Circuit au nord de Porto : Guimarães

Circuit au nord de Porto : Guimarães

retour

La cité médiévale de Guimarães aurait vu naître en 1109 Dom Alfonso Henriques, futur roi du Portugal.
Elle joua un rôle fondamental dans la formation du Portugal.
En effet, c’est à proximité de Guimarães, le 24 juin 1128, que se déroula la bataille décisive de São Mamede. Elle opposait les troupes alliées à la Galice (l’Espagne actuelle) et l’armée de la noblesse portugaise dirigée par Afonso Henriques. Henriques emporta la victoire et sera par la suite proclamé roi de Portugal.
La ville devint ainsi le « berceau de la nation portugaise », ce que rappelle une inscription apposée sur l’une des tours de l’ancienne muraille : « Aqui nasceu Portugal » (« Ici est né le Portugal »).
Guimarães sera la capitale du royaume de Portugal jusqu’en 1260, année du transfert de la cour à Lisbonne.

Son centre historique est inscrit depuis 2001 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco selon ces trois critères :
– Guimarães possède une valeur universelle considérable, en ce que les techniques spécialisées de construction qui y furent élaborées au Moyen-Âge furent ensuite transmises aux colonies portugaises d’Afrique et du Nouveau Monde, dont elles furent les caractéristiques fondamentales.
– Les premiers temps de Guimarães sont étroitement associés à l’établissement d’une identité nationale portugaise et de la langue portugaise au 12e siècle.
– Exceptionnellement bien préservée, Guimarães illustre l’évolution de divers types d’édifices depuis le peuplement médiéval jusqu’à la ville actuelle, notamment entre les 15e et 19e siècles.
Rendez-vous sur la page que l’Unesco consacre à Guimarães pour en savoir plus sur sa valeur patrimoniale.

 

 

Les environs de Porto : Guimaraes, comtesse mumadona dias
(P) Parking public Condessa Mumadona Dias

Nous avons laissé notre voiture sur le parking public aménagé aux pieds du palais des Ducs.

En face du Palais de Justice, vous ne pourrez manquer cette statue de bronze : elle représente la Comtesse Mumadona Dias, un personnage historique d’une grande importance à Guimarães car elle a été à l’origine de la fondation de la ville.

Ayant épousé le comte Hermenegildo Gonçalves, elle gouverna le comté toute seule après la mort de son mari en 928, ce qui lui assura la possession de domaines qui intégrèrent plus tard les comtés de Portucale et Coimbra. Elle était riche et elle était aussi l’une des femmes les plus puissantes du nord-ouest de la Péninsule Ibérique.
Elle était aussi très pieuse et décida de fonder sur une de ses propriétés rurales, la Quintana de Vimaranes, un monastère (le Mosteiro de Santa Maria). Elle décida aussi de construire un château dans le but de protéger le monastère des invasions fréquentes et dévastatrices menées par les normands, venus du nord de l’Europe et par les musulmans, venus des terres chaudes du Sud.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, le châteauLes environs de Porto : Guimaraes, le château(1) Castelo de Guimarães
Comme nous venons de le voir, le premier château de Guimarães a été construit par ordre de la comtesse Mumadona.

Lorsque le Comte Henri de Bourgogne reçut de son beau-père, Alphonse VI de Léon et Castille, le gouvernement du comté de Portucale, il fit ériger une autre fortification qui constitua le premier élément de l’important système défensif que l’on peut voir aujourd’hui, dominé par le donjon.
Le bâtiment adossé à l’intérieur du pan nord de la muraille fut probablement le lieu d’habitation du Comte Henri, où naquit également son fils, Dom Afonso Henriques, premier roi du Portugal.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, le château, donjonLe château est lié à l’histoire militaire de la fondation du royaume et aux batailles que Dom Afonso Henriques livra en 1127 à son cousin, Alphonse VII, roi de Léon et Castille. Il évoque également l’abnégation de son valet, Egas Moniz, qui s’offrit en gage de la parole d’Afonso Henriques qui, voyant qu’il ne parviendrait pas à vaincre le siège d’Alphonse VII, promit de devenir son vassal, mais renia sa promesse lorsqu’il gagna la bataille.

Jusqu’à la fin du 14e siècle, le château de Guimarães fut le théâtre de luttes héroïques pour la défense du royaume d’un Portugal naissant et ébranlé par des questions dynastiques avec la Castille, qui mettaient en péril son indépendance.

Puis, avec l’apparition des nouvelles armes d’artillerie, le château de Guimarães, comme tant d’autres, vit sa gloire décliner. Abandonné à l’incurie du temps et des hommes, il fut déclaré monument national en 1910 et soigneusement restauré dans la première moitié du XXe siècle.

(source : visitportugal.com)

 

Les environs de Porto : Guimaraes, le château, intérieur
 
Il n’y a que très peu de choses à voir à l’intérieur hormis le donjon du XIIIe siècle accessible par un petit pont en bois : une exposition interactive rappelle certaines des données historiques les plus importantes.

La visite vaut surtout pour la promenade sur les remparts qui offre un beau panorama et notamment une belle vue sur le palais des Ducs.

Pour en savoir plus (horaires, tarifs …) cliquez ici

 

Les environs de Porto : Guimaraes, chapelle sao miguel(2) Igreja de São Miguel do Castelo

Le symbolisme de l’Igreja de São Miguel est lié à la naissance de la nation et à la tradition selon laquelle le roi D. Afonso Henriques y aurait été baptisé. A l’intérieur, à côté des fonts baptismaux, on peut lire une inscription qui attesterait de ce fait. Le plancher intérieur est pavé de tombes de nobles guerriers, tous liés à la naissance de la nation.

Avec le temps, la partie élevée du village – l’endroit où se trouve l’église – a été progressivement abandonnée ainsi que la vieille église de São Miguel. Au cours du XIXe siècle, Francisco Martins Sarmento, un illustre vimaranense, dirige les travaux de rénovation de l’église, en essayant de suivre la conception originale. La dernière intervention dont elle a fait l’objet date du XXe siècle.

L’Igreja de São Miguel est aussi classée monument historique.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, palais ducal(3) Paço dos Duques de Bragança

Daté de la première moitié du XVe siècle, ce majestueux manoir (photo prise depuis le château) a été construit par D. Afonso, bâtard du roi D. João I, 8e comte de Barcelos et 1er duc de Bragança, à l’époque l’un des hommes les plus riches et puissants du Portugal.
C’est dans ce palais que D. Afonso vivait avec sa deuxième épouse, D. Constança de Noronha, connue sous le nom de Duchesse Sainte.

Le palais présente des éléments d’architecture traditionnelle qui lui donnent des caractéristiques de forteresse, liées à des caractéristiques tout-à-fait nouvelles dans le Nord du Portugal, notamment les toits à la pente fortement prononcée, ainsi que de nombreuses cheminées cylindriques qui dénoncent l’influence de l’architecture d’Europe du Nord (Bourgogne, Normandie). Ces caractéristiques font de l’ensemble de ce monument un cas unique en Péninsule Ibérique.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, palais ducal, cour intérieure, chapelleCe palais fut habité jusqu’à la mort de Dona Constança en 1480.
Le XVIe siècle marque le début de son abandon progressif jusqu’au début du XXe siècle, dû à des facteurs politiques et économiques.
La restauration du palais a été entreprise en 1937 : redressement des façades NO et NE (la façade principale est celle qui fait face au château), réhabilitation de la cour intérieure et réfection des planchers et des toitures.
Le premier étage a été transformé en musée, c’est la partie qui peut être visitée. Le deuxième étage sert de résidence officielle au Président de la République portugaise quand il visite le nord du Portugal.

Le bâtiment est classé monument historique depuis 1959.

L’ameublement du musée avec des pièces d’origine diverses s’échelonnant du XVIIe au XVIIIe siècle s’est réalisé dans un effort de reconstitution de la vie quotidienne des périodes glorieuses de l’histoire du pays.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, palais ducal, intérieurLes environs de Porto : Guimaraes, palais ducal, intérieurDans chaque pièce vous disposez d’une documentation très claire sur tout ce qu’il y a à voir. Elle a été réalisée dans plusieurs langues, dont le français.

Quatre copies de tapisseries de Pastrana sont remarquables : celles racontant les conquêtes portugaises en territoire nord africain, à Tanger et Arzila, et celles d’origine flamande exécutées par Rubens et relatant la vie d’un consul romain.
Le musée présente une magnifique collection de meubles indo-portugais et hispano-arabes et des porcelaines de la Compagnie des Indes, ainsi qu’une collection d’armes blanches et armes à feu du XVe au XIXe siècle.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, palais ducal, dom alfonso
 
 
En sortant du palais, remarquez sur le parvis le monument dédié à Dom Afonso Henriques, 1er Roi du Portugal sous le nom de Alfonso Ier( 27 juillet 1139 – 6 décembre 1185).
La statue, oeuvre du célèbre sculpteur portugais Soares dos Reis, présente un guerrier fier et solide armé de son épée et bouclier, tourné vers la cité.

Pour les horaires et tarifs, cliquez ici

 

Les environs de Porto : Guimaraes, rua santa maria, casa do arco
 
(4) Rua de Santa Maria

La Rua de Santa Maria est la rue la plus ancienne de Guimarães, reliant la château au monastère d’origine.

Pendant des siècles, la rue a été habitée par des ecclésiastiques, des nobles et des gens prestigieux, à l’exemple des pères de la Colegiada de Nossa Senhora da Oliveira.
Mais, comme toutes les rues médiévales, elle était sombre, encombrée et sale.

Aujourd’hui, elle est devenue l’une des artères les plus belles et typiques du centre historique, jalonnée de bâtiments qui témoignent de son passé, comme la Casa do Arco que nous voyons sur la photo.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, rua santa maria, casa dos valadaresLes environs de Porto : Guimaraes, rua santa maria, casa dos peixotosLa Casa Gótica dos Valadares et la Casa dos Peixotos, entre autres, sont un témoignage de l’architecture de l’époque.

La majorité des édifices ont une architecture dépouillée dite arquitectura chã — adoptée lors de la réunion du Portugal à l’Espagne — qui montre le sentiment identitaire portugais en réaction au baroque espagnol. Les maisons bourgeoises et les palais les plus nobles se caractérisent par l’usage de pierre de taille de granit.
Au XVIIe siècle, seul le rez-de-chaussée est en granit, les étages s’élèvent selon des modes de construction typique apparentés au colombage dit taipa de rodízio, et à partir du XIXe siècle , de taipa de fasquio où les murs porteurs associent des ossatures de bois avec un remplissage de terre à pisé ou de torchis.

Cette technologie de construction est toujours utilisée aujourd’hui pour la restauration des bâtiments de Guimarães, et connaitra aussi une large diffusion dans l’empire colonial portugais.

(source : Wikipédia)

 

Les environs de Porto : Guimaraes, rua santa maria, convento santa claraLe Convento de Santa Clara, qui se situe à peu près au milieu de la rua santa Maria a été construit, au XVIe siècle, par le chanoine Baltazar de Andrade. Ce fut l’un des couvents les plus importants et riches de Guimarães, qui est devenu célèbre par les délicieuses pâtisseries que les soeurs y préparaient et vendaient.
Parmi celles-ci on trouve le « toucinho do céu » et les « tortas de Guimarães » ; ces gâteaux peuvent être encore actuellement dégustés dans les pâtisseries les plus traditionnelles de la ville.
La façade baroque du bâtiment abrite, dans un créneau sur le vestibule, la figure de la patronne. Elle est couronnée par deux séraphins qui tiennent une plaque avec l’inscription de l’année de construction de la façade actuelle du bâtiment, 1741.
Le couvent a été abandonné en 1834, année où sont éteints les ordres religieux. En 1891, le séminaire de Nossa Senhora da Oliveira s’y est installé.
Depuis 1975, le bâtiment accueille les services de la mairie de Guimarães : l’accès au cloître est autorisé du lundi au vendredi, de 9h à 17h.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, largo de sao tiagoLes environs de Porto : Guimaraes, largo de sao tiago(5) Praça de São Tiago

Cette place bien ancienne, qui conserve encore son tracé médiéval, s’appelle Praça São Tiago en l’honneur de l’apôtre São Tiago qui y aurait installé une image de la Vierge Marie.
Au XVIIe siècle s’élevait là une petite chapelle dédiée à São Tiago : elle sera démolie à la fin du XIXe siècle, mais il est encore possible de la localiser, grâce au pavage en granit qui en marque l’emplacement. Vous pourrez y déchiffrer une inscription latine “Ad vos homines qui venistis populare in Vimarenes et ad illos qui ibi habitare voluerint…” (« À vous, les hommes qui êtes venus peupler Guimarães et à ceux qui y voudront habiter… ») : ce sont les premiers mots de la Charte accordée par le comte D. Henrique aux habitants de la ville.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, rua rainha dona maria IlLes environs de Porto : Guimarães, rua rainha dona maria II(6) Rua rainha Dona Maria II
Le nom fait référence à la reine Maria II qui, en 1853, avait élevé Guimarães au rang de ville.
C’est par excellence la rue des palais, demeures et églises, avec en particulier l’église de la Miséricorde.

Si vous aimez l’artisanat, rendez vous au N°126 : dans cette boutique-atelier, l’artisanat local est mis en valeur et vous aurez peut-être la chance de voir des artisans confectionner des cantarinhas dos namorados, l’une des poteries les plus traditionnelles et emblématiques de Guimarães.
Cliquez ici pour avoir les heures d’ouverture et le n° de téléphone pour vous assurer de la présence des artisans.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, largo do toural(7) Largo do Toural

La place Largo do Toural est aujourd’hui l’endroit le plus vivant de Guimarães.

Au XVIIe siècle, le Toural était une place extramuros située près de la porte principale du village : c’est là que se tenait la foire aux bovins, là aussi qu’on organisait les corridas. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, en 1878, le Toural se transforme en jardin public.
Actuellement, le Toural est une grande place longée par une magnifique façade orientale, au style pombalin, résultant de la dernière intervention, qui a eu lieu en 2011. Cette intervention a aussi vu revenir une fontaine Renaissance qui avait été érigée là en 1583 avant d’être transférée à la place Largo Martins Sarmento où elle est restée entre 1873 et 2011.

Profitez-en pour faire un tour à la Pasteleria Clarinha : Vous y découvrirez toutes les spécialités pâtissières locales : tortas de Guimarães, douradinhas, rochas da Penha, mais aussi les toucinhos do céu dont nous avons parlé au niveau du couvent de Santa Clarz.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, museo alberto sampaioLes environs de Porto : Guimaraes, museo alberto sampaio, tryptique en argent(8) Museu de Alberto Sampaio
Le Musée d’Alberto Sampaio fut créé en 1928 pour abriter le trésor artistique de l’ancienne Église Collégiale de Notre Dame de Oliveira et d’autres églises et couvents de Guimarães. Il se trouve en plein centre historique de la ville, classé patrimoine de l’humanité, dans le lieu où la comtesse Mumadona fit construire, au Xè siècle, un monastère.
Il reçut le nom d’Alberto Sampaio en hommage à un illustre historien.
Certaines oeuvres sont classées trésor national, comme la veste militaire royale et le tryptique en argent offerts par le roi Dom João Ier à Nossa Senhora da Oliveira en remerciement de son intercession dans la bataille d’Aljubarrota en 1385.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, museo alberto sampaio, cloitreLes environs de Porto : Guimaraes, museo alberto sampaio, cloitreLe musée occupe trois espaces qui appartenaient à l’Église collégiale de Notre Dame de Oliveira : la Maison du Chapitre, le Cloître et la Maison du Prieuré. Le Cloître est un cas unique dans l’architecture portugaise que ce soit pour son implantation autour du frontispice de l’Église ou pour sa forme irrégulière.

La collection compte aussi de belles sculptures et peintures du Moyen Age et de la Renaissance. A voir aussi les oeuvres en bois sculptées et dorées, de style maniériste et baroque, des XVIe et XVIIIe siècles.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, igreja da nossa senhora da oliveira(9) Largo da Oliveira, Igreja de Nossa Senhora da Oliveira

L’église puise ses origines dans le monastère fondé au Xe siècle par la comtesse Mumadona Dias.
Mais elle a subi de nombreuses transformations.
L’édifice sous son aspect actuel, est composé d’éléments datant de différentes époques, parmi lesquels ressort le style gothique du XIVe siècle.
Il est le fruit d’une reconstruction ordonnée par le roi Jean Ier, selon le projet du Maître João Garcia de Toledo, en remerciement d’une prière adressée à la Vierge Marie, à la veille de la bataille d’Aljubarrota. Ce temple fut consacré en 1401.
Son nom de Notre-Dame-de-l’Olivier, à laquelle il est dédié, vient d’un olivier qui se dressait sur le parvis.

À la fin du XVIIe siècle, Pierre II y fit agrandir le chœur, dont la voûte est encore ornée de ses armoiries royales. À l’intérieur, notez également les peintures qui remontent au XVIIIe siècle, attribuées à Pedro Alexandrino de Carvalho.

La tour datant de 1513 abrite les tombeaux des parents du prieur Dom Diogo Pinheiro, qui la fit reconstruire.

L’église est classée monument national depuis 1910.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, monument padrao do salado
Devant l’église, le monument Padrão do Salado, au style gothique, commémore, selon la tradition, la Bataille du Salado menée en 1340 contre les maures, au sud de l’Espagne.
Dans cette bataille, Afonso XI de Castille a sollicité l’aide du roi portugais D. Afonso IV. Au sommet des arches, les armes du roi Afonso IV sont gravées sur chaque face.
Sous le monument s’élève la croix normande offerte en 1342 par Pero Esteves, un commerçant originaire de Guimarães et résident à Lisbonne. La croix, fabriquée en calcaire, était d’abord dorée et polychromée.
Sur une face se trouve le Christ crucifié et sur l’autre la Vierge. Dans la base, elle présente des images de Saints.

 

Les environs de Porto : Guimaraes, antigo pacos do concelho

Voyez le bâtiment qui s’élève au dessus des arcades reliant Praça de São Tiago au Largo da Oliveira : il s’agit de l’ancien Hôtel de Ville – Antigos Paços do Concelho – dans lequel siégeaient les dirigeants de la ville aux XIVe et XVe siècle.

Au début du XVIIe siècle, l’édifice a été profondément remodelé par l’architecte João Lopes de Amorim.
En 1877, sa façade se vit ornée de la sculpture d’un guerrier, provenant de l’ancien bâtiment de la Douane. Selon la tradition, ce guerrier symbolise la double contribution du peuple de Guimarães dans les conquêtes en Afrique.

À l’heure actuelle, la délégation du tourisme culturel et du patrimoine, l’autorité régionale du tourisme de Porto et du nord du Portugal sont installés dans ce bâtiment.

 

Les environs de Porto : guimaraes, Penha
Après avoir visité le centre historique de Guimarães, vous pouvez monter au mont Penha, accessible en téléphérique ou en voiture.
Le sommet boisé de Penha (617m) surplombe Guimarães : il est distant de 7 km environ du centre-ville si vous prenez la voiture, option que nous avons choisie.

Si vous choisissez le téléphérique, qui vous conduit au sommet en 8mn, il faut vous rendre à l’arrière de l’église São Gualter, au bout de l’avenue Largo República do Brasil. Cette église, dédiée à São Gualter, le saint patron de Guimarães, a été conçue par André Soares ; elle date de la fin du XVIIIe siècle, même si elle a été achevée au XIXe par Pedro Ferreira, qui a ajouté les tours pointues visibles de la plupart des points de la ville.
Le trajet du téléphérique est matérialisé en pointillés sur notre plan de ville (en bas, à droite sur le plan)

 

Les environs de Porto : guimaraes, penhaLes environs de Porto : guimaraes, penha
Là-haut, vous trouverez divers équipements de loisirs, dont un camping, un mini-golf, un petit train touristique, un hôtel, des restaurants, des bars. Les places de parking ne manquent pas. des

Il parait que l’on peut y déguster de succulentes sardines grillées au feu de bois servies avec un très bon pain.
Nous nous sommes contentés de nous promener dans la nature, au milieu de rochers impressionnants.
Sur la page d’accueil du site de la Penha, vous trouverez un plan des lieux.

 

Les environs de Porto : guimaraes, penhaLes environs de Porto : guimaraes, penha
 

L’endroit est très ombragé : idéal l’été pour un pique nique, d’autant plus que de nombreuses tables sont disponibles sur le site.

 

Les environs de Porto : guimaraes, penha
Le sanctuaire de la Penha
est un exemple unique de l’architecture religieuse de Marques da Silva, qui a été chargé du projet en 1930.

Dans une lettre manuscrite datée du 11 mai 1930, l’architecte Marques da Silva a exprimé sa pensée de la façon suivante :
« J’aimerai faire quelque chose d’unique, d’expressif et moderne. Un bâtiment avec un caractère particulier, propre à la situation qu’il occupe et très spécial afin qu’il puisse être visité avec le même intérêt que celui qui pousse là haut sur la montagne de la Penha, les visiteurs à admirer l’étrangeté de la Nature au lieu de la Nature étrangère ».

Il faut aimer …

 

Les environs de Porto : guimaraes, penhaLes environs de Porto : guimaraes, penha
 
 
L’endroit vaut surtout par la belle vue que l’on a de la ville et de ses environs.
Il faut aller jusqu’à la statue de sainte Catherine (point 5 sur le plan du site) pour avoir un panorama sur la serra do Morão au sud, Guimarães et la serra do Gerês au nord.

 

Nous voilà arrivés au bout de notre circuit au nord de Porto. Si vous êtes arrivé sur cette page par hasard, nous vous invitons à consulter la première partie, à savoir « Circuit au nord de Porto : autour de Braga »

Pour voir tous les articles écrits sur Porto et ses environs (dont la vallée du Douro), nous vous invitons à vous rendre sur la page principale.

 

retour