Ecosse : Inverness

Ecosse : Inverness

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse

 
Inverness est la plus grande agglomération du nord de l’Ecosse et s’est d’ailleurs autoproclamée capitale des Highlands. Il est vrai que toutes les routes des Highlands convergent vers elle, qui joue le rôle de centre commercial et administratif pour une population dispersée sur 3 millions d’hectares … quasiments déserts (9.1 habitants au km2). Saviez-vous qu’Inverness ne s’est vu accorder le statut de Cité par la Reine qu’en décembre 2000 ?
Inverness est la seule ville des Highlands à posséder ce statut et seules Édimbourg, Glasgow, Dundee, Stirling, Aberdeen et Perth le possèdent en Écosse.

La position stratégique d’Inverness causa sa déchéance : les monarques écossais, les Highlanders, les Jacobites et les Anglais se disputèrent la ville, si bien qu’il ne reste plus guère aujourd’hui de bâtiments importants antérieurs au xixe siècle. Mais le centre historique vaut qu’on s’y promène, d’autant plus que la Ness, la rivière qui la traverse, lui confère un charme certain, comme le montre la photo mise en avant en début d’article.

Ecosse : Inverness, châteauEcosse : Inverness, châteauLe château, édifice victorien de grès rouge, surplombe la localité. plusieurs châteaux se sont succédés ici depuis le 11ème siècle. Parmi eux un château dans lequel MacBeth aurait tué le roi Duncan selon la pièce de Shakespeare.
Son aspect rose actuel date d’une reconstruction menée de 1837 à 1847 par l’architecte William Burn.
Il abrite aujourd’hui une cour de justice et une garnison militaire. Si la visite du château n’est pas possible (pour l’instant), son sommet est cependant accessible au public (Castle Viewpoint). De là, on bénéficie d’une vue à 360 degrés sur la ville et l’arrière-pays des Highlands. La légende voudrait que Nessie, le monstre du Loch Ness, ait été aperçu pour la première fois depuis là.

 

Ecosse : Inverness, château,_flora mc donaldEcosse : Inverness, châteauFlora MacDonald
Les Jacobites sont bien entendus mêlés à l’histoire du château : un panneau nous apprend que, quelques semaines avant la bataille de Culloden, ils ont rapidement pillé les magasins de vivres et les armes détenus dans le château, puis ont procédé à la destruction des fortifications. Ce que le panneau ne dit pas, c’est qu’ils ont fait ça pour que la forteresse ne puisse pas servir aux forces gouvernementales si jamais elle devait retomber entre leurs mains.
Flora MacDonald est devenue une héroïne de la cause jacobite car elle aida dans sa fuite Bonnie Prince Charlie. La statue de bronze a été érigée en son honneur en 1896 : elle est l’oeuvre d’Andrew Davidson, natif d’Inverness.

 

Ecosse : Inverness, town houseTown House – Hôtel de Ville

L’édifice victorien est l’oeuvre des architectes Matthews et Lawrie, qui l’ont érigé dans les années 1876 – 1882.
L’aile sud est une extension qui date de 1904 et a été réalisée par l’architecte James R Rhind.

Ce qui est historiquement très intéressant se trouve à gauche de l’entrée (quand on se trouve à l’extérieur) : il s’agit de la Merkat Cross, qui s’élevait au milieu de High Street, entre Castle Street et Eastgate, jusqu’en 1768.
Regardez bien sa base : la pierre que vous voyez s’appelle « Clachnacuddin Stone« , ce qui signifie « pierre des baquets ». C’est en effet sur cette pierre que les lavandières posaient leur panier rempli du linge qu’elles venaient de laver à la rivière, pour se reposer et bavarder entre elles.
Elle a été déplacée en 1792 pour rejoindre la Mercat Cross. Mais elle était si populaire parmi les émigrés qui recherchaient des talismen, qu’ils en découpaient des morceaux pour les emporter lorsqu’ils partaient à l’étranger, en espérant qu’elle leur porte chance. Il a fallu quasiment sceller ce qu’il restait de la pierre pour la sauver !

 

Ecosse : Inverness, old post office
 
Old Post Office – Custom House

Le Custom House de High Street, situé en face de Inglis Street, a probablement été conçu par Archibald Simpson dans les années 1841-1844.
Il est orné de colonnes grecques ioniques et les détails sont également d’inspiration grecque.
Initialement construit comme un bureau de poste flanqué de magasins, il héberge maintenant une banque et des magasins. Le rez-de-chaussée est ruiné par l’insertion de devantures « modernes ».

 

Ecosse : Inverness, former bank of ScotlandGrandeur et décadence d’une banque 9, High Street
The Caledonian Banking Company s’est établie à Inverness en 1838 en tant que société par actions,
À ses débuts, la banque a connu une croissance considérable, en établissant des succursales dans tout le nord de l’Écosse et desservant une clientèle composée principalement d’agriculteurs, de pêcheurs, de distillateurs de whisky et de facteurs céréaliers. En 1847, elle fait construire un nouveau siège social sur High Street, conçu par Mackenzie et Matthews : c’est le bâtiment devant lequel nous nous trouvons.
Dès les années 1880, le vent commença à tourner, notamment suite à l’effondrement de la banque de Glasgow.
Ses contrôles en matière de prêts et d’investissements n’étaient pas particulièrement rigoureux et les prêts consentis pour la construction de certaines distilleries Highland au début du siècle n’auraient probablement pas été accordés par des banques plus conservatrices à Edimbourg et Glasgow.
En 1907, la Caledonian n’eut d’autre choix que de demander une fusion avec Bank of Scotland.
Aujourd’hui, ce magnifique bâtiment sert d’écrin à un … pub

 

Ecosse : Inverness, tolbooth steeple
 
Tolbooth Steeple

À l’époque médiévale, chaque ville d’Écosse possédait un tolbooth. Ce bâtiment abritait généralement un palais de justice, une prison et un conseil municipal. Ils ont également perçu des droits de douane, des taxes et des péages.

Le clocher se trouve au coin de Church Street et de High Street : de style géorgien, et haut de 30 mètres, il a été construit en tant que partie intégrante du tolbooth en 1791. Le monument a été reconstruit en 1816, suite au grave tremblement de terre qui l’avait endommagé, et intégralement rénové en 2013. Les trois cloches du clocher sonnent tous les quarts d’heure de 8h00 à 20h00.

Petite anecdote : on raconte que, dans la plus grande des deux boules près du sommet, il y aurait une bouteille de whisky de la distillerie Millburn. Millburn, qui n’existe plus aujourd’hui, Millburn était de loin la plus ancienne des trois distilleries d’Inverness.

 

Ecosse : Inverness, Ness bridgeNess Bridge

Une suite de ponts de bois permettaient de traverser la rivière à cet endroit. En 1685, le pont en bois fut remplacé par un viaduc en maçonnerie à sept travées, qui sera emporté par une crue en 1849. Il a été remplacé pour par un pont suspendu asymétrique, conçu par J.M. Rendel, avec une tour en maçonnerie massive à chaque extrémité. On pensait qu’il serait ainsi moins susceptible d’être endommagé par les inondations, mais les tours étaient si gigantesques qu’il n’y avait guère de place pour que les véhicules puissent passer par leurs portails.

La structure actuelle, conçue par l’ingénieur Sir Murdoch Macdonald and Partners a été construite en 1959-1961 pour remplacer le pont suspendu. C’est une structure en béton précontraint à trois travées : ses culées ont été recouvertes de granit de Shap, dans le Cumbria, et les piliers de granit de Corrennie (Aberdeen)

 

Ecosse : Inverness, Courier building
The Courier Office, à l’angle de Balk Lane et de Bank Street

Construit en 1804 pour la Bank of Scotland par John Fraser, agent de la Bank of Scotland, cet immeuble était de 1838 à 2002, le bureau et l’imprimerie du «Courrier d’Inverness» – le principal journal local de la ville depuis 1817.

Aujourd’hui, ce sont des agents immobiliers qui se sont installés dans ces locaux historiques.

En voyant cette maison coincée entre des immeubles modernes, on peut se rendre compte à quel point les nouvelles constructions peuvent enlaidir un centre historique, surtout si on compare avec une photo historique

 

Ecosse : Inverness, st Columbia High Church
 
 
St Columba High Church

Dédiée à Saint Columba, l’église a été édifiée à l’emplacement d’une ancienne brasserie, sur Bank Street. Elle a été construite par MacKenzie et Matthews entre 1851 et 1852 dans le style gothique perpendiculaire. L’église a été gravement endommagée par un incendie en 1939 mais a été restaurée dans son état actuel entre 1948 et 1953.

Le style gothique perpendiculaire est un style architectural typiquement britannique. Il se caractérise par une redéfinition des volumes intérieurs et des masses extérieures. De grandes baies distribuent beaucoup la lumière dans les salles et les nefs, suivant des lignes horizontales et verticales qui sont à l’origine du terme perpendiculaire. Apparaissent aussi les voûtes en éventail (fan vaultings) qui cassent le verticalisme des lignes architecturales, créant un effet dynamique et particulièrement décoratif. À l’extérieur, les arcs-boutants sont supprimés. (source : http://www.serlienne.com/architecture_gothique.php)

 

Ecosse : Inverness, Victorian MarketEcosse : Inverness, Victorian MarketVictorian Market

Le marché original, construit en 1870, se trouvait entre Union Street et Queensgate, mais il fut détruit par un incendie en 1889 et reconstruit deux ans plus tard.
Avec les entrées de Academy Street, Church Street, Union Street et Queensgate, le nouveau marché comprenait un vaste hall central et un marché aux poissons. Il n’y avait pas de stand permanent à l’époque : chaque marchand louait des tables à chevalets à la mairie. Les pisciculteurs et les agricultrices de Nairn vendaient du poisson, des œufs, des volailles, des porcelets et des produits laitiers. Le marché couvert était également utilisé pour des expositions de fleurs, des concerts et des réunions. Les tables pouvaient être poussées sur le côté pour faire place aux spectateurs.
On pense que l’horloge a été faite par Alexander Dallas, un horloger d’Inverness. Elle fonctionne toujours à merveille.
De nos jours, ce sont plus de 40 boutiques vendant des produits frais, des épices, des souvenirs, des bijoux, des vêtements, qui se sont installées ici. Sans oublier les excellents chocolats que m’avait conseillés notre hôtesse à Dufftown.

 

Ecosse : Inverness, Farraline park library
Farraline Park Library

La bibliothèque publique d’Inverness a été construite en 1841 pour abriter une école, l’institution du dr Bell. Elle a cessé d’être une école en 1937 et a fonctionné comme palais de justice, commissariat de police et théâtre avant de devenir une bibliothèque publique en 1980.

Construit dans le style néo-grec, il est réputé pour être le meilleur bâtiment classique à Inverness. L’architecte supposé est William Robertson d’Elgin (selon le inverness city heritage trust)
L’ensemble occupait initialement une surface bien plus importante qu’aujourd’hui : la cour de récréation occupait toute la gare routière actuelle. Il y avait aussi deux pavillons, l’un maintenant transformé en café et l’autre ayant été démoli.

 

Ecosse : Inverness, Bow courtBow Court (80-84 Church Street)

Cette maison est un très bon exemple de l’architecture typique d’une ville écossaise. Elle a été construite entre 1722 et 1729 et a été reconstruite en 1968-70. L’arche centrale du rez-de-chaussée est d’origine et les autres arches ont été formées pour fournir des arcades aux magasins. Bow Court était un bâtiment en forme de U avec une cour à l’arrière, l’entrée se faisant par l’arche centrale. Le bâtiment a connu de nombreuses modifications et la cour a été réduite lors de la reconstruction. Le National Trust a stipulé que le public devrait avoir accès à cette cour.
Un panneau au niveau de School Lane porte les armoiries des Duffs of Drummuir et une inscription « Katherine Duff, Lady Drummuire, a offert aux six corporations et aux maçons d’Inverness le sol sur lequel se trouve ce bâtiment de 1729 ». La devise « “Kind Heart Be True And You Shall Never Rue” qu’on peut y voir aussi signifie à peu près : « A ton bon coeur soit fidèle et tu n’auras jamais à le regretter »

 

Ecosse : Inverness, Abertarf houseAbertarff House, church street

Construit en 1593, Abertarff est la plus ancienne maison laïque d’Inverness. Niché dans Church Street, il s’agit d’une maison de ville de 2 étages et demi avec un escalier en colimaçon abrité dans une tour qui fait saillie sur la façade. Les propriétaires originaux sont inconnus mais ils ont fait graver leurs initiales “AS – HP” et la date de construction sur une pierre.
Plus tard, elle devint la résidence du colonel Archibald Fraser de Beaufort et d’Abertarff, le plus jeune fils du seigneur Lovat qui participa au soulèvement jacobite de 1745 et dont les membres du clan se sont battus du côté jacobite lors de la bataille de Culloden.

La Banque commerciale d’Écosse acquit Abertarff House au 19e siècle, et la divisa pour en faire des logements. Peu à peu, li site tombait en ruine. Il a été offert au National Trust for Scotland en 1963, qui a restauré le bâtiment en 1966.Au cours des 50 dernières années, Abertarff House a été utilisée à de nombreuses fins, notamment comme siège d’An Comunn Gàidhealach (Association gaélique), comme magasin et comme siège régional du Trust.

La maison vient d’être à nouveau rénovée, et le National Trust of Scotland a décidé d’en ouvrir les portes au public afin que les écossais puissent se réapproprier leur histoire : l’entrée est libre ! Pour les horaires, cliquez ici. Pour ceux qui maitrisent l’anglais, cliquez ici pour accéder à un article très complet que le NTS consacre à cette maison.

 

Ecosse : Inverness, Dunbar's hospitalDunbar’s hospital, 88 chuchr street

Le prévôt Alexandre Dunbar a construit cet hôpital, qui a été nommé en son honneur, en 1668 avec de la pierre du fort de Cromwell. Les murs avaient 3 pouces de largeur et étaient recouverts de chaux. Le bâtiment comportait trois étages, avec des pignons en redents, une porte voûtée surmontée des armoiries du prévôt Dunbar.
L’hôpital a été construit pour accueillir les pauvres, mais la salle du rez-de-chaussée située au sud a servi de lycée jusqu’à l’ouverture du collège sur Academy Street en 1792. La salle située au nord a été utilisée comme « chambre de pesée », tandis que les étages supérieurs étaient réservés aux pauvres.
En 1857, au rez-de-chaussée, il y avait un dortoir pour femmes et le salon, la chambre à coucher et la cuisine de la Directrice. Au premier étage, il y avait un dortoir masculin et un dortoir féminin, tout comme au 2e étage. Comme il n’y avait pas beaucoup de place, les repas étaient pris dans le dortoir et il était difficile de nettoyer les gens et leurs vêtements à leur arrivée. La saleté et les maladies se propagèrent. De plus en plus de gens sont venus à l’hôpital, mais en 1860, celui-ci a été fermé. Plus tard, le bâtiment a été utilisé à diverses fins, pour finalement servir de centre de repos pour personnes âgées.

 

Ecosse : Inverness, Dunbar's hospitalEcosse : Inverness, Dunbar's hospitalLes lucarnes de Dunbar’s Hospital

Observez bien les lucarnes : celle du milieu porte la date de construction de la maison.
Les autres portent des inscriptions plus ou moins lisibles. La première montre un indigent, accompagné de ces mots “This poor man cryed” (Ce pauvre homme a pleuré).
Ensuite, il faut lire :
“And the Lord heard him, and saved him out of his tyrel”, “A little that a righteous man hath is better nor the” “Richis of manye wicked men”, “He that giveth to the poor leneth to the”, “Lord, and He will paye them seaven tyms mor”

 

Ecosse : Inverness, old High ChurchOld High Church

La petite colline de St Michael’s Mount qui donne sur le Ness, et sur laquelle se situe l’église, est considérée comme le berceau de la chrétienté dans la partie nord des Highlands.
L’église actuelle a été construite entre 1770 et 1772, mais la partie la plus basse de la tour ouest remonte au 14ème siècle, ce qui en fait la structure la plus ancienne d’Inverness.
La tour était aussi la structure la plus haute d’Inverness pendant des siècles, ce qui lui a valu le nom de High Church («Haute église»). Il n’y a pas d’accès direct de l’église à la tour, mais il en existait peut-être avant la construction de l’église actuelle.

En 1703, le couvre-feu a été instauré à Inverness et la cloche de la tour a sonné à 17 heures pour en signaler le début. Les cloches ont sonné tous les jours à 17 heures, sauf pendant la Seconde Guerre mondiale. Et elles sonnent toujours, sauf que le déclenchement et l’arrêt sont automatisés depuis 2002.

Avant la bataille de Culloden, en 1746, des troupes gouvernementales étaient emprisonnées dans la tour de l’église, l’édifice et toutes les terres appartenant aux moines ayant été cédés à la ville par Marie Stuart après la Réforme de 1560. Lorsque le duc de Cumberland prit possession de la ville, ces prisonniers ont été libérés et les jacobites les ont remplacés. Ils ont ensuite été sortis, les yeux bandés, puis exécutés un à un à l’extérieur du bâtiment. On peut encore voir des marques de balle de mousquet dans le mur de la tour.
Certains prisonniers étaient trop faibles pour se tenir debout, ils ont donc été calés contre une pierre tombale, avant d’être abattus d’une balle dans le dos.

 

Ecosse : Inverness, st Mary's presbyteryEcosse : Inverness, st Mary's presbyterySt Mary’s Church

Cette église a été construite en 1836-7 par l’architecte William Robertson d’Elgin. La façade à contreforts et à pinnacles est dans le style néo-gothique. C’était la première église catholique de la ville d’Inverness depuis la Réforme.
En 1894, l’église étant devenue trop petite pour accueillir la congrégation grandissante, le sanctuaire fut agrandi et doté d’un autel en pierre de Caen, agrémenté d’un retable avec figures et mosaïques sculptées par WL Carruthers. Des statues du Sacré-Cœur, de Notre-Dame et de Saint-Joseph en pierre similaire ont été installées. De nouvelles stations de croix et un orgue ont été ajoutés.

Les réformes de la liturgie lors du Concile Vatican II ont rendu nécessaires de nouvelles modifications, notamment des sièges supplémentaires. Le sanctuaire fut à nouveau agrandi et un autel en marbre fut installé. Une allée et une aile supplémentaires ont été ajoutées au sud de l’église. L’aile comprend également la sacristie et le confessionnal qui ont été déplacés sur le nouveau bas-côté.
La mise en valeur du sanctuaire avec de nouveaux vitraux et une icône de la Présentation de l’enfant a été achevée en 2015

 

Ecosse : Inverness, la cathédrale
 
 
St Andrew’s Cathedral

La cathédrale est l’oeuvre d’un architecte local, Alexandre Ross. La première pierre a été posée en 1866 par le Dr Charles Longley, Archevêque de Cantorbery : ce fut le premier acte officiel en Ecosse d’un archevêque anglais depuis l’établissement de l’Eglise Presbytérienne. Elle a été ouverte au culte en 1869.

Au-dessus de la porte ouest, par laquelle nous entrons, se trouve un gable composé d’une rosace ajoutée et d’une sculpture de la mission donnée par Jésus aux Apôtres « Allez dans le monde et prêchez l’Evangile ». Les statues qui l’entourent sont celles de saints André, Pierre, Paul et Jean-Baptiste.

 

Ecosse : Inverness, la cathédrale, le jubé et le choeur
Les arches de la nef sont supportées par des piliers, chacun sculpté dans un seul bloc de granit. Les chapiteaux ont été décorés de feuillage, de fleurs et d’oiseaux, par des maçons loaux qui n’avaient jamais entrepris un travail aussi élaboré auparavent.
Regardez attentivement et voyez les têtes sculptées au-dessus des chapiteaux : les deux premiers visages à gauche sont ceux de l’Evêque Maclean et de l’architecte, tandis de ceux à droite sont ceux des Evêques Kelly et Eden.

Le jubé du choeur, oeuvre de Sir Robert Lorimer, est un Mémorial aux membres de la congrégation qui trouvèrent la mort durant la Première Guerre mondiale. Au-dessus du jubé, un crucifix porte les emblèmes des quatre Evangélistes sur ses bras.

 

Ecosse : Inverness, cathédrale, chaire de l’ÉvêqueEcosse : Inverness, la cathédrale, les stalles
 
En traversant le jubé, on pénètre dans le choeur où l’on peut admirer les stalles en chêne autrichien : les emblèmes des évangélistes (aigle, taureau, lion et ange) sont sculptées sur les stalles.

Il faut savoir cependant que la chaire de l’évêque (‘kathedra’ en grec), sculptée localement, est le seul morceau de la boiserie originale qui ait survécu jusqu’à nos jours.

 

Ecosse : Inverness, la cathédrale, le lutrinEcosse : Inverness, la cathédrale, la chaireEcosse : Inverness, la cathédrale, les fonts baptismaux
Le lutrin en cuivre sur lequel les Ecritures Saintes sont lues, don du dernier prêtre ayant servi la Chapelle de la Mission de l’Evêque, est un lien avec les origines de la Cathédrale (dit le feuillet explicatif fourni à l’entrée).

La chaire, en pierre de Caen et en marbre irlandais, posée sur des colonnes de granit d’Abriachan, a été sculptée par des sculpteurs locaux. Les panneaux représentent St André prêchant sur la croix, le Bon Berger, et St Jean Baptiste prêchant.

Les fonts baptismaux sont une copiede l’ange agenouillé de Thorvaldsen à Copenhague, mais le visage est celui de la femme du donateur.

 

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse