette : l'opéra royalLa Valette : l'opéra royal, entrée(3) Juste après le Parlement, des arches et des colonnes anciennes interpellent le visiteur : nous sommes devant l’ancien Opéra Royal de Malte devenu le Théâtre en plein-air contemporain de La Valette.
Le majestueux théâtre, construit en 1866, est détruit le 7 avril 1942, alors que La Valette est sévèrement bombardée. Un bâtiment emblématique de la ville est à terre mais il faudra plus d’un demi-siècle de propositions rejetées pour qu’enfin celui de Renzo Piano soit validé : des structures modernes viennent se greffer sur les éléments d’époque pour créer un théâtre de plein air. La communion entre la scène et le quartier est totale, permettant au site de jouer un nouvel acte de son histoire.

Pour en savoir davantage et voir des photos d’époque,http://www.visiter-malte.com/de-lopera-royal-au-theatre-en-plein-air-de-la-valette/.

 

La Valette : saint james cavalier(4) St. James Cavalier fut l’un des premiers bâtiments à être construit à La Valette, avec l’ église de Notre-Dame des Victoires et le reste des fortifications. Le cavalier a été construit comme une plate-forme surélevée sur laquelle des armes étaient placées pour défendre la ville contre des attaques venues de l’intérieur des terres. En plus d’interdire l’entrée, St. James pouvait également menacer ceux qui avaient déjà franchi les défenses de la ville. Il était relié à Saint John’s Cavalier par un passage souterrain maintenant bloqué.
Dans les années 90, le gouvernement de Malte a commandé un plan directeur pour la réhabilitation de La Valette et de ses environs. Le projet comprenait la restauration de St. James Cavalier et sa conversion à des fins culturelles. La restauration a été entreprise par l’architecte maltais Richard England, qui s’est retrouvé devant le défi de partir d’un édifice conçu pour interdire l’entrée à celui qui accueille les visiteurs depuis le 22 septembre 2000.
Le cavalier abrite maintenant un petit théâtre, un cinéma, des salles de musique et des galeries d’art. En août 2015, il a été rebaptisé Spazju Kreattiv (soit « espace créatif » en français.)
Pour voir des photos des divers espaces, cliquez ici

 

La Valette : saint james cavalier, église ste catherineLa Valette : saint james cavalier, église notre dame de la victoire(4) L’église Notre-Dame de la Victoire est la plus ancienne église de la capitale, édifiée en 1566 par Jean de La Valette pour commémorer la victoire du Grand Siège de 1565. Jean de La Valette y était enterré après sa mort le 22 août 1568 ; sa dépouille sera transférée dans la co cathédrale Saint Jean lorsque celle-ci sera achevée, en 1577.
Modifiée fin XVIIe siècle, remodelée au XVIIIe siècle, l’église est actuellement en cours de rénovation mais néanmoins ouverte au public.
La splendide façade baroque, avec son buste en bronze du pape Innocent XII a été ajouté en 1752 sur ordre du Grand Maître Pinto. Le buste (cliquez sur la photo pour l’agrandir et mieux voir) a été offert par le grand maître Ramon Perellos y Roccaful, pour remercier le pontife d’avoir réglé le conflit qui l’opposait à l’évêque de Malte. En effet, les évêques de Malte (qui représentaient le pouvoir religieux indépendamment de l’Ordre) étaient souvent en conflit avec celui-ci.

(4) L’église Sainte Catherine fait face à l’église Notre-Dame de la Victoire : elle a été construite en 1576, par Girolamo Cassar, pour les chevaliers de l’ordre de Malte italiens. Sa façade a été modifiée au XVIIIe siècle par Romano Carapecchia.
L’église, dédiée à sainte Catherine de Sienne, est ornée de scènes de sa vie, notamment le fameux retable du Martyre de sainte Catherine de l’artiste italien Mattia Preti

 

La Valette : saint james cavalier, maison de castille(4) L’Auberge de Castille a été construite entre 1571 et 1574 par Cassar.
L’Auberge a été entièrement reconstruite de 1741 à 1745, au cours du règne du grand maître Manoel Pinto da Fonseca, qui tenait à souligner le rang et le prestige des chevaliers.C’est un autre architecte maltais, Andrea Belli, qui fut chargé des travaux. Les armoiries de Castille, de León et du Portugal, ainsi que les armoiries personnelles de Manuel Pinto ont été sculptées sur la façade à cette époque.
Avec son élégante volée de marches et sa riche façade baroque, c’est, sans doute, le plus bel édifice érigé par l’Ordre dans La Valette. Bâtie au point le plus élevé de la ville, à l’abri d’un haut porche flanqué de canons, elle accueillait les chevaliers de la Langue de Castille, de León et du Portugal, l’une des langues les plus puissantes de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.. Bien visible de Castille Place, elle apparaît très représentative de la dérive somptuaire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
Elle abrite aujourd’hui le cabinet du Premier ministre.

 

Il ne subsiste que cinq des huit auberges de l’ordre. Les bombardements subis par La Valette au cours de la Seconde Guerre mondiale détruisirent les auberges d’Auvergne et de France. L’auberge d’Allemagne, elle, fut rasée au XIXe siècle, pour laisser la place à la cathédrale anglicane Saint-Paul (St Paul’s Anglican Cathedral). L’auberge d’Angleterre et de Bavière a été transformée en école.

 

La Valette : auberge d'Italie, détailLa Valette : auberge d'Italie(5) L’auberge d’Italie a été construite en 1574 par Girolamo Cassar. Leur chef était habituellement capitaine de la flotte et défenseur des bastions de St-Pierre et St-Paul, et la grande salle juste à l’entrée servait aux réunions de la  » congrégation des Galériens « , association liée au commandement suprême de la flotte, et dont l’élite des capitaines faisait partie.
Après avoir servi de musée national, de tribunal, l’auberge d’Italie a accueilli longtemps la poste principale, transférée aujourd’hui à Castille Square. L’auberge abritait jusqu’à fin 2016 le ministère du Tourisme et la Malta Tourism Authority, relocalisés à Smart City (Kalkara).
A partir de 2018, un nouveau Musée national des Beaux-Arts, le MUŻA (acronyme de Mużew Nazzjonali tal-Arti) ouvrira ses portes.

A la différence du précédent musée des Beaux-Arts (fermé définitivement), le MUŻA aura vocation à s’adresser à tous les publics, et non uniquement aux connaisseurs d’histoire de l’art.

 

La Valette : palazzo parisio
 
(5) Juste en face de l’auberge d’Italie, le Palazzo Parisio a été construit dans les années 1740 par Domenico Sceberras. Il est finalement passé entre les mains des familles Muscati et Parisio Muscati, qui lui donneront leur nom.

Napoléon y séjourna durant six jours en juin 1798, pendant les premiers jours de l’ occupation française de Malte.

Il sera finalement acheté par le gouvernement de Malte pour être utilisé comme bureau de poste général de 1886 à 1973. Ce fut ensuite au tour du ministère de l’Agriculture de s’y installer.
Il abrite maintenant le ministère des Affaires étrangères.

 

La Valette : place jean de valette
 
(6) La Place Jean de la Valette a été créée dans le cadre du projet de Renzo Piano.

Jean de Valette n’a pas vécu assez longtemps pour voir l’achèvement de la ville qui a adopté son nom, mais depuis 2012 une statue en bronze de 2,5 mètres du Grand Maître a été érigée à quelques mètres de l’endroit où il avait posé la première pierre en 1566.

L’oeuvre du sculpteur local Joseph Chetcuti montre Jean de Valette comme à l’époque où le fondateur de la ville occupait la position du 49ème Grand Maître de l’Ordre de Malte. Le Grand Maître est représenté portant son armure sous un tabard, avec sa main droite tenant le plan de la ville et sa main gauche posée sur l’épée de la victoire.

 

La Valette : église st françois d'assise
 
(7) L’église Saint-François d’Assise a été construite en 1598, puis complétée au XVIIe par le grand maître Gregorio Carfa dont le blason orne la façade.
Elle fut rénovée à plusieurs reprises et abrite de nombreuses œuvres d’art dont des statues, des fresques et des peintures.

On note une présence très marquée de Gregorio Carafa et de son peintre favori, Mattia Preti : plusieurs de ses tableaux font partie des richesses de cette église.
Le Grand Maître a également confié à l’artiste un cycle complet de peintures consacré à saint François d’Assise. Dans certaines de ses œuvres, Preti intègre discrètement une représentation du Grand Maître.

L’église est riche d’une des rares peintures signées par Mattia Preti (1er autel à droite en entrant) : St-Luc dessinant la Vierge-Marie tenant dans ses bras l’Enfant Jésus.

On peut aussi admirer des œuvres plus récentes, de Gianni Vella (1885-1977) et de Giuseppe Cali (1846-1930).

 

La Valette : musée archéologie(7) L’auberge de Provence a été construite en 1571 par Gerolamo Cassar, que nous avons déjà mentionné plusieurs fois.
Sa façade a été refaite au XVIIe siècle. Malgré plusieurs modifications, les murs qui donnent sur Melita Street sont intacts. La décoration luxueuse contraste avec la vie austère des chevaliers. Le Grand Salon, avec ses murs richement peints et ses poutres apparentes, est particulièrement remarquable.
L’auberge de Provence abritait les chevaliers de langue provençale et leur chef était traditionnellement « grand commandeur » et trésorier de l’Ordre. Entre 1824 et 1954, sous domination britanique, elle devint l’Union Club, pivot de la vie sociale maltaise.

Depuis 1957, cet endroit hors du commun abrite le Musée national d’Archéologie et ses exceptionnelles collections essentiellement rassemblées par un historien et collectionneur maltais du XVIIe siècle : Francesco Abella.
Classées par thèmes, elles témoignent du riche passé de l’île, depuis le début du néolithique jusqu’à l’époque romaine. Par leurs couleurs ocre et leur lumière atténuée, les salles d’exposition recréent, avec succès, l’ambiance des temples préhistoriques.
Trois trésors immanquables au rez-de-chaussée : La Femme endormie, découverte dans l’hypogée de Ħal Saflieni, la Vénus de Malte, trouvée sur le site de Ħaġar Qim et datée de l’âge de la pierre polie, la statue monumentale de la Déesse de la fécondité, en provenance des temples de Tarxien.
Sous de splendides plafonds peints à caissons, le premier étage réunit les collections puniques et romaines, avec de nombreuses pièces de monnaie et un impressionnant mobilier funéraire.
Pour les horaires et le tarif des billets, cliquez ici

 

La Valette : palazzo CastellaniaLa Valette : palazzo Castellania, détail(8) Le majestueux palais baroque de Castellania abritait la prison et le tribunal des chevaliers.
Les travaux de construction ont commencé en 1757 sur les plans de l’architecte Francesco Zerafa. Malheureusement Zerafa est mort avant que l’édifice soit achevé et c’est sous l’architecte Giuseppe Bonnici qu’il a été terminé en 1760.
Il a été érigé pendant le règne du Grand Maître Pinto (1741-1773) : les croissants héraldiques des armoiries de Pinto décorent le portail principal.
En raison des dimensions restreintes des espaces à l’intérieur du bâtiment, les tribunaux ont été progressivement transférés à l’Auberge d’Auvergne et en 1853 le palais a été abandonné. Il reste vide jusqu’en 1895, date à laquelle le ministère de la Santé publique
s’y installe.
La Castellania est toujours le siège du ministère de la Santé.

Les deux statues au-dessus du portail représentent la Vérité et la Justice.

 

La Valette : église saint paul le naufragé
 
(9) L’église de Saint-Paul Naufragé a été conçue par Cassar au XVIe siècle, elle est l’une des plus anciennes de la ville. Elle a été modifiée par Lorenzo Gafà en 1629, qui y a ajouté la chapelle du Saint-Sacrement.

Elle fait référence au naufrage de saint Paul en l’an 60 sur l’île, où il réussit à convertir au christianisme le gouverneur Publius, faisant de Malte une des premières terres chrétiennes de l’Empire romain.

La statue en bois dorée de saint Paul est de Melchiorre Gafà, le frère de l’architecte Lorenzo. Elle est promenée à travers la ville le 10 février, jour de la fête de saint Paul, qui est aussi le saint patron de la ville.

L’autel a été peint par Antoine de Favray. Les fresques du plafond, qui décrivent le séjour du saint à Malte, sont d’Attilio Palombi.

 

La Valette : co-cathédrale saint jean(10) La co cathédrale Saint Jean est l’une des pièces maîtresses de la ville : ne manquez sa visite sous aucun prétexte !
Bâtie entre 1575 et 1577, consacrée le 20 février 1578, la co-cathédrale Saint-Jean a été dessinée par Gerolamo Cassar. C’est son chef-d’oeuvre. Elle a été financée par le grand maître Jean l’Evesque de La Cassière et dédiée à saint Jean-Baptiste, saint patron de l’Ordre.
La facture simple de la façade, érigée après le siège, reflète le pragmatisme militaire de ses commanditaires, alors l’intérieur, avec ses voûtes dorées, ses plafonds peints, son sol en marbre polychrome et son exubérance baroque générale, révèle le raffinement, la puissance et la richesse de l’Ordre : elle a été enrichie, pendant deux siècles par chacun des grands maîtres qui, à leur élection, doivent lui faire un don.

Mais pourquoi donc porte-t-elle le nom de co cathédrale ? A l’époque, la cathédrale de Malte est Saint-Paul de Mdina. En 1816, à l’époque de la domination anglaise, le Pape Pie VII lui confère le statut de co-cathédrale (remarquable, car peu de diocèses possèdent deux cathédrales).

Cliquez ici pour les horaires, les tarifs et voir un petit film de l’intérieur.

 

La Valette : co-cathédrale saint jean, intérieurRemarquez une inscription près de l’entrée latérale, par laquelle entraient les chevaliers : elle dit  » Vous qui marchez sur les morts, rappelez-vous qu’un jour on marchera sur vous. « , rappellant ainsi aux mortels que nous sommes la brièveté de notre passage sur terre.

Les hautes voûtes majestueuses et le sol de marbre sous lequel dorment des chevaliers donnent à la cathédrale une atmosphère de grande solennité…
Des anges, des squelettes et des symboles éthérés d’une grande variété, ainsi que les armoiries de chaque chevalier sont incrustés avec une précision et un talent incroyables sur le dallage en marbre rouge, blanc, noir.

Ne manquez pas les peintures de Caravage dans l’Oratoire: “La Décollation de saint Jean-Baptiste” et “Saint Jérôme”, ainsi que les somptueuses décorations des chapelles des Langues.

Et ne ratez pas la chapelle dédiée à la Vierge de Philerme. C’est ici que les Chevaliers se retrouvaient pour prier avant les batailles et suspendaient les clés des forteresses capturées – dont certaines sont encore exposées.

 

La Valette : palais de justice
 
(11) Le Palais de Justice que nous voyons a été construit selon les plans de l’architecte Jo Tonna entre 1965 et 1971 sur le site de l’Auberge d’Auvergne , qui avait été détruite par les bombardements aériens pendant la Seconde Guerre mondiale.
L’Auberge d’Auvergne avait été convertie en palais de justice au 19ème siècle. Les tribunaux se sont déplacés à l’extérieur de La Valette durant la guerre mais en 1943, ils sont retournés dans la partie de l’auberge qui était encore debout. En 1956, ce qui restait de l’Auberge a dû être détruit car trop délabré. La construction d’un nouveau palais de justice sur le même site a commencé le 5 mai 1965.
Le bâtiment a sept étages, dont trois sont en dessous du niveau de la rue principale !

Sur la place, remarquez le grandiose monument de Sciortino qui représente le Courage, la Liberté et la Foi.

 

La Valette : bibliothèque nationale(12) La Bibliothèque nationale est le dernier édifice érigé par les chevaliers. L’idée de fonder une bibliothèque publique à Malte date de 1555 et de la publication d’un décret du Grand Maître Fra Claude de la Sengle prévoyant le transfert dans le trésor commun de tous les livres ayant appartenu aux défunts chevaliers de l’ordre.
Ce n’est toutefois qu’en 1776 que le chapitre général, réuni à la demande du grand maître Emmanuel de Rohan, se prononça pour la création officielle d’une Bibliotheca publica. Les deux fonds d’ouvrages les plus importants correspondaient à la bibliothèque personnelle de Fra Louis Guérin de Tencin, bailli et Grand-Croix de l’ordre, mort en 1766, et à celle du cardinal Joaquin Portocarrero, que de Tencin avait achetée après le décès du cardinal, en 1760.

L’édifice fut achevée en 1796, mais, en 1798, l’ordre de Malte était expulsé de l’île par Napoléon et il fallut attendre 1812 (Malte était alors devenue une colonie britannique) pour que le nouvel édifice soit officiellement inauguré.
La bibliothèque possède un grand nombre d’archives, celles de l’ordre de Saint-Jean et de l’Università ainsi que des documents rares antérieurs à 1500. C’est une bibliothèque très complète où l’on trouve tout ce qui se publie à Malte, des livres aux magazines.

 

La Valette : café cordina(12) Le Caffe Cordina est une institution qui remonte à 1837.

Les locaux qui l’abritent étaient connus sous le règne de l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean comme la «Casa del Commun Tesoro», à savoir le Trésor de l’Ordre. Pendant les premiers jours de la domination britannique, le bâtiment a été affecté à divers bureaux publics et plus tard converti en Grand Hôtel. Au début du XIXe siècle, il sera converti en casino. Il a subi de lourds dommages pendant le blitz de 1942.
Cesare Cordina, le fondateur, y a déménagé son entreprise en 1944.

Même si vous vous faites servir sur la terrasse, faites une petite incursion à l’intérieur :le beau décor est mis en valeur par le plafond voûté unique qui est agrémenté de peintures du célèbre peintre maltais Giuseppe Cali. Les peintures représentent les anciens souverains de Malte et les diverses époques de l’histoire de Malte : les trois derniers tableaux qui représentent l’indépendance de Malte, la naissance de la République et l’adhésion à l’Union européenne, ont été commandés par la famille Cordina.

 

La Valette : ancien parlement, monument de l'émeute du pain

 

(12) Le monument de Sette Giugno, sur la place Saint-Georges, rappelle le soulèvement du peuple maltais contre les marchands profiteurs et le gouvernement colonial britannique, considéré comme le premier pas vers l’indépendance maltaise.

Cet évènement, connu aussi sous le nom de « Emeute du pain » s’est produit le 7 juin 1919. Ce jour-là, à la suite d’une série d’émeutes de la population maltaise, les troupes britanniques ont tiré dans la foule, tuant quatre personnes.

Le monument commémoratif a été inauguré le 7 juin 1986. Le Parlement maltais a déclaré, le 21 mars 1989, que cette journée du 7 juin serait l’une des cinq journées nationales de l’île.

 

La Valette : croix saint georgesMalte : drapeau

Après avoir regardé le monument de Sette Giugno, tournez-vous vers le Palais des Grands Maîtres et voyez les plaques commémoratives scellées dans le mur.

L’une d’elle nous apprend que la Croix de Georges fut donnée à Malte pour récompenser les Maltais pour leur bravoure et courage durant la seconde guerre mondiale. La Croix de Georges (George Cross) a été créée par le roi britannique George VI le 24 septembre 1940, afin de pouvoir récompenser les actes de courage et de bravoure des civils.

Comme vous pourrez le voir un peu partout, elle figure sur le drapeau officiel de Malte, adopté en même temps que la constitution maltaise le 21 septembre 1964, jour de l’indépendance.

 

La Valette : indépendance malteLa Valette : freedom day

 

Le drapeau officiel de Malte a été adopté en même temps que la constitution maltaise, le 21 septembre 1964. C’est ce jour-là que le peuple Maltais s’est vu accorder l’indépendance, comme le rappelle une autre plaque apposée sur le palais.

Comment se fait-il alors qu’une autre plaque mentionne la date du 31 mars 1979 comme étant le « jour de la paix » ?
Cette date marque l’anniversaire du départ des Anglais de la base militaire de Vittoriosa en 1979 après plusieurs années de tractations.

 
 
Indépendante depuis 1964, Malte a attendu 15 ans pour voir partir la Royal Navy de son territoire.

 

La Valette : palais des grands maîtres(13) Le Palais des Grands Maîtres, conçu par l’infatigable Cassar, a été construit entre 1570 et 1580. Comme son nom l’indique, il a été la résidence officielle des grands maîtres de l’ordre de Saint-Jean de Jerusalem. Durant l’occupation britannique, il a été celle des gouverneurs anglais.
De l’indépendance de Malte jusqu’en 2015, l’édifice abritait le Parlement, qui a déménagé pour le nouveau bâtiment signé Renzo Piano que nous avons admiré en arrivant à La Valette.
Le palais abrite aujourd’hui la Chambre des députés et le bureau du président de la République.

Une partie des salons et des corridors peut être visitée. Vous pourrez aussi accéder à une armurerie composée d’une collection d’armes médiévales et d’armures de combat à couper le souffle : c’est l’une des plus riches armureries du monde, bien qu’il ne reste plus que 5000 armures sur une collection initiale de 25000 ! Il faut savoir en effet qu’à la mort de leur détenteur, armes et armures des chevaliers devenaient propriété de l’Ordre.

 

La Valette : palais des grands maîtres, jardinsLa Valette : palais des grands maîtres, jardinsLa Valette : palais des grands maîtres, jardins

 
De ses deux cours intérieures, la plus grande est la cour de Neptune, dont on peut admirer la statue en bronze commandée par le grand maître Alof de Wignacourt. Un cloître tout en pierre du pays, entoure la cour. De jolies balustrades sont visibles au premier étage, là où habitaient les nobles.
Dans la deuxième cour, celle du prince Alfred (le fils de la reine Victoria venu visiter l’île en 1858), l’horloge qui indique les heures, les jours, les mois et les cycles de la Lune est un don du grand maître Manoel Pinto de Fonseca. Deux Maures en bronze sonnent les heures.

 

La Valette : théâtre manoel(14) Le théâtre Manoel a été construit en 1731 en moins d’un an par le Grand Maître Antonio Manoel de Vilhena. C’est le 3ème théâtre le plus ancien d’Europe toujours en activité,

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le théâtre Manoel a réussi à échapper à toute sérieuse détérioration. Il a subi un certain nombre de modifications tout en conservant ses caractéristiques d’origine telles que ses escaliers en marbre blanc de Carrare et ses impressionnants chandeliers.

Si vous en avez le temps, ne ratez pas la visite guidée, l’intérieur est vraiment somptueux : les loges sont faites de bois et ornées d’or 22 carats avec une nuance de bleu pâle.
Pour connaitre les horaires, les prix et surtout voir quelques photos de l’intérieur, cliquez ici.

 

La Valette : église des carmesLa Valette : église des carmes vue depuis square indépendance(15) La basilique de Notre-Dame du Mont Carmel est l’une des églises les plus célèbres de La Valette : son dôme ovale de 42 mètres de haut domine à la fois les toits de la ville et le port de Marsamxett . Il est plus élevé que le clocher de la cathédrale anglicane immédiatement adjacente.

L’église actuelle a été construite de 1958 à 1981, suite aux dégâts infligés à l’église primitive au cours de la seconde guerre mondiale.

La première église était dédiée à l’Annonciation. Elle avait été construite vers 1570 sur les dessins de Girolamo Cassar. Au 17ème siècl, elle a pris son actuel de Notre-Dame du Mont Carmel, après qu’elle ait été donnée aux carmélites. La façade avait été redessinée en 1852 par Giuseppe Bonavia . Le 14 mai 1895, le pape Léon XIII éleva l’église au rang de basilique mineure.

 

La Valette : église des carmes vue depuis bastion saint André

 
 

L’église est tellement connue parce que son dôme immense se voit de partout, et en particulier depuis les quais de Sliema ou, comme ici, depuis le bastion Saint-André et on peut se demander pourquoi un tel dôme sur une église somme toute assez ordinaire ?

Il parait que c’est en raison de la proximité de la cathédrale anglicane Saint-Paul : les fervents catholiques voulaient rivaliser en hauteur avec le clocher voisin !

 

La Valette : palazzo messinaLa Valette : palazzo marina
 
(16) Palazzo Marina et Palazzo Messina ne formaient à l’origine qu’un seul palais, connu sous le nom de « Casa Rocca Grande » : il avait été construit par Fra Pietro La Rocca, prieur de Santo Stefano, vers la fin du 16ème siècle et comportait des entrées doubles dans le style du Palais du Grand Maître.

On ne sait pas exactement quand le palais a été scindé en deux (No 141 pour Messina, No 143 pour Marina). Mais on suppose que le nom de Palais Messina vient du comte marchand Rosario Messina (1796-1875) qui s’était installé avec femme et enfants dans cette maison en 1864.

Aujourd’hui, le Palais de Messine abrite l’administration et les activités du Cercle germano-maltais et le Palazzo Marina accueille le siège social du Groupe Bianchi (les deux sites vous montrent de belles photos de l’intérieur).

 

La Valette : rue république, hauteur rue archevêque(16a) Splendide, coloré, sculpté, le balcon maltais (ou gallarija en langue locale) fait partie du patrimoine de Malte.

Le but du balcon fermé devaient permettre aux femmes de voir ce qui se passaient dehors sans être vues. De plus, ils modèrent les températures extérieures dans les habitations. Réservés aux élites et aux grands palais, c’est à La Valette qu’est lancée la mode des balcons dès le XVII ème.
Avant l’arrivée des Anglais en 1800, le prix du bois était prohibitif. Le balcon de pierre reflétait surtout le statut social de son propriétaire et servait aussi de tribune publique aux Politiques et Intellectuels de la capitale maltaise. Le développement commercial maritime de Malte aidant, la matière première disponible fut plus importante et moins chère : la mode du balcon en bois gagna Mdina puis les Trois Cités et en quelques décennies, toutes les classes sociales de Malte et Gozo construisaient leur balcon, aussi appelés bow-window, en bois !
Depuis 2002, le Gouvernement a établi un programme de protection et de restauration des balcons maltais, avec des aides financières à l’appui et des circulaires interdisant la démolition de balcons dans certains sites.

 

La Valette : casa rocca piccola
(17) Casa Rocca Piccola faisait à l’origine partie d’un palazzo construit en 1580 par Don Pietro La Rocca, un amiral italien de l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean.
C’est le seul palais à appartenir et à être habité par des particuliers, la famille de Piro. Le marquis en a ouvert une partie au public.
Lors de la visite, vous aurez un aperçu unique de la vie privilégiée des aristocrates et vous pourrez voir 12 chambres somptueusement décorées, les jardins intérieurs ainsi que le réseau de tunnels souterrains et les abris construits pendant la guerre.
Conseil : Réservez en ligne une visite guidée “Champagne Tour”, qui est souvent animée par le marquis de Piro ou par sa femme.

 

La Valette : fort saint elme vu de Birgu(18) Nous voilà arrivés à l’extrémité nord de La Valette, pour visiter un des hauts lieux touristiques de la capitale : le fort Saint Elme. De la forme d’une étoile à quatre pointes (typiquement maltaise), sa conception a été confiée à l’architecte Pietro Padro.
Cette photo a été prise depuis Birgu, lorsque nous avons visité les Trois Cités.

Quand les Chevaliers de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem arrivent à Malte , ils découvrent un petit fort bâti en 1488 au bout de la péninsule de Xiberras. Convaincus qu’une invasion ottomane est imminente, ils décident de l’agrandir, de le renforcer pour qu’il puisse protéger les deux ports de la Valette, Grand Harbour et Marsamxett Harbour. Ils le baptisent Saint-Elme, du nom du patron des marins.
Un mois seulement après son achèvement en 1565, l’invasion redoutée eut lieu. Le fort permit de repousser durant un mois les attaques ottomanes lors du Grand Siège. Il fut finalement pris d’assaut entraînant la perte de 1500 Chevaliers et défenseurs, tandis que les assaillants perdaient quatre fois plus d’hommes au combat.

 

La Valette : musée national de la guerre(19) Le fort Saint Elme a été restauré et restructuré pour l’accueil du public : il abrite désormais le musée national de la Guerre.
Ses huit salles comportent chacune une thématique de la préhistoire à 1945. Il retrace l’histoire de Malte, depuis le Grand Siège et les épreuves de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au rôle joué par Malte dans la guerre froide et l’Europe d’aujourd’hui.

Les salles consacrées à la seconde guerre mondiale sont riches d’ objets et de documents remarquablement préservés, tel un biplan Gloster Gladiator, baptisé Faith : c’est le seul des 3 avions encore intacts (sans les ailes, toutefois) à avoir vaillamment défendu l’île lorsque l’Italie lui a déclaré la guerre en 1940.
le musée s’enorgueillit de posséder la George Cross décernée à la population maltaise en 1942 (voir plus haut).
Cliquez ici pour les horaires et les tarifs.

 

La Valette : sacra infermeriaMalte : La Valette, sacra infermeria(20) L’Infirmerie Sacrée, ou Sacra Infermeria, était un hôpital à la pointe des connaissances à l’époque de sa construction par l’Ordre des Chevaliers en 1574. La vocation première de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem était de protéger militairement les pèlerins qui se rendaient en Terre Sainte mais aussi de leur donner des soins médicaux d’où leur nom « Les Hospitaliers ». Fait rare à l’époque, ses 600 lits étaient accessibles à tous, sans aucune discrimination.
Le savoir médical des Chevaliers était des plus avancés en Europe et comprenait la maîtrise de techniques chirurgicales complexes. Contrairement aux us et coutumes de l’époque, ils respectaient scrupuleusement des règles d’hygiène : l’utilisation de matériel chirurgical en argent n’avait rien d’extravagant mais constituait une nécessité hygiénique.

 

Malte : La Valette, Sacra Infermeria, grande salleLa Valette : sacra infermeria, malta expérience(21) Après plusieurs tentatives de reconstruction avortées, La Sacra Infermeria devient le 11 févier 1979 le « Mediterranean Conference Centre » (MCC). Après les travaux superbement menés, le diplôme du Mérite «Europa Nostra» est venu récompenser à la fois une restauration et une adaptation du site historique en un lieu moderne capable d’accueillir de grandes manifestations internationales.
Le MCC propose une présentation de 45 mn qui balaie 7 siècles d’histoire, vous emmenant sur les plus beaux sites de Malte : Malta Experience. Le prix du billet inclut la visite de la Sacra infermeria et sa spectaculaire « grande salle » où étaient soignés les hommes.
Cliquez ici pour connaitre les prix et les horaires.

 

La Valette : mémorial de la cloche et fort st ange à BirguLa Valette : mémorial de la cloche et fort st elme(21) Le Siege Bell Memorial a été bâti en l’honneur des 7000 militaires en service et civils, ayant perdu la vie au cours de la Seconde guerre mondiale.
Il a été inauguré le 29 mai 1992, en présence notamment de la reine Elisabeth II, une date qui correspond par ailleurs au 50ème anniversaire de l’attribution de la Croix-George à Malte, cette dernière récompensant les actes de courage et de bravoure des civils comme nous l’avons vu plus haut.

La cloche de 10 tonnes, la plus grosse de Malte, sonne tous les jours à midi.
En ce 15 avril 2017, il y avait en plus une cérémonie qui a rassemblé de nombreux officiels.

De l’autre côté du port, vous apercevez le Fort Ricasoli

 

La Valette : jardins barrakka du basLa Valette : jardins barrakka du bas, vue(22) Bien que moins populaires mais tout aussi charmants, voire plus reposants, que les Upper Barakka Gardens que nous verrons un peu plus tard, les Lower Barrakka Gardens, situés du coté Est de la ville, se distinguent par leur monument néoclassique à la mémoire de Sir Alexander Ball, le premier et le plus aimé des Gouverneurs britanniques.

Ils ont été aménagés sur le bord du bastion et offrent une vue imprenable sur l’entrée du Grand Port, le Fort Ricasoli, le Fort St. Angelo à Vittoriosa et Kalkara.
Même si les jardins sont assez petits, ils sont très populaires auprès des habitants et des touristes qui souhaitent passer un moment de détente dans la ville.

 

La Valette : victoria gate(23) Victoria Gate est l’une des portes d’entrée de la Valette. Construite au XIXème siècle, elle porte le nom de la souveraine britannique.

Lorsque La Valette a été fondée en 1566, un système de fortifications bastionnées a été construit autour de la ville, conçu par l’ingénieur militaire italien Francesco Laparelli . La ville n’avait que trois portes, la principale étant Porta San Giorgio , et deux portes plus petites de chaque côté de la ville, connues sous le nom de Porte Marsamxett et Porte Del Monte. Cette dernière devait son nom au Grand Maître Pierre de Monte.
A la fin du 19ème siècle, la porte de Del Monte était devenue trop petite ; elle sera démolie en 1884, pour être remplacée par la porte que nous voyons aujourd’hui. La porte a été conçue par l’architecte maltais Emanuele Luigi Galizia.

La porte Victoria est la seule porte qui subsiste dans les fortifications de La Valette , puisque toutes les autres portes fortifiées ont été démolies entre le XIXe et le XXe siècle. Aujourd’hui, la seule autre porte est le City Gate, par laquelle nous sommes entrés dans la ville.

 

La Valette : lascaris war rooms(24) Le Quartier général Lascaris (Lascaris War Rooms) était un complexe ultra-secret d’où étaient dirigées toutes les opérations de défense et d’offensive en Méditerranée.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, on y avait installé la salle de contrôle des chasseurs de la RAF, d’où toutes les opérations aériennes et maritimes étaient observées et contrôlées. A l’appui, il y avait une salle de filtrage à travers laquelle circulait tout le trafic radar ainsi qu’une salle d’opérations antiaériennes qui était utilisée pour coordonner les tirs d’artillerie contre les attaques aériennes. Une salle d’opération combinée servait à des opérations conjointes et une installation hautement sécurisée contenait des machines de cryptage utilisées pour les communications secrètes.

En juillet 1943, le général Eisenhower et ses commandants suprêmes en ont fait leur QG pour l’opération Husky, à savoir l’invasion de la Sicile.

Après la guerre, l’endroit devient le QG de la Flotte Méditerranéenne, jouant un rôle important dans l’invasion anglo-française de l’Egypte lors de la crise de Suez en 1956. Il sera en état d’alerte pendant plusieurs jours durant les Crises de Missiles de Cuba.
En 1967, il a été utilisé par l’OTAN comme un centre de communication stratégique pour l’interception des sous-marins soviétiques en Méditerranée. Le quartier sera fermé 10 ans plus tard.
Depuis 2009, après un travail minutieux de restauration, les salles sont maintenant ouvertes au public.

 

La Valette : batterie du salutLa Valette : batterie du salutLa Valette : batterie du salut, tir

 

(25) La «Saluting Battery» est l’ancienne plate-forme cérémoniale de La Valette, où l’on tirait autrefois des coups de canon pour saluer les vaisseaux étrangers.
La batterie elle-même est située sur un des points les plus hauts de la capitale, d’où l’on jouit d’une vue splendide du Grand Harbour et des Trois Cités.
Ses origines remontent à l’époque où La Valette fut construite par l’Ordre de St Jean en 1566 : elle resta dans son rôle défensif et cérémonial pendant les 400 années suivantes, sous les chevaliers, les français et britanniques.
Ce monument historique a été récemment restauré dans l’état où il se trouvait fin 1800. Le passage du temps est marqué deux fois par jour par un tir de canon à midi et un autre à 16h.

 

La Valette : jardins barrakka hautLa Valette : jardins barrakka haut, les gavroches(26) Les Upper Barrakka Gardens ont été construits aux frais du Bailli Fra Flaminio Balbiano comme terrain d’exercice pour les Chevaliers de l’auberge d’Italie, toute proche.
Les jardins sont situés sur le palier supérieur du bastion Saint-Pierre et Paul , qui a été construit dans les années 1560, tandis que le niveau inférieur du bastion contient la batterie de salut.
Dans le parc, il y a plusieurs monuments commémoratifs dédiés à des personnalités telles que Gerald Strickland , Sir Thomas Maitland et Sir Winston Churchill.
Une réplique de la statue Les Gavroches du sculpteur maltais Antonio Sciortino se trouve également dans le jardin. L’original se trouve au sein du Musée National des Beaux-Arts.

C’est le point culminant des murs de la ville : on y jouit d’une vue dégagée sur le Grand Port , les Trois Cités , ainsi que sur le chantier naval et les parties basses de la capitale.

 

La Valette : jardins barrakka haut, ascenseur
 
(27) Un ascenseur relie les jardins au fossé de la ville et au quai Lascaris.

Le premier ascenseur sur le site a été construit en 1905, mais a été fermé en 1973 et démantelé en 1983. Cet ascenseur a été immortalisé dans le film d’aventure britannique de 1968, A Twist of Sand .

Le nouvel ascenseur a été inauguré le 15 décembre 2012.

 

La Valette : mémorial guerre(28) Le Monument aux morts, conçu par Louis Naudi, a été inauguré le 11 novembre 1938 par le gouverneur Charles Bonham-Carter à la mémoire des personnes tuées au cours de la Première Guerre mondiale.
En 1949, il a été dédié aux victimes des deux guerres mondiales.

Le monument est un obélisque en forme de croix latine. Il est orné de quatre plaques montrant l’ insigne colonial de Malte et des reproductions d’un document publié par le roi George V en 1918 reconnaissant le rôle de Malte dans la Première Guerre mondiale, la lettre par laquelle le roi George VI décerna la Croix de George à Malte en 1942 et un parchemin de 1943 du président Franklin D. Roosevelt saluant Malte pour son rôle dans la Seconde Guerre mondiale.

 

La Valette : mémorial armée air commonwealth(29) Le mémorial de Malte commémore près de 2300 aviateurs qui ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu’ils servaient dans les forces aériennes du Commonwealth en Autriche, Italie, Sicile, îles de l’Adriatique et de la Méditerranée, Malte, Tunisie, Algérie, Maroc, Afrique de l’Ouest , Yougoslavie et Gibraltar, et qui n’ont pas de sépulture connue. Le Mémorial a été dévoilé par la Reine le 3 mai 1954. Le monument a été conçu par Sir Hubert Worthington, tandis que l’aigle qui surmonte la colonne est l’œuvre du sculpteur Charles Wheeler.

À douze mètres sous les fondations du Mémorial, passe un tunnel emprunté de 1885 à 1907 par 1’unique compagnie de chemin de fer de Malte qui reliait La Valette à Intarfa. De nombreuses familles ont cherché refuge dans ce tunnel pendant les raids aériens.

 

La Valette : saints aux coins des ruesMalte : La Valette à PâquesNous avons déjà parlé du balcon maltais (point 16a) : ces terrasses fermées, qui s’avancent par rapport à la façade, rappellent à la fois les maisons anglaises et les balcons fermés arabes, les moucharabies.

Vous ne pourrez pas manquer une autre particularité de La Valette : à chaque angle de rue sont nichées des statuettes de saints, censées protéger les maisons.

Et si, comme nous, vous y allez pour Pâques, vous verrez que Malte célèbre avec faste les fêtes pascales, une tradition forte de l’archipel maltais, très fortement catholique : tout au long de la Semaine sainte, l’île se pare d’étendards et d’illuminations.

 

retour