Ecosse : Dundee

Ecosse : Dundee

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse

 

Dundee est située sur la rive nord de l’estuaire du fleuve Tay : la ville s’est développée autour de son port, qui permettait un accès sûr à la mer Baltique. Au XVIème siècle, Dundee comptait plus de trente navires commerçant avec la Baltique. Les élites de la ville étaient les marchands et les commerçants baltes, les artisans et les capitaines de navires.
Mais, dans les années 1670, le port de Dundee perdit sa prééminence sur Glasgow et se reconvertit dans l’importation du lin. Au début du XIXe siècle, l’emplacement de Dundee sur un vaste estuaire facilite l’importation du jute des Indes : l’industrie du jute est en grande partie à l’origine de l’expansion de Dundee lors de la révolution industrielle. Dundee fut en son temps la capitale mondiale de la toile de jute et les besoins de l’industrie locale du jute en huile de baleine soutinrent une importante activité baleinière. Dundee devint ainsi le principal port baleinier du Royaume-Uni dans les années 1860.

Longtemps identifiée comme la ville des 3 J (jam, journalism et jute), Dundee a su engager à temps une politique de reconversion en mettant l’accent sur le design et la créativité afin de promouvoir la croissance économique : la page de l’histoire du jute a été définitivement tournée pour faire place à l’électronique, aux fibres synthétiques et à la biotechnologie.
Depuis 2014, la ville fait partie du réseau de villes créatives de l’ UNESCO, ayant été a été désignée ville Unesco du design.

 

Ecosse : Dundee, V&A museum of designV&A Dundee, 1 Riverside Esplanade

Après l’obtention de ce titre prestigieux, une ambitieuse politique de développement de la zone côtière (financée à hauteur d’un milliard de livres) a été menée.
C’est ainsi qu’en septembre 2018, le premier musée du Design d’Ecosse y est inauguré. Cette antenne du V & A Museum (Victoria and Albert Museum )se love dans une structure spectaculaire conçue par l’architecte japonais Kengo Kuma. Il est le seul musée V & A au monde situé en dehors de Londres. Regardez ce petit film réalisé par Visit Scotland pour vous rendre compte de la prouesse architecturale du site.
Comme nous sommes passés en juin 2018, nous n’avons pas pu y entrer mais n’hésitez pas à y faire un tour : l’entrée est gratuite, seules quelques expositions spécifiques sont payantes. Ses Scottish Design Galleries (gratuites) présentent le meilleur de la création écossaise, de la mode à l’architecture en passant par le mobilier.
Vous trouverez toutes les informations ici, et en français !

 

Ecosse : Dundee, old Custom HouseCustom House, Dock street

Après avoir vu le bâtiment qui symbolise le futur de la ville (le V&A), dirigeons-nous un peu plus à l’est pour voir un bâtiment qui symbolise la splendeur passée : le Custom House et Harbour Chambers.
Autrefois siège de l’administration portuaire de Dundee, ce bâtiment de style manoir géorgien tardif a été acheté en 2014 par les hôtels Apex, propriétaires de l’hôtel voisin Apex City Quay. Pour l’instant, le projet semble au point mort.

La construction sur les plans des architectes John Taylor et James Leslie a commencé en 1842 et a pris environ un an. Une extension a été ajoutée à l’arrière en 1884. Le bâtiment, l’un des plus grands sièges d’autorités portuaires du pays, rappelle l’importance de la ville en tant que port de mer au 19ème siècle et la richesse du commerce qui transitait par le port.
Le bâtiment hébergeait la commission portuaire, l’administration du port, ainsi que le recouvrement des droits de port et des taxes douanières.

 

Ecosse : Dundee, cathédrale st Paul
Cathédrale Saint-Paul, 1 High Street

Fondée en 1853, la cathédrale Saint-Paul a été bâtie sur le site d’un château médiéval, assiégé lors des guerres d’indépendance de l’Écosse et détruit pendant les guerres des trois royaumes. Elle fut conçue par le célèbre architecte victorien Sir George Gilbert Scott.

Cathédrale anglicane de la ville, elle a été construite dans le style gothique victorien et se caractérise par sa grande tour et sa longue nef centrale. La flèche, haute de 64 m, qui domine la tour est emblématique de Dundee. Tandis que l’imposante façade surplombe High Street au sud, les autres côtés sont cachés derrière les bâtiments de Commercial Street et de Castle Street.

L’intérieur est grandiose : admirez l’autel en marbre, le retable en mosaïque des manufactures Salviati de Venise, un orgue de William Hill datant de 1865, et de beaux vitraux de John Hardman et Scott & Drape. On remarquera aussi le mémorial élevé à la mémoire de James Chalmers (1782 – 1853), qui a inventé le timbre-poste adhésif.

L’entrée est gratuite et la cathédrale est ouverte aux heures de bureau. Elle est fermée le lundi.

 

Ecosse : Dundee, the CornerG.L. Wilson’s Department Store, « the Corner »

Ce grand magasin, situé à l’angle de Murrraygate et de Commercial Street, connu sous le nom de «The Corner», a été fondé en 1894 par Gavin Laurie Wilson, fils d’un fermier du Lanarkshire. A l’origine, il s’agissait principalement d’une draperie.
Wilson mourut en 1932 mais son fils, John, dirigea l’entreprise jusqu’à son décès, en 1962. Sir Garnet Wilson (1885-1973), un autre fils, plus ou moins impliqué dans le magasin, était un homme politique libéral local, Lord Provost de Dundee de 1940 à 1946 et qui fut fait chevalier pour ses services rendus à la ville. Un troisième fils, Gavin, est décédé au combat des suites de blessures subies pendant la Première Guerre mondiale.

Le grand magasin a fermé ses portes en décembre 1971. L’immeuble a fait l’objet d’un important réaménagement dans les années 90 et est maintenant divisé en boutiques. L’extérieur a été remis à neuf dans son état d’origine.

 

Ecosse : Dundee, le dragonLe Dragon de Dundee sur High Street

Cette sculpture fait référence à la légende des neuf jeunes filles, un très vieux récit transmis de génération en génération. Elle a été imaginée par’Alistair Smart, conférencier au Duncan of Jordanstone College of Art. Malheureusement, il est décédé juste après avoir remporté le concours. La famille d’Alistair a demandé à Tony Morrow, un ancien étudiant du conférencier, de prendre en charge la mise en oeuvre.

Que raconte donc cette légende ? Il était une fois un fermier qui vivait avec ses neufs filles, toutes plus belles les unes que les autres.
Un jour, il demande à son aînée d’aller puiser de l’eau, mais elle ne revient pas. Le fermier demande alors à ses autres filles d’aller la chercher, mais elles disparaissent toutes les unes après les autres. Le père éploré découvre qu’un dragon est derrière leur disparition. Bien sûr, un beau jeune homme, fiancé à l’une des jeunes filles, décida de les venger en tuant la bête à l’issue d’un combat titanesque !

Les dragons n’étaient pas toujours vus comme des démons; à l’origine, ils étaient des symboles de fertilité, de sagesse et d’immortalité : la légende pourrait être le souvenir d’une religion païenne dont les rites de fertilité incluaient des sacrifices humains.

 

Ecosse : Dundee, Optical Express, anciennement Clydesdale Bank
Optical Express, anciennement Clydesdale Bank, 96 High Street

A l’angle de Castle Street et High Street, un bâtiment attire le regard : pour qui avait été conçu cet immeuble à la façade en pierre polie, si joliment décoré ?

Il est couronné par une jeune Britannia avec, à ses pieds, un lion et une corne d’abondance d’où s’échappent des pièces de monnaie. Et voyez, à gauche de l’entrée principale, une personnification de la justice avec son épée, tandis qu’à droite trône une personnification du commerce avec une autre corne d’abondance.

William Spence, l’architecte, et James Charles Young, le sculpteur, ont conçu ce bâtiment en 1876 : il était destiné à abriter une banque sur le devant, tandis que les côtés étaient dévolus aux magasins et aux bureaux. Il remplit l’espace triangulaire entre Murraygate et Commercial Street.

 

Ecosse : Dundee, Desperate Dan statue
Desperate Dan et Minnie the Minx, sur High Street

En déambulant dans High Street, vous ne pouvez manquer une énorme statue de bronze de 2,50m : elle représente Desperate Dan, un célèbre personnage de bande dessinée britannique. Le personnage a été créé par Dudley D. Watkins, à l’origine en tant que hors-la-loi ou ‘desperado’ (d’où son nom), mais a évolué vers un type plus sympathique, utilisant sa force pour aider l’opprimé. Il est toujours accompagné de son fidèle compagnon, Dawg.
La bande dessinée d’où il est tiré, The Dandy, est publiée par D.C. Thomson, une maison d’édition établie à … Dundee !

Juste derrière Desperate Dan, avez-vous reconnu Minnie the Minx, un autre personnage de bande dessinée tiré de l’hebdomadaire The Beano, lui aussi publié par D.C. Thomson ?

 

Ecosse : Dundee, Caird HallCity Square et Caird Hall

Cette grande place est le centre culturel de Dundee. C’est ici que se tiennent les marchés et événements de la région.

Caird Hall est la principale salle de concerts de la ville : elle abrite le Royal Scottish National Orchestra. Sa construction a démarré en 1914 avec les dons philanthropiques de Sir James Caird, qui a amassé une fortune grâce au commerce de jute de Dundee. Mais la Première Guerre mondiale stoppera le chantier et l’impressionnant bâtiment, avec ses dix colonnes doriques, n’ouvrira ses portes qu’en 1923.

On peut assister à des opéras, des ballets, des comédies, des concerts. Mais Caird Hall abrite toutes sortes d’événements, tels des conférences, des mariages. Des cérémonies de remise des diplômes universitaires y sont également organisées.

 

Ecosse : Dundee, église paroissiale ste MarySt Mary’s et The Old Steeple

Nous sommes en présence d’un ensemble vraiment inhabituel qui a été érigé sur le site de l’église médiévale de Sainte-Marie. C’était une église très grande et ses transepts nord et sud étaient, proportionnellement à la nef et au choeur, les plus longs édifices ecclésiastiques d’Europe. Une tour carrée avait été achevée dans les années 1480 pour constituer la dernière partie de la grande église : c’est la seule partie de ce bâtiment du XVe siècle qui subsiste aujourd’hui et que les Dundoniens appellent familièrement « The Old Steeple » (Le vieux clocher).

La nouvelle église achevée eut cependant une courte vie. En 1547, une force anglaise s’empara de Dundee, fortifia la tour et utilisa l’église comme écurie. Que ce soit par accident ou par dessein, l’église a été incendiée et la nef détruite, ainsi que les transepts nord et sud. Seuls la tour et le choeur ont été sauvés. Les murs sans toit et fissurés par le feu de la nef et des transepts ont été démolis. Par la suite, le conseil municipal a construit la partie ouest du chœur et a établi la première église réformée de Dundee, appelée St. Mary’s Kirk, également connue sous le nom de East Kirk car elle se trouvait à l’extrémité est du bâtiment. Plus tard au 16ème siècle, la ville reconstruisit le transept sud pour accueillir une seconde église, connue sous le nom de South Kirk.

En 1759, le transept nord fut reconstruit et une troisième église, la North ou Cross Church, y fut établie. Finalement, en 1789, la nef fut reconstruite pour accueillir une quatrième congrégation, St. Clement (ou Steeple) Kirk. De 1782 à 1841, la ville de Dundee avait donc sous un même toit quatre églises distinctes, chacune avec leurs propres ministres du culte et administrations, partageant une tour et les cloches qui y avaient été installées.
Ecosse : Dundee, église paroissiale ste Mary, pingouins
Le premier dimanche de janvier 1841, un incendie se déclara dans le système de chauffage de East Kirk. Cet embrasement engloutit les églises du transept est, nord et sud. Seules la nef et la tour furent sauvées. Les fines arches gothiques avec leurs piliers ont également été détruites et les murs extérieurs brisés par la chaleur. La salle du chapitre, attenante au mur nord de l’église de l’Est, a également été détruite, de même que la bibliothèque de plus de 1 800 volumes, y compris d’anciennes œuvres en grec et en latin, dont beaucoup dataient du clergé d’avant la Réforme.

Les bâtiments endommagés par le feu des églises est et sud ont été reconstruits et ouverts au culte en 1844, donnant naissance à trois congrégations jusque dans les années 1980, lorsque l’église Steeple et la congrégation de Old St. Paul’s et St. David’s (église sud) ont été fusionnées. Les locaux de l’Église du Sud forment maintenant un centre communautaire dédié à la missionnaire Mary Slessor, née à Dundee.

 

Ecosse : Dundee, 134b NethergatePetite maison au 134b Nethergate : coincée entre deux immeubles, elle étonne …
Elle a été construite en 1893 par James Hutton pour les photographes G et G Taylor, qui en ont fait leur studio.
Ce bâtiment intercalaire, avec ses briques peintes et son toit en ardoises à pignon, est un exemple du style « Arts & Crafts ». Le rez-de-chaussée a malheureusement été transformé !
Le terme « Arts & Crafts » fait référence à un vaste mouvement social et artistique qui a pris forme en Grande-Bretagne et en Europe au milieu du 19e siècle, puis a traversé l’Atlantique pour susciter un réel engouement aux États-Unis au début du 20e siècle. Il englobe la décoration intérieure, les beaux-arts et les arts décoratifs, l’impression et la publication (conception de livres, illustrations, affiches et publicités), les bijoux et les articles de table, les textiles et le papier peint, les meubles et la céramique ainsi que l’architecture.
En Europe, le mouvement Arts & Crafts s’est épanoui dans plusieurs sous-ensembles distinctement régionaux, notamment le Mouvement de sécession autrichien, le Jugendstil en Allemagne et l’Art nouveau en France. Tous se sont détournés de la production en série et se sont tournés vers le travail manuel des bâtiments et des objets.

 

Ecosse : Dundee, old Mill, résidence étudianteEcosse : Dundee, old Mill, résidence étudiante, détail frontonThe Old Mill, 21 BrownStreet

Nous sommes ici devant un témoin du passé industriel de Dundee qui fut, rappelons-le, la capitale mondiale de l’industrie du jute durant près d’un siècle à partir de 1823.
Ces bâtiments abritaient justement des filatures de jute. Comme on peut le lire sur un des frontons, l’ensemble avait été baptisé « Tay Works », appartenant à G & A Gilroy, qui ont fait apposer la date de fin de construction, 1865.
Le grand fronton portait autrefois une statue de Minerve.
Des logements étudiants occupent désormais les lieux.

 

Ecosse : Dundee, old Mill, résidence étudiante, détail fronton
Regardez bien le second fronton : il porte les armes de Dundee.

La devise historique est Dei Donum (le cadeau de Dieu) : Selon la légende, la ville aurait reçu son nom et sa devise du fait que David, le comte de Huntingdon, quand il revint des croisades essuya une tempête dans le Firth of Tay. Il réussi cependant à accoster sain et sauf en un lieu qu’il a appelé, en reconnaissance, Donum Dei,et qui a évolué pour devenir Dundee.
Le nom, cependant, est d’origine gaélique et signifie la colline de Dieu (Dún Dè) ou la colline de Tay (Dún Taw).
La deuxième devise, « Prudentia et Candore » (sagesse et pureté), a été ajoutée ultérieurement.

 

Ecosse : Dundee, Sheriff CourtSheriff Court, 6 West Bell Street

Cet édifice imposant a été conçu par l’architecte basé à Édimbourg, George Angus, en 1833, mais seul le pavillon situé à l’est a été construit, par manque de crédits. Le projet a été achevé en 1863 par l’architecte de la ville de Dundee, William Scott : on lui doit le corps principal du palais de justice de deux étages avec son imposant portique romain-dorique en tétrastyle.
Il a connu bien d’autres transformations par la suite : un pavillon occidental a été démoli en 1974, bouleversant la symétrie du bâtiment, et un nouveau tribunal a été créée derrière la façade du pavillon est en 1979-1981. Entièrement rénové en 1996, il a été officiellement inauguré par la princesse royale en 1997.
Désormais exploité par le « Scottish Court Service », le bâtiment dispose de trois salles d’audience pour les jurés, d’une salle d’audience civile et d’une cour d’appel, ainsi que de la chambre du shérif, des salles des jurés et des locaux pour les affaires civiles et pénales.

 

Ecosse : Dundee, ward road, baptist churchEglise au 8 Ward Road et local commercial au 10-12 Ward Road

Ces édifices n’ont rien de particulier en soi, mais ils ont attiré mon regard.

Tout d’abord, je n’avais pas remarqué que le bâtiment de gauche était une église, toujours en activité de surcroît : cette église baptiste a été bâtie en 1895, par l’architecte Thomas M Cappon.

Juste à côté, Thomas Herd House est une institution qui vient en aide aux aveugles et mal-voyants de la ville, créée en juin 1879 et installée dans ces locaux depuis 2000. Le bâtiment date aussi de la fin du XIXe siècle ; il a été conçu par David Baxter.

 

Ecosse : Dundee, ward road, Ward Road GymWard Road Gym, 14 Ward Road

Ce gymnase a été construit à l’initiative et avec le financement de quelques uns des citoyens les plus en vue de Dundee, qui ont compris qu’il était nécessaire de mettre en place un établissement permettant à la population de prendre soin de son corps. Ils voulaient que l’activité physique se démocratise et soit à la portée de tous.
Détruit par un incendie en 1921, il sera reconstruit et rouvert en 1927, un peu plus sobrement cependant, ainsi qu’on peut le voir sur les photos d’époque.
Son existence en tant que gymnase sera sérieusement menacée à l’aube du XXIe siècle et ce n’est que grâce à l’opiniâtreté de nombreux défenseurs que le centre sportif a pu rouvrir en 2005, après rénovation.
Sur le fronton, les personnages illustrent l’importance de la gymnastique à Dundee à la fin du XIXe siècle. Le pot de lys au premier plan fait partie des armoiries de Dundee, et le personnage féminin représente la ville elle-même, qui veuille sur ses habitants comme une mère sur ses enfants.

 

Ecosse : Dundee, ancien bureau de poste central, 4 meadowsideAncien bureau de poste central, 4 Meadowside

Au bout de Ward Road, et avant de tourner dans Barrack street, voyez à gauche devant vous ce bâtiment qui abritait autrefois le bureau de poste central de Dundee. Construit de 1895 à 1898, c’est l’une des oeuvres les plus importantes de Walter Wood Robertson, avec les bureaux de poste de Perth et de Greenock.
L’édifice se distingue par une profusion de détails : des ornementations aussi riches constituaient le summum de la mode architecturale à l’époque.
Regardez les deux anges sur la façade, encadrant la porte principale : celui de gauche tient un cor postal et une lettre, et celui de droite, des éclairs, qui représentent le service télégraphique.

« c’est l’un des bâtiments les plus connus et les plus distinctifs du centre-ville » a déclaré le recteur de La High School de Dundee au moment de son rachat par le lycée, pour en faire un centre d’excellence en arts de la scène et arts visuels.

 

Ecosse : Dundee, barrack street museumBarrack Street Museum, 2 Ward Road

Cet édifice, conçu par James Thomson en 1909, se trouve juste à l’angle de Ward Road et Barrack street. Construit pour servir de bibliothèque publique, avec des salles de lecture, il abritait depuis 1994 la collection d’histoire naturelle, consacrée à la faune écossaise.
Dorénavent fermé, il ne sert plus que de de magasin aux musées et galeries d’art de Dundee.

Le bâtiment a pu être érigé grâce à la générosité d’Andrew Carnégie, l’un des principaux acteurs de l’essor de l’industrie de l’acier aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. Ecossais d’origine, il est surtout connu en tant que bienfaiteur et philanthrope. Dundee a été l’une des premières villes en Écosse à fournir à ses citoyens une bibliothèque gratuite. A l’aube du XXe siècle, la demande de livres était telle que la municipalité contacta Andrew Carnégie, qui fit don de 37 000 £ pour la construction de cinq bibliothèques auxiliaires à Dundee, dont celle que nous voyons ici.

Pour mémoire, en France, la donation Carnegie a permis la construction de la bibliothèque de Reims, inaugurée en 1928

 

Ecosse : Dundee, the HowffThe Howff est un lieu de sépulture, situé en plein centre-ville de Dundee.
Mais il n’en a pas toujours été ainsi : à cet emplacement se trouvaient les jardins d’un monastère franciscain (Greyfriars) qui sera détruit en 1547, lors de la Réforme écossaise. A cette époque, les cimetières existants de St Clement’s Bury et de St Mary’s Church, situés dans les limites de la ville, étaient encombrés et malsains. En 1564 , Marie, reine d’Écosse, accordera les terres de l’ancien monastère à la ville, situés juste à l’extérieur du mur d’enceinte de la ville, pour en faire un nouveau lieu de sépulture.
Mais pourquoi donc ce cimetière a-t-il été baptisé « Howff », ce qui signifie « lieu de rencontre » ? En fait, il a été utilisé en tant que tel pendant de nombreuses années par les artisans-boulangers, tisserands, cordonniers, gantiers, etc., qui avaient précédemment tenu leurs réunions dans l’église du couvent, jusqu’à sa destruction. La première mention du lieu de sépulture en tant que lieu de rencontre survint le 30 septembre 1576, lorsque les boulangers se rencontrèrent. Le 24 septembre 1778, les Artisans se réunirent pour la dernière fois dans le Howff puis se dirigèrent solennellement vers la nouvelle salle qui venait d’être construite pour eux, « The Trades Hall ».

Ecosse : Dundee, the Howff, tombe détailEcosse : Dundee, the Howff, tombe et coffres funérairesCe cimetière abrite certaines des sculptures funéraires les plus ornées et les plus détaillées du Royaume-Uni.
Il possède l’une des plus importantes collections de pierres tombales du pays : il y en aurait plus de 80 000.

Si on observe bien les tombes, on se rend compte que certaines portent des symboles qui nous informent sur les métiers exercés par les défunts de leur vivant : maçon, paysan, meunier…
Le cimetière est très inhabituel par rapport aux normes écossaises. Il contient un grand nombre de tombes à caissons de style romain. Il contient également un grand nombre d’inscriptions qui philosophent sur la mort plutôt que de parler de la personne inhumée.

 

Ecosse : Dundee, McManus GalleriesEcosse : Dundee, McManus GalleriesMcManus Galleries
Le bâtiment était conçu à l’origine comme un mémorial au prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, époux de la reine Victoria : il devait héberger des salons de lecture, une galerie d’art, ainsi qu’une bibliothèque de livres de références destinée aux étudiants, et fournie par la British Association for the Advancement of Science.
Le projet fut confié à George Gilbert Scott, l’un des principaux architectes de l’époque victorienne.Le site choisi pour le nouveau bâtiment se trouvait au confluent de ruisseaux, ce qui rendait le sol si meuble que les fondations devaient être soutenues par des poutres en bois. Malgré ces précautions, le sol était trop instable pour permettre à Scott de construire l’imposante tour qu’il avait projetée. Une tour centrale beaucoup plus petite a été construite à la place, donnant au bâtiment fini une apparence extérieure assez particulière et déséquilibrée. Il a été inauguré en 1867. Quelques décennies plus tard, le bâtiment a été agrandi pour créer un total de 8 galeries.
Le bâtiment a été géré pendant de nombreuses années par le service des bibliothèques. En 1959, il a été repris par la ville et rebaptisé en l’honneur du Lord Provost, Maurice McManus.

 

Ecosse : Dundee, McManus GalleriesEcosse : Dundee, McManus GalleriesLe McManus dispose de 8 galeries, réparties sur 2 étages. L’accent est mis sur l’héritage de Dundee et de ses habitants. Les galeries comprennent «The Making of Modern Dundee» et «Dundee and the World». La galerie Here and Now accueille des expositions temporaires, tandis que la Long Gallery présente le patrimoine de Dundee en tant que centre de fabrication de la céramique. Landscapes and Lives se penche sur l’histoire naturelle de la région d’Angus et de Dundee.
Découvrez comment la petite colonie de Dundee a évolué au fil du temps pour devenir un bourg royal. Découvrez des exemples de premières pierres sculptées par les Pictish et un bateau de bois trouvé dans la rivière Tay. La Victoria Gallery expose non seulement des œuvres d’art du XIXe siècle, mais recrée l’ambiance d’une galerie d’art victorienne.

 

Ecosse : Dundee, the High School
High School, sur Euclid Crescent, juste à côté des McManus Galleries

Le lycée de Dundee est un organisme indépendant qui dispense l’enseignement maternel, primaire et secondaire à un peu plus d’un millier élèves. Fondée en 1239, c’est la seule école privée de Dundee.
Le bâtiment actuel, avec ses piliers doriques distinctifs, a été conçu par l’architecte d’Édimbourg George Angus et construit en 1832-1834, les fonds ayant été récoltés par souscription publique.
En 1859, une charte royale accordée par la reine Victoria changea le nom de l’école en High School of Dundee.

L’école est très fière de pouvoir citer parmi ses anciens élèves nombre de personnages connus, dont William Wallace, le célèbre patriote. Cliquez ici pour en avoir la liste.

 

Ecosse : Dundee, the Royal ExchangeRoyal Exchange

Situé dans la rue Panmure, le Royal Exchange a été construit vers 1850 par l’architecte écossais David Bryce dans le style néo-gothique flamand.
Ce bâtiment somptueux abritait autrefois la Chambre de Commerce de Dundee ainsi que la Bourse de la ville.
Comme une grande partie de l’architecture de la région, la Bourse a été construite sur un marais juste au nord des anciens remparts de la ville. Cela a entraîné un glissement des fondations en raison du terrain gorgé d’eau, et l’inclinaison de certaines parties du bâtiment n’ont rien à envier à la Tour de Pise.

D’importants travaux y ont été entrepris pour lui insuffler une nouvelle vie. Des bureaux, des espaces de réunion, et un restaurant-bar ouvert toute la journée, y ont été implantés.

 

Ecosse : Dundee, the Mercantile, commercial streetThe Mercantile, Commercial Street

Le Mercantile est un café dont on dit qu’il était le lieu de rendez-vous des marins qui venaient ici pour se détendre et se socialiser après de longs voyages maritimes et commerciaux en Asie de l’Est et dans d’autres pays.

Une plaque nous indique que le secteur du Mercantile était le théâtre d’une « collaboration florissante entre les marchands de la ville et les propriétaires des navires, principalement entre 1780 et 1850 ». À mesure que le commerce prospérait et que la population augmentait, la rue fut agrandie et l’architecte écossais William Mackison conçut de nouveaux bâtiments en s’inspirant du travail de Haussmann à Paris.

Ce secteur est désormais classé.

 

Ecosse : Dundee, Château_de_BroughtyLe château de Broughty

Après avoir visité le centre-ville, nous nous dirigeons vers le quartier de Broughty Ferry, à l’est. Là s’élève le château de Broughty, érigé en 1490 pour garder l’entrée de la rivière Tay.
Il fut pris sans coup de feu par les Anglais en 1547 et repris par les Écossais deux ans et demi plus tard. Le château est tombé dans les mains anglaises en 1651.

En 1860, la menace d’invasion française incita Broughty à se doter d’une défense d’artillerie moderne. Le château a encore été modifié en réponse à la menace allemande lors des deux guerres mondiales.

Le château accueille désormais une exposition sur l’histoire locale et celle de ses habitants, ainsi que la faune et la flore de la région. L’industrie baleinière de la ville est plus particulièrement traitée. L’entrée est gratuite mais le musée n’ouvre qu’à 10h et ferme déjà ses portes à 16h. Mais ce n’est pas pour le château ou son musée que nous sommes venus là …

 

Ecosse : Dundee, Larick Beacon

The Larick Beacon ou balise Larick, construite en 1845, est l’un des rares phares à piles survivant au Royaume-Uni.

Inactif depuis environ 1960, ce phare de 16 m est monté sur des pilotis en bois; il comprend un logement de gardien octogonal en bois, surmonté d’une lanterne. Sa méthode de construction unique consistant à enfoncer des pieux vissés dans des fonds sableux ou vaseux lui a valu le surnom de « Pile ».

Vous repérerez facilement cette balise depuis le château, en regardant ver l’embouchure du fleuve. Munissez-vous alors de bonnes jumelles et observez ce qui se passe dans l’eau à proximité du phare, à marée montante (aux environs de 17h en été). C’est à cet endroit que la probabilité de les voir semble la plus élevée. Des conseils vous sont prodigués sur le site de la ville.
Si jamais votre patience n’est pas récompensée, regardez le petit film ci-dessous.

 

 

 

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse