Lagunas Montebello

Lagunas Montebello

retour

 

Située à 72km de Comitan, la zone lacustre de Montebello a été la première aire protégée du Chiapas (1959). Le Parc National abrite pas loin de 60 lacs mais seuls 16 d’entre eux sont accessibles par la route.
Ce sont d’anciens « cenotes » (puits naturels) : l’érosion de la roche calcaire et les éboulis ont fini par relier tous ces plans d’eau les uns aux autres.

Les lacs de Montebello sont célèbres pour la palette de couleurs qu’ils offrent aux yeux des visiteurs : les tonalités passent du bleu turquoise à l’émeraude, du vert foncé au gris clair et même au mauve, selon la nature du sol, les oxydes présents dans l’eau ou l’exposition au soleil.
L’idéal est de venir le matin, par beau temps, pour pouvoir apprécier toutes ces nuances qui font la réputation de l’endroit.
Il est conseillé d’être motorisé car le Parc National est vaste. Vous trouverez une carte affichée à l’entrée du parc : il faut savoir qu’il n’y a pas d’office de tourisme à proximité, ni de carte disponible dans les guides.
La seule carte vraiment claire (que j’affiche ici) provient des « Moon Travel guides » : celle-ci décrit très bien le site. Comme vous le voyez, deux routes principales permettent de visiter les lieux en toute sécurité : l’une d’elles se dirige vers le Nord et l’autre vers l’Est.

 

 

La route du Nord vous mènera aux « Lagunas de colores », ainsi nommés pour la diversité de leurs couleurs. Ils sont cinq :

Encantada, aux eaux vertes

lagunas de Montebello - Encantada
lagunas de Montebello - Encantada

       Ensueño, aux eaux d’un bleu profond          Esmeralda, bleu émeraude

Lagunas de Montebello - Ensueno
Lagunas de Montebello - Esmeralda

Agua Tinta, le moins dépaysant Lagunas de Colores

 

Lagunas de Montebello - Esmeralda
Lagunas de Montebello - Lagunas de Colores

Bosque Azul, aux eaux d’un bleu … azur, bien sûr

Lagunas Montebello - Bosque Azul

Lagunas de Montebello - Bosque Azul
Lagunas de Montebello - Bosque Azul

 

Bosque Azul est aménagé pour accueillir les visiteurs : on y trouve des pédalos, des barques en rondins, des chevaux et de la petite restauration. Vous pourrez en profiter pour aller aux toilettes installées à cet endroit.
Ne manquez pas de vous arrêter aux cabanes installées là, qui vendent notamment du café et du chocolat produits au Chiapas : en achetant ces produits (d’excellente qualité), vous contribuerez à améliorer l’existence des petits producteurs locaux.
lacs de Montebello - Ensueno
lacs de Montebello - Ensueno

Ensueño, lui, est sans doute le plus beau des cinq : la montagne et les arbres environnants se mirent dans les eaux aux couleurs somptueuses de ce lagon.
Quelle ne sera pas notre surprise de découvrir qu’une indigène vient chercher de l’eau du lac à l’aide d’une jarre ! Elle s’en servira pour préparer les boissons aux fruits qu’elle propose aux visiteurs, nous apprend Rodolfo (notre guide). Il nous explique que les gens du coin boivent l’eau des lacs et se nourrissent de leurs poissons, car il n’y a aucun problème sanitaire ici.

&nbsp:

Pour visiter les lacs du Sud, il faut revenir à l’entrée du site, puis prendre la route en direction de Tziscao, à une dizaine de kilomètres.
Il y a d’abord le lac de Montebello, accessible en 10 mn à pied par une route secondaire : on peut s’y baigner et faire du cheval.

 

Montebello - lago cañada

 

Viennent ensuite les « Cinco Lagunas » : les cinq lacs sont tous visibles de la route, sauf un. Le second, « La Cañada », en forme de sablier, est considéré comme l’un des plus pittoresques du parc. Un mirador permet de les admirer de haut.
Ici, on peut louer des Kayaks.

 

montebello - lago Pojoj

Un autre embranchement mène au superbe lac « Pojoj », d’un bleu vibrant. L’île qui émerge au milieu du lac est accessible en barque (traversée payante) pour ceux qui souhaiteraient aller admirer les orchidées qui poussent en ce lieu.
Montebello - lacs et orchidées

 

montebello - Tziscao
montebello - Tziscao

Voilà enfin le lac Tziscao, le plus grand du parc (300 hectares de superficie et 3,5 kilomètres de large), le plus profond aussi (45m). Lui devient bleu indigo quand le jour décline.
C’est l’Ejidal (type de fédération de personnes propre au Mexique) de Tziscao, fondé en 1860, qui donne son nom au lac, situé à la frontière avec le Guatemala.
Les membres de la Communauté ont mis en place une installation écotouristique complète, qui offre des services variés : l’hébergement dans une auberge ou dans des maisonnettes en bois, des restaurants, des ballades en canoë ou à cheval. Une place privilégiée est réservée à l’artisanat, aux expositions et ventes d’orchidées qui bénéficient dans cette région d’un micro-climat propice à leur épanouissement.
Pour en savoir plus, cliquer ici

 

Recommandation :
Ne regardez pas seulement les lacs, aussi beaux soient-ils. Observez la végétation luxuriante qui s’épanouit tout autour.
Levez les yeux et admirez les plantes épiphytes qui créent de magnifiques jardins suspendus

lagunas de montebello epiphytes

retour

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *