Ecosse : Fort William

Ecosse : Fort William

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse

A l’occasion de la visite du Château d’Urquhart, nous vous avons parlé du Great Glen, cette longue crevasse diagonale de 96 km, scindant l’Ecosse en son coeur : elle va de Fort William à l’Ouest à Inverness à l’Est. Pour nous rendre du Château d’Urquhart à Fort William, nous avons emprunté la route qui emprunte ce glen (voyez la carte sur la page principale de notre voyage en Ecosse)
Après le loch Ness, de loin le plus grand (et plus grand volume d’eau intérieur d’Ecosse), nous avons longé loch Oich, loch Lochy pour arriver au loch Linnhe, en vue de Fort William où se dresse fièrement le sommet le plus élevé de Grande Bretagne, le Ben Nevis, avec ses 1344m.

Mais c’est une autre curiosité, liée à ces lacs et à ce glen, qui était tout d’abord inscrite à notre programme : les escaliers de Neptune (Neptune’s Staircases) du Canal Calédonien
 
 
LE CANAL CALEDONIEN ET LES ESCALIERS DE NEPTUNE

Ecosse : Fort William, Escalier de Neptune (Neptune's Staircase)

Le canal calédonien a été construit par Thomas Telford entre 1804 et 1822. Il est long de plus de 96 kilomètres et suit le Great Glen. Son tracé traverse les trois lacs que nous venions de longer, le loch Lochy, le loch Oich et le loch Ness, si bien que seuls 35 kilomètres sont de véritables canaux qui comportent 29 écluses.
A Banavie, Thomas Telford a construit un ensemble de huit écluses qui fait monter le niveau de l’eau de 21 m sur un parcours de 457 m, à partir du lac Linnhe : c’est cet ensemble qui est connu sous le nom de « Escalier de Neptune »

La balade le long de l’escalier de Neptune est aisée et très agréable : on remonte les écluses d’un côté puis on traverse (chaque écluse permet de traverser) pour redescendre sur l’autre rive. De nombreux panneau explicatifs jalonnent le sentier. Comme vous le voyez sur la photo, on peut emprunter les escaliers qui longent les écluses ou rester sur le chemin qui monte en pente douce, ce qui fait que cette promenade est accessible à tous.
Un parking (gratuit) est prévu juste à côté du site.

Un autre excellent endroit pour observer le canal calédonien en opération est Fort Augustus, où une autre échelle d’écluses abaisse les navires jusqu’au niveau du Loch Ness, au nord. À côté des écluses de Fort Augustus se trouve le Caledonian Canal Heritage Centre, un lieu privilégié pour en savoir plus sur l’histoire et le fonctionnement du canal. Mais nous avions choisi de ne pas nous y arrêter.

 

LE BEN NEVIS – POINT CULMINANT DE GRANDE-BRETAGNE

Ecosse : Fort William, Ben Nevis

Nous sommes allés ensuite à Fort William, que nous connaissions bien pour y avoir établi notre base lors d’un précédent séjour en Ecosse. L’escalade du Ben Nevis n’était donc pas au programme cette fois car il faut compter toute une journée pour en faire l’aller-retour.

Il faut savoir que l’ascension du Ben Nevis n’est pas une simple balade mais une randonnée exigeant un minimum de forme physique et d’équipement. Le « Petit Fûté » le confirme en disant « Ne prenez pas cette ascension à la légère. L’altitude n’est pas celle des Alpes, mais 1344 mètres en commençant à 0, ça compte ».

De plus, 90% du temps, le sommet est enveloppé dans un épais brouillard, même en été, du fait de la proximité de la mer. Les conditions deviennent rudes à partir de 1 000 mètres. Les températures négatives, même l’été, et le vent glacial, sont les autres obstacles à franchir.

Pensez à bien vous équiper en matériel (notamment plusieurs couches de vêtements, dont une veste et un pantalon imperméables, un bonnet, des gants) et en vivres, à vous munir d’une carte (OS Landranger 41 ou OS Explorer 392), d’une boussole et à prévoir assez de temps. Soyez sûrs de vos capacités physiques et, surtout, vérifiez bien la météo (www.mwis.org.uk et www.bennevisweather.co.uk). S’il fait beau en bas, il peut faire très froid en haut et le temps change rapidement. Gardez bien à l’esprit que le sommet est enneigé en permanence et que les conditions peuvent subitement changer et vous précipiter dans les nuages et la tempête, sans plus aucune visibilité.
Si vous partez en été et par beau temps, le Pony Track (le chemin « touristique » pour atteindre le sommet) prend un peu des allures d’autoroute et il est difficile de se perdre. Par contre, durant les autres saisons, la plus grande prudence s’impose : il y a régulièrement des accidents (parfois mortels)
Passez par le Glen Nevis Visitor Centre prendre quelques conseils et, si vous le pouvez, prévenez vos hôtes de votre parcours. Beaucoup d’hébergements ont d’ailleurs des cahiers à cet effet. Ça ne coûte rien et on saura où vous retrouver, si vous avez un souci.

 

LA DISTILLERIE BEN NEVIS

Ecosse : Fort William, distillerieLors de notre précédent séjour à Fort William (il y a bien des années !), c’est la distillerie Ben Nevis que nous avons choisi de visiter. Elle n’offre pas vraiment la visite la plus longue ni la plus complète d’Ecosse, mais a quand même l’avantage d’être en centre-ville d’une destination touristique. Et puis, pour nous, c’était notre première visite d’une distillerie, alors elle nous a forcément laissé un bon souvenir, d’autant plus que c’est ici que nous avons appris ce signifie l’expression « La part des anges » (c’est une manière poétique pour parler du phénomène d’évaporation qui se produit lors du vieillissement d’un alcool dans un fût.).

Fondée en 1825 par John MacDonald, c’est une des plus vieilles distilleries d’Écosse et l’eau utilisée pour la fabrication du whisky descend bien sûr du Ben Nevis.

Les bouteilles produites ici ne peuvent être trouvées chez nous que chez les bons cavistes (ou alors via internet, sur les sites spécialisés) … et encore ! Nous avons donc forcément fait un détour par le Centre des Visiteurs. Certaines des bouteilles exposées nous sont totalement inconnues, d’autres sont embouteillées en quantité limitée. Ainsi, le single malt de 10 ans d’âge, pourtant le fleuron de la distillerie, est limité à deux bouteilles par client si vous voulez l’acheter sur whisky.fr …
Il faut savoir que le propriétaire actuel est NIKKA et que la production est naturellement réservée en priorité au marché japonnais !

 

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse