Centre Historique de Bruxelles : les statues

Retour à Bruxelles

 

Toutes les statues décrites sont répertoriées sur la carte en fin de page

Bruxelles - Monument aux colombophiles

 

 

« AU PIGEON SOLDAT AUX COLOMBOPHILES BELGES MORTS POUR LA PATRIE »
Bruxelles, Charleroi et Lille sont les seules villes au monde à posséder une statue en l’honneur des pigeons soldats.
A Bruxelles, le « pigeon-soldat », du sculpteur Victor Voets, est prêt à aller porter un message que lui confie la Patrie reconnaissante.
La statue fut inaugurée en mars 1931. Elle se situe Square des Blindés.

Bruxelles - Place des martyrs

 

 

Monument aux Martyrs de la révolution de 1830, place Saint-Michel.
Les citoyens morts au champ d’honneur lors du soulèvement ayant abouti à l’indépendance de la Belgique ont été inhumés ici, place Saint-Michel.  Le monument commémoratif qui leur est dédié, oe?uvre du sculpteur Guillaume Geefs et de l’?architecte Louis Roelandt, a été inauguré le 24 septembre 1838.
Il est constitué d?une crypte avec galerie souterraine, qui abrite vingt-sept plaques en marbre noir reprenant les noms des héros morts au champ d?’honneur.
En son centre, se dresse un piédestal en pierre bleue sur lequel sont placés des sculptures et des bas-reliefs en marbre blanc de Carrare.
Les quatre bas-reliefs représentent les épisodes majeurs des combats de 1830.
1. Les patriotes prêtant serment sur le drapeau de vaincre ou de mourir pour l’indépendance; dans le fond se profile l’Hôtel de Ville.
2. Les volontaires s’élançant à l’assaut du Parc.
3. La bénédiction des tombeaux par le doyen de Sainte-Gudule, le 4 octobre 1830.
4. La Belgique couronnant ses vaillants défenseurs
Les quatre anges placés aux encoignures évoquent le Combat, la Victoire, le Martyr et la Mise au Tombeau, ainsi que l?’Espoir et le Recueillement.
Au sommet du piédestal, une jeune femme personnifie la liberté. A ses pieds, le lion belge étale les chaînes brisées de l’?esclavage.

Bruxelles - Madame Chapeau

 

La statue de Madame Chapeau se trouve au croisement de la rue du Midi et de la rue des Moineaux
Madame Chapeau est l’un des personnages haut en couleurs d’une comédie de 1938 de Paul van Stalle et Joris d’Hanswijck, jouée au théâtre Bossemans et Copenolle.
Le rôle est tenu par un homme travesti et met en scène les petits bourgeois du vieux Bruxelles.
L’acteur explique d’où vient ce nom étrange : « Je ne m’appelle pas Madame Chapeau, ça est les crapuleux de ma strotje (ruelle en brusseleir) qui m’ont appelée comme ça parce que je suis trop distinguée pour sortir en cheveux ! »
Petit détail truculent de l’oeuvre : la « dame » compte ses sous sans crainte des pickpockets, fréquents à cet endroit et les nargue avec son portefeuille inaccessible !
Madame Chapeau est officiellement reconnue comme faisant partie du patrimoine bruxellois.

Bruxelles - Place Albertine

 

 

 

Statue équestre d’Albert I au bas du Mont des Arts : Il fut le troisième roi des Belges à partir du 23 décembre 1909, à la mort de son oncle Léopold II. A partir de la première guerre mondiale, on le surnomma « le roi chevalier » et c’est ainsi que l’a représenté le sculpteur A. Courtens : son casque à la main, chevauchant fièrement sa monture.
La statue équestre, en bronze, est montée sur un socle extrêmement simple : seul le nom d’Albert surmonté d’une modeste couronne y est gravé.

En face s’élève une statue de son épouse, la reine Elisabeth, surnommée la « Reine infirmière » pendant la guerre 14-18

Bruxelles - Place Royale Saint-Jacques sur Coudenberg

 

La Place Royale fut construite au XVIIIe siècle, de 1774 à 1780, sous Charles de Lorraine sur les ruines  du Palais de Coudenberg, dévasté par un incendie en février 1731 : c’est une architecture très classique et d’une belle élégance qui a été choisie pour symboliser ce lieu de pouvoir, se démarquant ainsi de la ville basse dédiée au commerce.
Tous les bâtiments  sont identiques, à l’exception de l’église Saint-Jacques-sur-Coudenberg .  Quelques-uns des principaux musées de la ville se sont établis là : le musée des Beaux Arts, des instruments de musique, le musée-palais de Charles de Lorraine, et le musée de la Dynastie.
Lors de la création de la place, c’est une statue de Charles de Lorraine qui occupait les lieux. En 1794, les révolutionnaires français la fire fondre, pour en faire de la monnaie et plantèrent à la place  l’Arbre de la Liberté .
Depuis 1848, c’est la statue de Godefroy de Bouillon qui trône au centre de la place.
Pourquoi avoir choisi Godrefroy de Bouillon ? Cliquez ici pour avoir la réponse !

 

Bruxelles - A l'infanterie Belge

 

Une colonne massive se dresse au fond de la place Poelaert : elle a été érigée à l’initiative d’un groupe d’anciens combattants, à la gloire des soldats de l’infanterie belge tombés pendant la guerre 1914-1918.

Le monument devint, après la Deuxième Guerre mondiale, le monument à la gloire de l’infanterie belge des deux guerres mondiales.
Inaugurée en 1935, au cours d’une grandiose cérémonie présidée par le roi Léopold III, l’oeuvre fut durement critiquée.
La colonne centrale est ornée de nombreux personnages sculptés. Il s’agit d’un groupe en bronze formé par une Victoire entourée de fantassins.
En son centre se trouverait une crypte abritant un tombeau.

Bruxelles - victimes du 1er navire école

 

 

Monument au premier navire-école « Compte de Smet de Naeyer »
Le voilier-école belge Comte de Smet de Naeyer I sombra le 19 avril 1906 dans le nord du golfe de Gascogne après six jours de mer. Cc’était son deuxième voyage au départ de Flessingue. Une voie d’eau mystérieuse fut décelée mais l’équipage n’en découvrit pas l’origine.
Le commandant Fourcault et les officiers mirent tout en œuvre pour sauver le navire, en vain. Le matin du 19 avril 1906, le commandant annonça à l’équipage épuisé par une nuit de lutte  que le navire sombrait. Les chaloupes furent mises à l’eau, mais dans la précipitation, elles chavirèrent l’une après l’autre.  Un seul le canot de sauvetage pu déborder avec 22 hommes à bord pour recueillir ensuite un matelot et un cadet. Et, au moment de s’écarter du navire, les hommes du canot aperçurent deux têtes d’hommes à la surface de la mer. C’était les 1er et 2e lieutenants qui furent ainsi, in-extremis, les deux seuls rescapés de l’Etat-Major du navire-école.
Le sculpteur Charles Samuel a représenté une jeune mère tentant de retenir son fils attiré vers le large. Au pied du monument, une vague menaçante charrie des éléments du navire.  Le monument a été mis en place le 12 juillet 1912. Il se dresse dans le square de la place Jean-Jacobs, juste au bord du boulevard de Waterloo, vers lequel il présente sa face principale.

Bruxelles - Place d'Espagne

 

La statue de Don Quichotte et de son valet Sancho Panza, trône sur la place d’Espagne. Inaugurée en 1989, c’est la réplique exacte de celle de Madrid, installée aussi sur la place d’Espagne ( l’un des endroits les plus prestigieux de la capitale espagnole). Mais à Madrid, cette statue fait partie d’un groupe bien plus complexe qui rend hommage à toute la littérature hispanophone.
L’oeuvre est signé Lorenzo Coullaut Valera. C’est un cadeau offert par la ville de Madrid à la ville de Bruxelles, hélas sans rapport avec la comédie musicale composée et interprétée par Jacques Brel.

 

Retour à Bruxelles

1 Commentaire

  1. pierrot, ermite des routes du Canada

    Bravo à horizon-nomade, pour cette visite du centre historique de Bruxelles:)))

    D’un ermite des routes du Canada qui s’apprête à vagabonder la Belgique cet été:)))

    (( chanson écrite dans la forêt du Labrador au Québec))

    NOUS FÛMES NOMADES CASSANDRE

    nous fumes nomades Cassandre
    nous fumes nomades Cassandre

    hier j’ai dormi
    dans la forêt du labrador
    j’ai fais un feu
    mais j’avais froid
    sans toi dehors

    nous fumes nomades Cassandre
    Nous fumes nomades Cassandre

    hier on m’avait
    donne deux sandwichs au poulet
    j’aurais aimé les partager
    tu me manquais

    REFRAIN

    tes 19 ans Cassandre

    c’etait la vie
    avant l’barrage de Manic 5

    c’etait l’mont Wright Cassandre
    avant l’enfer
    d’la mine de fer
    en plein hiver

    c’était surtout
    la jeune femelle caribou
    et le vieux mâle encore debout

    c’etait surtout
    la jeune femelle caribou
    et le vieux mâle
    vagabond fou

    COUPLET 2

    vieux mâle au doux regard
    celui d’monsieur Bernard

    qui s’est battu
    pour sauver son chalet du feu
    avec son fils
    4 nuits sans fermer les yeux

    c’est fascinant à voir
    un bout d’forêt toute noire

    y a des souvenirs de jeune femme
    qui s’enflamment au fond de soi
    se consumant tout comme
    un ancien feu de joie

    COUPLET 3

    debout je marche la vie
    debout je prie la vie

    pour que la riviêre de tes rêves
    soit aussi belle
    que la petite Manicouagan

    devant laquelle j’écris
    la tendresse de mes cris

    parce qu’une nuit
    t’as pris l’bateau
    qui t’a conduite
    de Bécomo à Rimouski

    Pierrot
    vagabond céleste

    Pierrot est l’auteur de l’Île de l’éternité de l’instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l’un des tous premiers
    chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs…

    http://www.reveursequitables.com

    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com

    http://www.demers.qc.ca
    chansons de pierrot
    paroles et musique
    nous fûmes nomades Cassandre

    le vagabond celeste
    youtube, simon gauthier conteur

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *