Centre historique de Bruxelles : les fontaines

retour

Toutes les fontaines décrites sont répertoriées sur la carte en fin de page

Bruxelles - Manneken Pis
Impossible de parler fontaines à Bruxelles sans évoquer la plus célèbre d’entre elles :
le Manneken-Pis
Situé à l’angle de la rue du Chêne et de la rue de l’Etuve, cette petite statuette de 30cm de haut d’un petit garçon en train d’uriner dans un bassin est à Bruxelles ce que la fontaine de Trevi est à Rome : incontournable !
Bruxelles - Manneken Pis
L’original en bronze de Jérôme Duquesnoy l’Ancien sera placée là en 1619 : la fontaine approvisionnait le quartier en eau potable. La population se prendra d’affection pour ce petit bonhomme dont le geste naturel s’accompagne d’une grâce charmante, symbolisant la goguenardise et le verdeur brabançonnes.
En 1770, le petite statuette aura droit à une niche ornementée en pierre.
Plusieurs fois volée et restituée, la précieuse statuette sera détruite par un ancien forçat en 1817 ; dès l’année suivante, une réplique sera replacée dans sa niche : c’est donc une copie qui attire les foules aujourd’hui.
En 1698, le gouverneur Maximilien-Emmanuel lui offrira son premier costume. Ce sera le début d’une tradition qui persiste à ce jour : les personnalités en visite à Bruxelles offrent au petit homme des versions miniatures de leurs costumes nationaux, ou d’autres accessoires représentatifs comme le canotier que lui a laissé Maurice Chevalier ! Sa riche garde-robe occupe toute une salle du Musée de la Ville (Maison du Rooi sur la Grand Place)

Tout le monde connait le Manneken-Pis mais qui connait Jeanneke-Pis ?
Bruxelles - Jeanneke Pis
Cette fontaine a été érigée en l’honneur de la fidélité aux no 10 et 12 de l’impasse de la Fidélité. Elle a été réalisée par Denis Adrien Debouverie en 1985 à la demande d’un habitant Bruxellois très attaché à ce quartier. Elle a été inaugurée en 1987.
Une ancienne coutume, connue de tous, veut que l’on jette une pièce de monnaie dans la vasque des fontaines pour obtenir une faveur : ce que vous jetterez dans la fontaine de Jeanneke-Pis doit réfléter la tendresse et l’admiration que vous portez à l’être que vous aimez, alors ne soyez pas pingres …
Le plus souvent, la petite statue est cachée derrière ses grilles et il est très malaisé d’avoir une vue d’ensemble : allez sur son site officiel pour la voir sous toutes les coutures !

Bruxelles - Zinneke Pis

 

 

Moins pudique, Zinneke-Pis se laisse approcher sans chichi au croisement de la Rue des Chartreux et de la Rue du Vieux Marché aux grains.

D’un réalisme stupéfiant avec sa patte antérieure levée, il incarne l’esprit irrévérencieux de Bruxelles. Il date de 1998.
Un zinneke, c’est un corniaud et celui-ci a été imaginé par le sculpteur flamand Tom Frantzen.

Bruxelles - fonfaine Charles Buls
Tout près des Galeries Royales, rue du Marché aux Herbes, une fontaine rend hommage à un homme, livre à la main, qui se repose sur le bord d’une fontaine tandis qu’un chien joue à mordiller sa manchette gauche. Cet homme, c’est Charles Buls, fils d’un orfèvre établi dans cette rue, auquel il était destiné à succéder ; il reçoit une éducation artistique, ce qui l’amène à voyager. Il s’impliquera dans la vie politique : il sera bourgmestre de la Ville de Bruxelles de 1881 à 1899.
On lui doit la préservation d’une bonne partie du patrimoine historique du centre de Bruxelles, dont la Grand-Place, comme le soulignent les sculptures de l’hôtel de ville et de la porte de Hal sur la frise de la fontaine.
La frise évoque aussi quelques étapes de ses voyages, en Italie et en Grèce.
Le bassin date de 1981, tandis que les sculptures, exécutées par H.Lenaerts, datent de 1987.

Bruxelles - Le Cracheur

 

Le Cracheur est une des plus anciennes fontaines bruxelloises : elle figure dès le 14ème siècle dans les archives de la ville sous le nom de « fontaine bleue ». Située au coin de la rue des Pierres et de la rue Marché au Charbon, elle représente un homme, accoudé au dessus d’une grande vasque cannelée, crachant un filet d’eau.
Une légende associe cette fontaine à la fontaine des trois pucelles qui se trouvait près de l’église Saint-Nicolas. Les jours de kermesse, au lieu d’eau, elles faisaient couler du vin de leurs seins. Un jour, un matelot eut l’impudence de boire à même la poitrine d’une des pucelles. Mal lui en prit ! Il mourut ivre le jour même au coin de la rue des Pierres. Ses parents, de riches bourgeois, firent ériger, à l’endroit où leur fils avait perdu la vie, ce cracheur d’eau au titre de monument expiatoire de leur malheur (Léon van Neck dans son « vieux Bruxelles illustré »).

Bruxelles - L'Homme de l'Atlantide
L’Homme de l’Atlantide de Luk Van Soom a été inauguré avenue de la Toison d’or à Bruxelles en 2003. Un travail fort discuté. Mais la Commission des Arts dans les Infrastructures de Déplacement (CAID), une commission qui donne son avis sur tous les projets artistiques sur la voirie régionale bruxelloise, estime que la sculpture donne une idée d’irréalité, de puissance aussi en face du Hilton où elle a été placée. Selon la présidente de l’époque, « elle introduit une notion de rêve qui dérange. Dans une ville sans repères, elle devient un lieu où les gens pourront se dire: rendez-vous à l’Homme de l’Atlantide »
Normalement, il crache de l’eau par son sac à dos, ce qui n’était malheureusement pas le cas le jour où nous avons fait sa connaissance.
«Je suis toujours inspiré par la mythologie, explique son auteur, je n’ai pas changé de style pour ce lieu-ci. Mais cela m’intéresse aussi d’imaginer que dans la capitale de l’Europe, cet homme surgit de l’eau comme un ambassadeur de plus, venu d’un autre continent.»

Bruxelles - fontaine de Minerve au Grand Sablon
La fontaine de Minerve a été érigée sur la place du Grand Sablon en 1751 grâce à un don testamentaire de lord Thomas Bruce, 2e comte d’Aylesbury, en remerciement à la ville pour l’hospitalité qu’il y avait reçue lors de son exil.
Les deux faces principales du socle sont ornées des armoiries de Thomas Bruce avec sa devise « Fuimus » (nous fûmes) allusion au lignage royal d’Ecosse dont il se prétendait aussi. À leur base deux cracheurs déversent chacun l’eau dans une vasque soutenue par des escaliers de pierre bleue.
Le socle est surmonté d’un groupe en marbre blanc de Gênes sculpté par Jacques Bergé (1693-1756). Il représente la déesse Minerve assise tenant un médaillon avec les portraits de l’impératrice Marie-Thérèse et François de Lorraine. À ses côtés se tiennent deux putti : l’un d’eux sonne de la trompette, symbole de renommée tandis que l’autre est accoudé sur une urne d’où s’échappe de l’eau, symbolisant l’Escaut.

Bruxelles - Fontaine Anspach
La Fontaine Anspach se trouvait à l’origine au centre de la Place de Brouckère, où elle fut inaugurée en 1897. Elle se trouvait alors précisément dans l’axe du Boulevard Anspach. Démantelée en 1973 en raison des travaux du métro vers le Quai aux Briques, elle a été réédifiée en partie à son emplacement actuel (Quai aux Briques) en 1981. Ce monument rend hommage à Jules Anspach, bourgmestre de Bruxelles de 1864 à 1879, promoteur des grands travaux de transformation du bas de la ville.
Elle a été dessinée par l’architecte Emile Janlet (1894), décorée par les statuaires G. Devresse et J. Dillens, la décoration ornementale étant de M. Houtsant.
L’obélisque en granit de Suède est surmonté d’une statue de Saint-Michel en bronze doré (œuvre du sculpteur Pierre Braecke). Il porte quatre écussons qui symbolisent les serments des escrimeurs, des arbalétriers, des archers et des arquebusiers. Le médaillon de Jules Anspach est de marbre blanc et est surmonté d’un coq, emblème de la vigilance. Une femme assise représente la magistrature communale. Elle tend, dans une main, un gouvernail et de l’autre serre un serpent, symbole de la prudence
La senne envoûtée est figurée par une nymphe accroupie sous une voûte, œuvre de Paul Devigne.

xelles - Fillette à la Coquille

 

Dans la Parc de Bruxelles, une petite fontaine abreuvoir a été érigée en 1891 pour permettre aux enfants qui jouent dans le parc de se désaltérer. Le bronze qui orne la fontaine, La Fillette à la Coquille, a été sculptée en 1898 par A. De Tombay, et placée en 1901 au sommet d’une élégante et svelte colonnette ; le long de la colonnette, des attaches de bronze rappellent que des gobelets, disparus aujourd’hui, avaient été mis à disposition.

Bruxelles - Fontaine "les aveugles"
Bruxelles - Fontaine "La Moisson"
Durant des siècles, BRUXELLES, fut une ville remarquable par le nombre de fontaines publiques, monuments petits ou grands qui peuplaient ses rues et places.

Le vaste projet de rénovation urbaine lancé par la ville de Bruxelles au début des années 1980 a permis le placement de plusieurs petites FONTAINES-ABREUVOIRS approximativement à leur emplacement du XIXe siècle. Ces fontaines-abreuvoirs ont été réalisées sur la base des anciennes fontaines Wallace qui peuplaient jadis les rues de Bruxelles à savoir la grande vasque pour désaltérer hommes et chevaux, la petite vasque du bas pour les chiens et les oiseaux.
Le thème général des décors s’inspire des scènes de la vie populaire telles qu’en a illustré Bruegel.

 

Bruxelles - Fontaine "Carnaval" détail
Chaque sujet qui surmonte la colonne cannelée posée au centre de la grande vasque est un bronze à cire perdue. Ils ont été sculptés par Jos de Decker et par Roig.

Les fontaines-abreuvoirs peuvent être admirées :

Oeuvres de Jos de Decker
La moisson – Vieille Halle aux Blés à Bruxelles
La cuisine grasse – Nouveau Marché aux grains à Bruxelles
Carnaval – rue de Rollebeek à Bruxelles
La danse – Place du Jardin aux fleurs à Bruxelles
Le joueur de Cornemuse – rue du Grand Hospice à Bruxelles
La balançoire – Place de Brouckère à Bruxelles
Les aveugles – Rue au Beurre

Bruxelles - Fontaine "Saute-Mouton"
Oeuvres de Jean Roig
Les commères à la fontaine – rue des renards à Bruxelles
La galanterie – Place du Vieux Marché aux Grains à Bruxelles
Saute-mouton – Place de Brouckère à Bruxelles
Le singe – rue Haute à Bruxelles
Bascule sur un tonneau – Place Albert à Forest

elles - Rigoletto place du Vieux Marché aux Grains

 

Et pour finir la série des fontaines, voici la plus discrète, elle s’appelle « Rigoletto » :

c’est un chenal de 25 mètres de long, en pierre bleue, aménagé sur la place du Vieux Vieux Marché aux Grains.

Elle rappelle la Senne, la rivière enfouie sous la ville au XIXe siècle.

En effet, si Paris a la Seine, Bruxelles a la Senne (ce que bien des gens ignorent) ! La différence majeure est que Paris a fait un atout de charme de sa rivière tandis que Bruxelles a caché la sienne, qui passe en souterrain sous le centre ancien de la ville.

retour

Retour à Bruxelles

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *