Hebergement : Las Guacamayas

Hebergement : Las Guacamayas

retour

Le long de la frontière avec le Guatemala, la Réserve de Biosphère de Montes Azules est le dernier sanctuaire mexicain du splendide ara rouge (Ara macao). C’est ici que 40 familles chinantèques, originaires de l’Etat d’Oaxaca, ont fondé l’ejido (terres exploitées en commun) de Reforma Agraria et ont créé le centre éco-touristique de Las Guacamayas.
Depuis 1991, avec le soutien de l’Institut National Indigène, ils oeuvrent à la conservation de ce perroquet menacé d’extinction par la déforestation et le braconnage. Les membres du village tentent de combler le manque de grands arbres, indispensables à la nidification de cet oiseau, en installant des nids artificiels à plusieurs mètres de hauteur. Ce projet communautaire est unique dans le pays.

Las Guacamayas - Hébergement écotouristique
Las Guacamayas - Hébergement écotouristique

 

 

 

Quand nous y sommes allés, il y avait 19 cabanes disséminées dans un environnement époustouflant !

Nous avons été installés, pour notre plus grand bonheur, dans la suite « Guacamayas » (no 13 sur le plan)
Admirez le lit en acajou : quel merveilleux travail, n’est-ce-pas ?

Las Guacamayas - Hébergement écotouristique
Las Guacamayas - Hébergement écotouristique
Las Guacamayas - Hébergement écotouristique

Las Guacamayas - Hébergement écotouristique

 

 

La cabane avait été construite au bord de l’eau, avec hamac, fauteuils (garnis de magnifiques coussins traditionnels), table et chaises.
Voyez nappe sur la table : il s’agit encore de tissage traditionnel.

Nous ne pouvions rêver mieux ….

Las Guacamayas - Hébergement écotouristique

 

 

 

Les garçons étaient installés dans une cabane double, juste à côté de la nôtre: leur chambre, simple, était équipée de deux lits jumeaux . Là encore, admirez les magnifiques broderies.
Sur chaque table de nuit il y avait une bougie et des alumettes dans le tiroir.
Ce n’est pas pour passer une soirée romantique à la lueur des chandelles : c’est en prévision des coupures d’électricité toujours possibles, comme nous l’expérimenterons le matin de notre départ.
Nous sommes dans la jungle, après tout !

 

 
Las Guacamayas - Sauvegarde de l'ara Macao

 

Le Parc Ecotouristique Las Guacamayas est une réserve naturelle, administrée par une coopérative dédiée au tourisme et à la protection de l’environnement, qui s’étend sur plus de 1200 hectares enclavés dans la forêt vierge (Selva Lacandona).

L’une de ses principales attractions est l’observation des Guacamayas (Perroquets Aras) dans leur habitat, l’autre attraction phare étant une balade sur le fleuve Lacantun
Le départ se fait tôt le matin, avant le petit-déjeuner.  Attention, le guide ne parle qu’espagnol : pour bien profiter de ses explications, il faut qu’une personne au moins du groupe soit à l’aise dans cette langue.
guacamayas - un nid

 

 

Nous ferons un grand tour, qui lui permettra de nous montrer différents types de nids installés : au départ, ils avaient fabriqué des nids en matière synthétique et se sont rendus compte que les oiseaux n’en voulaient pas.
Maintenant, les nids sont exclusivement faits à partir de troncs de bois évidés: c’est ce qui se rapproche le plus de leur habitat naturel, et ce sont ceux-là qu’ils apprécient.

Le guide nous prévient : nous cherchons des oiseaux en liberté, il n’est donc pas certain que nous en verrons, d’autant plus que la période la plus propice s’étend de juin à août (et nous sommes en avril …)

las Guacamayas - oiseau
las Guacamayas - perroquet

 

 

Nous rencontrerons de nombreux oiseaux, dont un très beau perroquet, mais pas d’ara macao en vue.

Las Guacamayas - la communauté
Las Guacamayas - la communauté et les plantes prisées par les aras

 

En désespoir de cause, notre guide nous emmène visiter la communauté, où s’ébattent librement les animaux domestiques comme les poules et leurs poussins, les dindons… Il nous montre les efforts fournis par la communauté pour proposer aux aras suffisamment de nourriture pour les attirer et les « persuader » de rester sur place.
Les gens doivent s’engager à faire pousser aux abords des habitations des plantes appréciées par les oiseaux.

Las Guacamayas - la communauté, de nouveaux arrivants
Las Guacamayas - aras en captivité
Des aras sont aussi maintenus en captivité, ce qui permet aux visiteurs de les approcher de plus près.
L’Ara rouge mange principalement des fruits et des graines. Il est notamment friand de pommes, de noix, de bananes et d’autres fruits. Il ne dédaigne pas le nectar et les bourgeons. Il est capable de casser des noix dures grâce à son bec puissant.

L’ara rouge est monogame et le couple est soudé pour la vie

Las Guacamayas - à la recherche des aras sauvages

 

Nous perdons presque tout espoir de voir des aras libres quand un des hommes de la communauté apprend à notre guide qu’un couple a été aperçu à un endroit donné : c’est loin du village, il n’est pas possible d’y aller à pied vu toute la distance déjà parcourue et il faut penser au retour et à notre petit-déjeuner.
Les dieux sont avec nous ! Un autre membre de la communauté passe juste à ce moment-là avec sa camionnette : il accepte de nous embarquer tous et nous amène en un rien de temps à l’endroit signalé.

Las Guacamayas un ara sauvage

 

 

Et le voilà enfin, l’ara dans son nid : un moment de pur bonheur, pour nous mais aussi pour le guide, tout heureux d’avoir pu remplir sa mission.

La communauté se met vraiment en quatre pour offrie le meilleur service possible à leurs visiteurs ! Nous sommes enchantés.

Las Guacamayas - des paraboles dans la jungle
Las Guacamayas - des paraboles dans la jungle
En fin de journée, nous nous sommes promenés aux abords du centre et là,  surprise ! Des paraboles au milieu de la jungle ….

Et voyez les maisons qui sont équipées : murs en briques et toit encore traditionnel pour l’une, plus rien de traditionnel pour l’autre (celle peinte en rouge)

 

Las Guacamayas - les cervidés
Las Guacamayas - les bovidés

 

Nous avons aussi trouvé l’enclos qui protège les cerfs de Virginie que la communauté veut réintroduire, tout comme l’enclos des bovidés utilisés probablement pour répondre au goût des visiteurs pour la viande bovine. Ils cultivent aussi un potager, manifestement pour les besoins du restaurant : tomates et salades, entre autres.

Las Guacamayas - les atèles ou singes-araignées
Las Guacamayas - les atèles ou singes-araignées

 

Mais ce sont sans conteste les singes-araignées (ou atèles) qui sont les plus divertissants à regarder évoluer dans les arbres. Ils ne descendent jamais au sol et se déplacent dans ces grands arbres avec une agilité étonnante. Ils sont capable de bonds assez impressionnants pouvant se « laisser tomber » d’une branche à l’autre à plusieurs mètres de hauteur.

Las Guacamayas - les atèles ou singes-araignées
Las Guacamayas - les atèles ou singes-araignées

 

Ils utilisent leur longue que préhensile comme une cinquième patte. Capable de retenir tout le poids de l’animal, cette queue est sans cesse entourée autour d’une branche et agit comme une sécurité supplémentaire nous expliquera le guide. Ces singes sont principalement frugivores et c’est en laissant tomber des graines au sol qu’ils participent au renouvellement de la forêt.

 

De la taille de la forêt dépend notre développement , de la noblesse de notre coeur dépend sa conservation

retour

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *