Luxembourg-ville : les casemates du Bock

Luxembourg-ville : les casemates du Bock

retour

Les casemates du Bock et de la Pétrusse sont les plus longues casemates du monde et la première attraction touristique du Luxembourg, avec plus de 100 000 visiteurs par an.
Elles sont inscrites sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994 et accessibles avec ou sans visites guidées.
Un dépliant est disponible gratuitement à l’office de tourisme de Luxembourg.

Cliquez ici pour obtenir tous les renseignements pratiques (horaires, prix, …, et au bas de la page, un lien vous permet de télécharger le dépliant, si vous le souhaitez).

Les explications qui suivent sont, pour la plupart, issues du dépliant fourni par l’OT.

Luxembourg-ville : casemates du Bock, entréeL’entrée des casemates du Bock a été aménagée sur la Montée de Clausen.

Intimement lié au berceau de la ville de Luxembourg, l’immense système souterrain de défense militaire des casemates est bien postérieur à la fondation du premier château fort, érigé au Xe siècle par le comte Sigefroi.

Nous avons vu que Luxembourg est passée successivement aux mains des plus grandes puissances européennes.
Les premières casemates furent construites en 1644, sous la domination des Espagnols. L’agrandissement des galeries souterraines longues de 23 km eut lieu 40 ans plus tard, sous la domination française avec Vauban, puis au XVIIIe siècle sous celle des Autrichiens.
 

Le système de défense s’étendait sur plusieurs étages et comportait des galeries creusées jusqu’à 40 m de profondeur. En raison de ces bastions impressionnants, la ville de Luxembourg fut nommée à juste titre le «Gibraltar du Nord».
En 1867, la forteresse fut évacuée et dut être démantelée à la suite de la neutralisation du Luxembourg. Le démantèlement dura 16 ans et les casemates furent réduites à 17 km. Vu leur implantation souterraine en ville, il était en effet impossible de les détruire sans endommager une large partie du tissu urbain ! Plus de 1 300 plans relatifs à cet énorme réseau défensif, ont été retrouvés dans les archives.
Les casemates pouvaient abriter non seulement des milliers de défenseurs, leur équipement et des chevaux, mais également des ateliers d’artillerie et d’armement, des cuisines, des boulangeries, des abattoirs et d’autres infrastructures Pendant les deux guerres mondiales, elles servaient d’abri et pouvaient protéger 35 000 personnes en cas d’alerte ou de bombardement.

 

Ces vues des casemates, de profil et du dessus, sont issues du dépliant fourni par l’Office du Tourisme

Luxembourg-ville : casemates du Bock, plan

 

Luxembourg-vill : les casemates du Bock, crypte
(A) La crypte archéologique, antichambre didactique des casemates, héberge le berceau de Luxembourg. Les fouilles archéologiques faites en 1993 montrent les vestiges du premier château comtal, érigé au Xe siècle sur le promontoire du «Bock» par le fondateur de la ville, le comte Sigefroi.
Grâce à des techniques modernes, ces vestiges, ainsi que ceux de la forteresse, ont pu être conservés, protégés et remis en valeur.

Luxembourg-ville : casemates du Bock03_luxembourg_ville_casemates_bock_donjon2

 

 

 

An arrivant dans (B) le donjon de l’ancien château de Luxembourg, le visiteur apprend que tout ce vaste système de pièces taillées dans le rocher trouve son origine dans les caves du château médiéval ! Par les vastes ouvertures, vous jouissez d’une vue magnifique sur la ville basse.

Luxembourg-ville : casemates du Bock, vue Grund

 

 

S’offrent notamment à votre regard : les remparts espagnols (1632), le faubourg du Grund, l’Abbaye de Neumünster et l’Eglise Saint-Jean (XVIIe siècle), le plateau du Rham et les anciennes casernes de Vauban (1685), ainsi que sur les tours semi-circulaires qui font partie des vestiges de la troisième enceinte de la ville : consultez le circuit culturel «Wenzel» pour en savoir plus.

 

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock, galerie principaleLuxembourg-ville : casemates du Bock, chambres à canonsNous nous engageons dans (C) la galerie principale avec ses chambres à canons.
La casemate principale a une longueur de 110 m, et sa largeur maximale est de 7 m. Disposées des deux côtés de cette allée centrale, les casemates secondaires comprennent un ensemble de 25 embrasures ou canonnières, dont 12 sont tournées vers le Nord, 13 vers le Sud. Elles offrent de la place pour au moins 25 bouches à feu, ce qui permettait un feu croisé intense.
Les meurtrières ne se présentaient évidemment pas comme nous les voyons aujourd’hui : elles furent élargies lors du démantèlement de la forteresse en 1867.

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock, vue Pfaffenthal

 

 

(D) En traversant l’ancienne prison du château dans les fondations du beffroi, vous bénéficiez d’une magnifique vue sur le Pfaffenthal, le pont Grande-Duchesse Charlotte qui relie le centre-ville au plateau du Kirchberg (le pont rouge).

Si vous avez suivi l’itinéraire Vauban, vous repérerez aisément les vestiges du fort «Haut-Grünewald».

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock, puits

 

 

En cas de guerre, les casemates du Bock, d’une superficie de 1100 m2, pouvaient servir de casernes à plusieurs centaines de soldats. L’approvisionnement en eau était assuré par (E) le vieux puits du château d’une profondeur de 47 m.

 

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock

 

 

Le dépliant nous dit : (F) « Durant les mois de siège de 1794-95, le Maréchal habsbourgeois von Bender (1713-1798) occupa ces espaces pour se protéger contre les attaques françaises. Visitez la chambre à coucher, le bureau et l’antichambre de ce génie militaire qui, âgé de 82 ans, commandait les troupes autrichiennes! »

Nous n’avons pas réussi à localiser ces pièces et, apparemment, personne ne les a prises en photo. Si vous y êtes déjà allé, avez-vous réussi à les trouver ?
N’hésitez pas à laisser des commentaires à ce sujet !

 

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock

 

 

Les concepteurs avaient aménagé (G) une galerie de mines destinées à faire sauter une partie du Bock en cas de besoin.
Grâce aux travaux de rénovation de 2008-2009, cette galerie a connu une mise en valeur qui nous révèle tous les mystères de ce lieu historique.

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock, batterie du GrundLuxembourg-ville : casemates du Bock, vers la batterie du Grund

 

 

(H) Par la porte en fer, vous entrez dans la «Batterie du Grund» qui avait 4 meurtrières pour 8 canons, tirant alternativement (3 coups par heure) pour défendre la ville basse du Grund et pour flanquer les remparts de la Citadelle. Baptisée de nos jours «salle Tun Deutsch» (1932-1977) en mémoire de l’acteur et metteur en scène luxembourgeois, la «Batterie du Grund» servait jadis de plate-forme pour les représentations du fameux «Théâtre des Casemates».

 

Luxembourg-ville : casemates du Bock, pont du chateau, planLuxembourg-ville : casemates du Bock, pont du chateau(I) Un escalier tournant emmène le visiteur dans un passage spécialement conçu au cas où le «Pont du Château» serait détruit. Ce passage souterrain, qui passe en dessous de la rue, est l’une des 5 possibilités pour traverser ce pont érigé en 1735 par les frères Kinzele de Sonnonberg (Tyrol), suivant les plans de l’ingénieur-général autrichien de Beauffe.
Comme vous le montre le plan à droite (cliquez sur la photo pour l’agrandir) :
– un premier passage permet de passer du Grand Bock à la Ville Haute, via la Montée du Clausen
– un deuxième passage, à travers les quatre arches supérieures du pont, est réservé aux piétons (photo ci-contre)
– un troisième passage est accessible par un escalier en colimaçon à l’intérieur de la grande arche : il est muni de deux meurtrières. Il est cependant incomplet puisqu’il n’y a pas d’issue du côté du Bock.
– un quatrième passage permet à la rue Sosthène Weis de passer sous la Montée du Clausen
– Par contre, si nous continuons à descendre l’escalier qui nous a menés au troisième passage, nous arrivons à un cinquième passage, indétectable depuis la surface, à savoir celui qui passe en-dessous de la rue Sosthène Weis !

La visite des casemates du Bock se termine ici et nous sortons au niveau du Chemin de la Corniche.
Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, c’est le moment de visiter la Ville Haute. Ou peut-être préférerez-vous poursuivre par :

retour