Ecosse : Glen Coe

Ecosse : Glen Coe

Vallée encaissée, encerclée par de hauts sommets, Glen Coe est l’une des régions les plus sauvages d’Écosse et l’une des plus connues.
Elle doit sa réputation à ses paysages de toute beauté, où cohabitent la quiétude des vallées parsemées de quelques lochs et la force brute des massifs montagneux, formés par de violentes éruptions volcaniques, puis sculptés par d’énormes glaciers. Si vous souhaitez en savoir plus sur la géologie des lieux, vous pouvez consulter cet article (en anglais).
La région fait le bonheur des randonneurs mais ne sous-estimez pas les difficultés en vous disant que les sommets ne dépassent guère 1000m : les falaises à pic du Buachaille Etive Mor et la crête escarpée de l’Aonach Eagach sont un défi redoutable, même pour des alpinistes chevronnés ! Des chaussures robustes, des vêtements chauds et imperméables ainsi que le strict respect des consignes de sécurité sont indispensables.
Bien sûr, il existe aussi des balades faciles, comme celle qui conduit à Signal Rock d’où fut donné le signal du massacre resté tristement célèbre, le massacre de Glencoe.

Vous pouvez tout simplement parcourir Glen Coe en voiture : de nombreux arrêts sont possibles – et recommandés – pour qui veut profiter pleinement des paysages : nous les détaillons tous dans cet article.
 

13 février 1692 : Le massacre de Glencoe

Le ​13 février 1692, Glen Coe est le théâtre d’un massacre particulièrement odieux, ordonné par le souverain anglais Guillaume d’Orange. Il survient trois ans jour pour jour après son intronisation et quelques mois après la fuite du précédent roi, le catholique Jacques II Stuart.

Le protestant Guillaume d’Orange a sommé les chefs des clans catholiques écossais de lui faire allégeance avant le 1er janvier 1692. Dans l’embarras, les Écossais demandent à Jacques II la permission de rompre le serment qui les lie à lui. Le Prétendant, en exil à Versailles, hésite longtemps avant de la leur accorder.
Alaistair Maclain, chef du clan Mac Donald, attend le dernier moment pour aller prêter serment au nouveau roi mais les difficultés de la route et un mauvais concours de circonstances le mettent en retard. Guillaume d’Orange, ulcéré, décide de faire un exemple. Il envoie Robert Campbell, commandant les cent vingt hommes du régiment d’Argyll, chez les Mac Donald.
Robert Campbell, parent éloigné d’Alaistair Maclain, demande l’hospitalité à celui-ci. Il est généreusement hébergé avec ses hommes pendant deux semaines et c’est alors qu’il reçoit l’ordre écrit de massacrer tous ses hôtes.
Il profite de la nuit pour attaquer et tuer pendant leur sommeil les membres du clan. On compte trente-huit morts, y compris le vieux MacLain. Pris de scrupules, certains soldats, toutefois, laissent échapper leurs victimes. Celles-ci se réfugient dans la montagne pour … y mourir de froid !

La tuerie provoqua un véritable scandale politique mais il fallut attendre trois ans avant les premières réprimandes officielles!

 

Glen Coe : the isles of glencoe, vue sur GlencoeGlen Coe : the isles of glencoe, loch Leven
 
 
Nous avons passé la nuit du 24 au 25 juin au bord du Loch Leven, dans un établissement situé à ras de l’eau, sur une péninsule qui s’avance dans le lac : The Isles of Glencoe Hotel.
Sur la photo de gauche, nous voyons le village de Glencoe, qui fait face à l’hôtel.

 

Glen Coe : the isles of glencoe, vue depuis chambre à 21hGlen Coe : the isles of glencoe, vue depuis chambre à 22h
Le cadre est absolument enchanteur !

Nous avions choisi une chambre supérieure, donnant sur le lac, et ne l’avons absolument pas regretté ! Il fait jour très longtemps en juin, et nous avons pu voir la lumière et les couleurs changer tout au long de la soirée, c’était magique !! La photo de gauche a été prise aux environs de 21h00 et la photo de droite une heure plus tard.

La photo d’entête de cet article a été prise au même endroit, mais le matin vers 8h00.

 

Glen Coe : the isles of glencoe, promenadesGlen Coe : the isles of glencoe, Eilean MundePlusieurs petites balades faciles et agréables sont balisées autour de l’hôtel.
Des panneaux explicatifs très intéressants jalonnent le parcours. Ainsi, nous apprenons que la petite île qui nous fait face s’appelle Eilean Munde, du nom de St. Fintan Mundus qui y a construit une chapelle.

L’île abrite un cimetière autrefois utilisé par les Stewarts de Ballachulish, les MacDonalds de Glencoe et les Camerons de Callart . Les clans partageaient l’île et l’entretien du cimetière, même en cas de conflit.
La dernière inhumation a eu lieu en 1972, avec Mme Christina MacDonald Sharpe, originaire de Glencoe.

 

Ecosse, Glen Coe : Isles of glencoe, Ballachulish circuits balisésGlen Coe : the isles of glencoe, Ballachulish et l'ardoiseLe village de Ballachulish mérite une petite visite

Le petit village de Ballachulish n’est qu’à quelques minutes à pied de l’hôtel et nous n’avons pas hésité à y faire un tour après dîner. Nous avons suivi le petit circuit balisé qui mène aux carrières d’ardoise.
L’ardoise a été extraite des carrières de Ballachulish en 1693, un an après le tristement célèbre massacre de Glencoe de 1692.
Bien qu’elle ait servi à couvrir d’innombrables toits écossais, l’ardoise de Ballachulish présentait un inconvénient majeur par rapport à certains de ses concurrents : en raison de la forte teneur en oxyde de fer dans la roche, plus de 75% de l’ardoise extraite des carrières était inutilisable en tant que couverture de toiture. Les carrières ont finalement été fermées en 1955.

Glen Coe : the isles of glencoe, Ballachulish et l'ardoiseGlen Coe : the isles of glencoe, Ballachulish et l'ardoise
 
 
Les explications sur place sont nombreuses et intéressantes, très bien conçues. Des photos commentées des roches que l’on voit permet de repérer facilement les curiosités, comme ici la veine de quartz ou le filon de basalte.
Mais les hommes ne sont pas oubliés : les conflits sociaux qui ont éclatés, les figures marquantes, telles celle du docteur Lachlan Grant, font revivre une époque pas si lointaine où des hommes ont travaillé très dur pour subvenir aux besoins de leur famille.

 

 

Lundi 25 juin 2018 : découverte des magnifiques paysages de la vallée de Glencoe, le long de la route A82

En partant de notre point de chute – the Isles of Glencoe Hotel – tôt le matin, nous parcourons le glen du nord au sud, en restant toujours sur l’A82. Chaque fois qu’un endroit mérite un arrêt, un parking est prévu à cet effet.

Info pratique : le trajet depuis notre point de départ (the Isles of Glencoe Hotel près du village de Glencoe) jusqu’à notre point d’arrivée (Highland Gate by Marston’s Inns à Stirling) fait 176 km. Le temps de parcours sans aucun arrêt est estimé à 2h40.

 
 
 
Ecosse : Glencoe, loch AchtriochtanEcosse, Glen Coe : loch Achtriochtan, Achnambeithach cottageGlen Coe, Loch Achtriochtan

Ce petit lac à l’aspect si paisible est traversé par la rivière Coe, un ruisseau assez nerveux qui a creusé son lit au milieu de pentes raides, à la végétation rase, incapables d’absorber des pluies violentes et abondantes. Au XVIIIe siècle, les crues de la rivière ont gonflé le loch jusqu’à provoquer des inondations catastrophiques, faisant fuir les habitants.

Aujourd’hui ne subsiste qu’un joli petit cottage aux formes simples, seul au milieu des moutons. Si l’on en croit le panneau qui le signale au bord de la route, il appartient au National Trust for Scotland et répond au doux nom de Achnambeithach cottage.

 

Ecosse : Glencoe, Three SistersEcosse, Glen Coe : Three sisters, carteGlen Coe, Three Sisters

La plus haute montagne du vieux comté d’Argyll, Bidean nam Bian, est un massif complexe de de sommets majestueux du côté sud de Glen Coe. Ses arêtes nordiques spectaculaires sont connues sous le nom de Trois Sœurs, tandis que les plus hauts sommets du groupe sont cachés derrière.
Deux des soeurs, Gearr Aonach ( crête courte) et Aonach Dubh ( crête noire ) convergent à Stob Coire nan Lochan, une crête subsidiaire de 1 115 m (3 658 pieds) de Bidean nam Bian située à environ 1 km au nord-est du sommet actuel. La dernière soeur, la plus orientale, Beinn Fhada ( Longue Colline ), rejoint le massif du Bidean nam Bian au sommet de Stob Coire Sgreamhach.

Beinn Fhada est séparée de Gearr Aonach par un glen nommé Coire Gabhail, communément connu sous le nom de vallée cachée ou perdue : un glissement de terrain en a bloqué l’entrée et lui permet d’être invisible depuis Glen Coe. Le clan Macdonald a utilisé la vallée pour cacher son bétail aux pillards ou pour cacher le bétail qu’ils avaient eux-mêmes volé.

 

Ecosse : Glencoe, meeting of three watersEcosse, Glen Coe : meeting of three waters vu depuis la routeGlen Coe, meeting of three waters

Le site n’est pas indiqué par un panneau mais vous ne pouvez pas le rater : si vous descendez le glen vers le sud, peu après les « Three Sisters », la A82 fait un virage et vous voyez une petite cascade sur la droite. L’endroit a été spécialement aménagé pour permettre aux photographes de s’en donner à coeur joie sans courir de risque. Dépassez le site de quelques 20m et vous pourrez garer votre voiture.
Ces trois ruisseaux qui se rejoignent après avoir dévalé les parois abruptes donnent naissance à la rivière Coe : celle-ci traverse ensuite le cœur de Glen Coe jusqu’au Loch Achtriochtan avant de poursuivre jusqu’à 6 km de la mer.

 

Ecosse, Glen Coe : Buachaille etiveUn sommet mythique : Buachaille Etive Mor

Buachaille Etive Mor est l’un des massifs montagneux les plus connus et les plus appréciés en Ecosse.
En réalité, il s’agit d’une crête de près de 8 km de long, composée de quatre sommets principaux : Stob Dearg (1022 m), Stob na Doire (1011 m), Stob Coire Altruim (941 m) et Stob na Bròige (956 m).

Gravir ce sommet n’est cependant pas à la portée de tout le monde, loin de là, comme vous pourrez le constater en lisant le descriptif d’un passionné (en anglais), qui n’hésite pas à dire que « Buachaille Etive Mor est la définition de la magnificence de l’alpinisme ».
Le petit film de 1’54 qu’il met au début de son article est une illustration parfaite de ce qu’est Glen Coe : un mix entre la douceur de la vallée avec ses lochs, et l’âpreté des sommets qui l’entourent.

 

Ecosse : Glencoe, loch TullaEcosse, Glen Coe : loch Tulla, cairnGlen Coe, loch Tulla

Vous n’aurez en principe aucun mal à vous garer sur l’emplacement prévu à cet effet le long de la route. N’hésitez pas à grimper un peu sur les hauteurs pour avoir une belle vue sur le lac.
Ensuite, approchez-vous des rives et remarquez le grand cairn qui a été érigé au bord de l’A82 : la plaque commémorative nous indique qu’il a été construit en 2000 par WG Park et qu’il est dédié à la mémoire des nombreux alpinistes qui ont perdu la vie dans les montagnes écossaises au fil des ans. Le cairn commémore également sir Hugh T. Munro de Lindertis, qui a escaladé et classifié tous les sommets écossais atteignant 3 000 pieds ou plus.

La publication des Munro`s Tables en 1891 ​​a donné naissance au passe-temps désormais populaire du « Munro Bagging« , où les marcheurs et les alpinistes tentent de gravir tous les sommets de la liste.
Park a collecté un total de 795 pierres provenant de munros et de cimes écossaises, qui ont servi à former le cairn

 

Ecosse : glencoe, Orchy bridgeGlen Coe, Bridge of Orchy

Dans les années qui suivirent le soulèvement jacobite de 1715, le gouvernement déploya d’énormes efforts pour construire des routes et des ponts à travers les Highlands. Jusque-là, des routes existaient déjà pour acheminer le bétail vers les marchés des plaines, mais la plupart des déplacements se faisaient par voie maritime, et la plupart des zones de peuplement importantes s’étaient installées sur les côtes ou le long des grands fleuves.
Ces routes militaires devaient permettre aux troupes de se déplacer rapidement dans l’intérieur du pays pour supprimer la rébellion. Entre 1725 et 1767, le général Wade et plus tard le major Caulfeild ont construit quelque 1 200 km de routes et 700 ponts. Ici, l’ancienne route militaire traverse l’A82 au carrefour situé au centre de Bridge of Orchy, avant de descendre devant l’hôtel pour rejoindre le pont de 1751 sur la rivière Orchy, également construit par le major Caulfeild.

Le pont a donné son nom au village.

 

Ecosse : Glencoe, falls of FallochEcosse, Glen Coe : falls of FallochFalls of Falloch

Pour découvrir ces belles chutes, d’une dizaine de mètres de haut, il faut marcher un peu : la promenade commence au parking situé juste à côté de l’A82 et suit un chemin traversant un bois jusqu’aux chutes, où un belvédère original vous attend. Cet espace protégé construit par John Kennedy et baptisé «Woven Sound» prend la forme d’un long treillage de tiges d’acier étroitement tissées qui se faufilent entre les arbres existants pour ne pas endommager la beauté naturelle du site.
Cette réalisation fait partie du projet des routes panoramiques écossaises, créé en 2013 pour donner aux architectes et aux jeunes designers la possibilité de déployer leurs talents au service du tourisme.

 

Ecosse : Glencoe, loch LomondEcosse, Glen Coe : loch Lomond, point de vueLoch Lomond, Inveruglas Visitor Center

Par sa surface, il est le plus grand des lochs de Grande-Bretagne, mais en volume il est le deuxième après le Loch Ness.
Le visitor center, outre des toilettes et un petit point de restauration, propose un magnifique poste d’observation, nommé « An Ceann Mòr » : 31 marches mènent au sommet d’une pyramide en bois qui offre alors des vues superbes sur le lac et son environnement. Le trajet vers le point de vue débute sur le parking du centre d’accueil. Conçu par le jeune cabinet d’architectes BTE, An Ceann Mòr est la dernière installation de la première phase du projet des routes panoramiques écossaises.
 
Il y aurait bien sûr matière à faire de belles balades ici car le Loch Lomond fait partie depuis juillet 2002 du Parc national du Loch Lomond et des Trossachs, mais cela ne fait pas partie de notre programme cette fois !

 

Nous faisons maintenant route vers Stirling, notre prochaine étape.

 

Retour à l’accueil