Ecosse : Attadale Gardens

Ecosse : Attadale Gardens

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse

 

Un peu d’histoire

Le domaine, d’une superficie d’environ 30 000 acres (12 000 ha), faisait historiquement partie des terres du clan Matheson qui s’étendaient vers l’ouest jusqu’à la péninsule de Kyle. La maison a été construite en 1755 par Donald Matheson et son épouse, Elizabeth Mackenzie : la pierre d’amour au-dessus de la fenêtre du premier étage du milieu montre leurs initiales DM et E MK ainsi qu’un cœur.

Au début du dix-neuvième siècle, John Matheson fut forcé de vendre Attadale après s’être ruiné pour essayer d’améliorer les méthodes agricoles locales. Un de ses fils, Alexander, après avoir fait fortune, entreprit de racheter les anciennes propriétés Matheson, notamment Attadale.
Sir Alexander est décédé dans les années 1880. Attadale fut ensuite loué par le baron Schröder, de la famille de banquiers allemands, avant que celui-ci s’en porter acquéreur en 1910. Le Baron a commencé à planter des rhododendrons et des arbres importés, notamment des wellingtonias, des tsugas et d’autres séquoias. Il a aménagé un système complexe de sentiers et de marches autour du jardin Son fils, le capitaine William Schroder, était un collectionneur passionné de plantes et il poursuivit l’oeuvre de son père, étendant les jardins à 20 acres (environ 8 ha). Il mourut en 1945 et, en 1952, le père du propriétaire actuel, Ian Macpherson, dont la famille avait quitté l’île de Skye au début du XIXe siècle, acheta le domaine.

À la fin des années 1980, il y a eu de très violentes tempêtes sur la côte ouest de Wester Ross et la colline au-dessus de Attadale House a perdu la totalité de ses arbres. La plupart avaient plus de cent ans, toute la colline devait être dégagée, mais Nicky Macpherson, l’épouse du propriétaire du domaine, y voyait une opportunité. Les arbres tombés avaient créé d’énormes trous, là où leurs racines avaient été arrachées du sol et les flaques d’eau tourbeuses noires inspirèrent son sens artistique. Un jardin d’eau a commencé à prendre forme le long de la route menant à Attadale House. C’est ainsi que les jardins furent totalement transformés !
Nicky Macpherson continua à imaginer, concevoir, transformer, ajouter presque jusqu’à la fin de sa vie (elle est décédée en octobre 2018).

Ecosse : Attadale Gardens, planComment y aller ?

Après les Rogie Falls, nous poursuivons notre route sur l’A835 jusqu’à Garve, où nous tournons à gauche sur l’A832 en direction d’Achnasheen. Au rond-point d’Achnasheen, tournez encore à gauche sur l’A890. Juste avant Lochcarron, tournez à gauche pour Strathcarron / Kyle of Lochalsh et continuez sur l’A890 pendant environ 5 km jusqu’à Attadale.

Deux petits parkings sont à la disposition des visiteurs qui viennent en voiture : un premier juste après le panneau indiquant la direction des jardins, et un autre un peu plus grand si vous continuez à rouler sur la route qui mène à la propriété : ils sont clairement indiqués sur le plan ci-contre (cliquez sur la photo pour l’agrandir, afin de mieux voir). Celle-ci ouvre les portes du domaine d’avril à octobre.
Pour les prix et les heures d’ouverture, cliquez ici

Vous recevrez un dépliant avec le plan des jardins et des sentiers accessibles ainsi que le nom et l’emplacement des différentes sculptures qui ornent le parc. Contrairement à la photo ci-contre, qui ne comportent pas la numérotation des sculptures, le dépliant distribué à la caisse les repère par un numéro et en donne le nom (ainsi que l’auteur), ce qui permet aux visiteurs de se repérer plus facilement.

 

Ecosse : Attadale Gardens, cheetahEcosse : Attadale Gardens, crowned eagle
Juste après le jardin d’eau, un belvédère a été aménagé au-dessus du jardin : de là, les visiteurs bénéficient d’une vue imprenable sur le loch Carron, et les Cuillin Hills. Par beau temps, le regard porte jusqu’à l’île de Skye.

Juste avant le belvédère, vous ne pourrez manquer « Cheetah », un bronze de Hamish Mackie

Tout près de la rambarde du belvédère, voyez le « Crowned eagle » (l’aigle couronné) de Rosie Sturgis

 

Ecosse : Attadale Gardens, roe deerEcosse : Attadale Gardens, chameleon
Certaines sculptures sont parfaitement visibles, comme celles vues précédemment ou celle-ci, Roe deer (chevreuil) du même sculpteur animalier Hamish Mackie.

D’autres, par contre, comme ce Caméléon (Chameleon) de Alexander Jones, sont un peu plus difficiles à trouver. Alexander Jones travaille avant tout le bois mais il peut employer d’autres matériaux en fonction des commandes, comme ici le bronze

 

Ecosse : Attadale Gardens, owlEcosse : Attadale Gardens, potagerLe potager traditionnel est un héritage des temps anciens : avec ses lignes droites, il offre un contraste radical avec les endroits que nous avons découverts jusque là. Des laitues de couleurs différentes se succèdent tout au long de l’été, chaque groupe étant prêt pour la cueillette à un moment différent. Le jardin produit aussi des légumes et des fruits rouges. Tout cela est destiné aux besoins de la maison, bien sûr, mais aussi aux hôtels et restaurants locaux.

Dans la serre, vous trouerez une grande variété de fougères et principalement de plantes aimant l’humidité, tous destinés à la vente. Cela permet de rencontrer les jardiniers.

Remarquez la chouette (Owl) en résine bronze de Rosie Sturgis.

 

Ecosse : Attadale Gardens, domeEcosse : Attadale Gardens, dome, collection de fougères
Le sentier mène à un jardin ombragé, aménagé dans une ancienne carrière semi-circulaire, adossée à une colline rocheuse dégoulinante d’eau et parsemée des frondes vertes de la fougère mâle Dryopteris filix-mas et du feuillage persistant de la Blechnum Spicant.
Le dôme géodésique a été mis en place en 2003, lorsqu’après le décès du célèbre jardinier local Peter Hainsworth d’Achnashellach, la famille de celui-ci fit don de son exceptionnelle collection de fougères à Ewen et Nicky MacPherson.
Seules les fougères nécessitant des conditions tempérées sont logées dans le dôme.

 
Ecosse : Attadale Gardens, otterEcosse : Attadale Gardens, lys martagon
Les jardiniers en chef Geoff Stephenson et Frances MacKenzie ont fini par se passionner pour ces plantes. Ils ont étoffé la collection en reproduisant des fougères à partir de spores collectées à Inverewe et à Dunvegan – un exploit remarquable avec cette plante notoirement difficile. Les fougères extérieures sont parsemées d’herbes, de hostas et de lis.

Les lys martagon ressortent bien sur le vert des belles fougères !

Tout près des fougères, une loutre (Otter) en grès de Andrew Jeck MacKenzie se détache du feuillage dense des bugles et autres plantes de sous-bois.

 

Ecosse : Attadale Gardens, jardin japonnaisAvec une pluviométrie moyenne de plus de 200 cm par an, la gestion de l’eau a toujours été un problème majeur ici. Ainsi, le jardin japonais a été une réponse pratique au défi posé par une zone pouvant se remplir d’eau à certaines périodes de l’année, ce qui signifiait que l’herbe n’était pas une option envisageable.

Cinq éléments de la conception des jardins japonais traditionnels ont été intégrés à ce jardin.
– À l’ouest se trouve le fleuve de la vie : des rochers symbolisent des montagnes et le gravier représente l’eau courante. Un poisson-pierre remonte la rivière pour frayer, symbole d’un individu atteignant son but dans la vie par ses propres efforts. Cet endroit est un KAREDAKI.
– Sur la droite du karedaki, les visiteurs peuvent voir les collines lointaines d’Applecross. Un « Paysage emprunté » au Japon s’appelle SHAKKEI
– À côté de la lanterne, la disposition de l’eau courante, du bassin et de la tasse fournit au visiteur les moyens de se purifier avant la cérémonie du thé. La cuvette est placée au plus bas, tout le monde, du plus humble à l’empereur, doit se baisser et dvient égal avant la cérémonie du thé. Cet arrangement s’appelle TSUKUBAI.
– Les roches dans le gravier incliné représentent l’ancienne légende des îles de la Blest, îles situées au large de la Corée, où l’on croyait que vivaient les immortels. Un empereur du 9ème siècle pensait que s’il réalisait sept îles dans le lac de son palais, il découvrirait le secret de l’immortalité. Dans les petits jardins, les roches sont devenues des symboles des îles et des graviers sur la mer. Dans les jardins du temple, on pensait que ramasser le gravier induisait un état idéal « d’absence de mental ». Les jardins secs s’appellent KARESANSUI.
L’élément final d’un jardin japonais sont les plantes. Vous verrez des azalées « taillées en nuage » et des conifères horizontaux miniatures adaptés à la taille des rochers voisins; cerisier et érable pour souligner le passage des saisons; pin et bambou pour symboliser la bonne fortune.

 

Ecosse : Attadale Gardens, maison des propriétairesEcosse : Attadale Gardens, obélisqueNous nous trouvons ici dans les anciens jardins de la propriété, baptisés « les Jardins Engloutis »
Situé au sud-ouest de la maison, l’ancien jardin en contrebas est entouré de murs en pierres sèches et couvert de Rosa rugosa et d’Azalea luteum. Il est planté de bulbes précoces, suivis de plantes vivaces robustes qui font écho aux couleurs et aux formes des collines environnantes.
Au-delà de ce jardin, encadré par deux urnes antiques, un jardin de la paix a été créé avec des plantations inspirées de la fin de la Première Guerre mondiale : des roses françaises pour la paix, des astilbes allemands et l’année dernière, une collection de pois de senteurs rouges, blancs et bleus, rappelant les couleurs du drapeau britannique, sans oublier des cerisiers japonnais. C’est l’ajout le plus récent à Attadale.

 

Ecosse : Attadale Gardens, giant sundialsEcosse : Attadale gardens, giant sundialLe cadran solaire géant

Un cadran solaire géant, de 10m de diamètre, a été placé à l’ouest de la maison. Le gnomon a été sculpté par Graciela Ainsworth d’Édimbourg ; il est soutenu par le chat qui figure sur l’emblème des Macpherson de Skye (le clan du propriétaire actuel)
Les points de la boussole, les chiffres et autres décorations sont tous sculptés par Graciela.
Elle a également sculpté une pierre avec les initiales de Nicky et Ewen Macpherson, associées à la fleur emblématique de leur pays respectif, une protée pour Nicky (Afrique du Sud) et un chardon (Ecosse) pour Ewen, ce couple qui a consacré les trente dernières années à la création du Jardins Attadale tel qu’il est aujourd’hui.

 

Ecosse : Attadale Gardens, water gardensEcosse : Attadale Gardens, entréeLe jardin aquatique

Le visiteur est accueilli à l’entrée des jardins par une dame charmante installée dans une petite guérite. C’est elle qui vous donnera vos billets d’entrée, vous fournira un plan des lieux et vous donnera toutes les explications dont vous pourriez avoir besoins.
La première chose que vous verrez, ce sont les fameux jardins aquatiques nés après les tempêtes des années 1980. L’ancien ruisseau qui passait par là a été divisé en bassins individuels, des ponts ont été ajoutés et une petite cascade artificielle a été créée. Pour parfaire l’ensemble, des plantes adaptées à ce milieu de tourbières et marécages ont été importées du monde entier.

 

Une petite faim ? Une petite soif ? Il y a un petit self à votre disposition près de la maison, avec café, thé et gâteaux faits maison. Après vous être servis, vous glisserez le montant demandé dans une caissette prévue à cet effet : les propriétaire font entièrement confiance à leurs visiteurs ! Il vaut donc mieux avoir de l’argent liquide sur soi, dont de la monnaie !
Vous trouverez aussi des toilettes sur place.
Vous pouvez y emmener votre chien, à condition de le tenir en laisse.

 

Retour à la page principale de notre voyage en Ecosse