L’artisanat sur corne

L’artisanat sur corne

retour

 

A 15km au sud de Maisod, à Jeurre, vous pourrez voir travailler un artisan passionné par son métier : le travail artistique de la corne.
Michel Muyard reçoit ses visiteurs dans l’atelier créé en 1938 par son grand-père, puis repris par son père et où lui-même a déjà passé tant d’années.

Ce travail traditionnel, qui exige un savoir-faire acquis au fil de nombreuses années passées sur le tour, devant l’établi, tend à disparaître : plusieurs dizaines d’artisans travaillaient la corne dans les années 1930 mais ils ne sont plus que trois aujourd’hui.

 

 

Michel Muyard : matière première

 

En guise d’introduction, il nous fait découvrir sa matière première : des cornes de boeuf, de bélier, de bouc, de buffle, de zébu ou de cerf, certaines provenant des 4 coins du monde, vont prendre la forme que souhaite leur imprimer la main de l’artisan. Pièce par pièce, la matière première deviendra bijoux fantaisie, broches, luminaires, objets utilitaires ou décoratifs, comme nous pouvons les admirer d’ores et déjà dans son magasin.

 

 

Michel Muyard dans son atelier

 

Quand nous pénétrons dans son atelier, nous avons l’impression que le temps s’est figé : ici, rien ne semble avoir bougé depuis des lustres.

Monsieur Muyard nous dit d’un air amusé que l’atelier renferme sûrement encore de la poussière qui date du temps de son père !

 

 

 

Il va nous montrer les différentes étapes nécessaires à la réalisation d’un objet

Michel Muyard dans son atelier

Il commence par travailler une pointe (l’extrémité de la corne, qui est une partie pleine). La première opération va consister à écroûter la corne, pour venir travailler dans la matière noble. Cette opération est réalisée à l’aide d’une meule ou d’une toile émeri à gros grains sur un tampon.

Puis,à l’aide d’un tampon équipé d’un grain plus fin, il va polir les traces d’usinage de l’opération précédente : à ce stade de la fabrication, la corne est le reflet de la robe de la bête qui l’a portée. Ainsi une Charolaise aura une corne blanche, tandis qu’une Montbéliarde (blanche et brune, donc), donnera des cornes veinées de blanc et d’acajou. Si l’on recherche une corne blanche et noire, c’est vers une Normande que l’artisan se tournera.

 

Michel Muyard dans son atelier

 

Le ponçage de la corne se fera sur un tour à polir muni d’un assemblage de disques en cretonne tournant à vive allure. Pour cela, l’artisan applique sur la corne à poncer une sorte de pâte composée de pierre ponce réduite en poudre et malaxée avec de l’huile. Puis avec une incroyable dextérité, il fait aller et venir cette corne sur le rouleau jusqu’à ce que la surface soit lisse et régulière.

 

 

Michel Muyard dans son atelier

 

 

Enfin, après avoir appliqué une ultime matière abrasive, l’artisan passe la corne sous un rouleau de disques de flanelle : son incroyable tour de main, acquis grâce à des années de pratique, va peu à peu conférer à l’objet un brillant éclatant et une douceur incroyable.

 

 

Michel Muyard : des poissons

 

Voilà ce que peut devenir une extrémité de corne travaillée par Monsieur Muyard, qui  se laisse guider par la matière première pour façonner l’objet final.

Vous trouverez de nombreux poissons dans sa boutique, mais chacun sera différent, même élaboré à partir d’une corne similaire, et vous aurez bien du mal à choisir celui qui vous plaira le plus : croyez-en notre expérience !

 

 

 

Michel Muyard dans son atelier

 

La partie creuse de la corne sera travaillée différemment : elle sera préalablement chauffée pour pouvoir être déroulée et aplatie. Les plaques obtenues seront parfois moulées à chaud dans des presses pour obtenir des chausse-pieds ou des couverts à salade, par exemple.
Mais souvent, ces plaques seront utilisées pour confectionner des bijoux, des broches, …
Monsieur Muyard va réaliser devant nous la finition d’un cygne qu’il a précédemment ébauché en le découpant à l’aide d’une sorte de scie sauteuse. Un petit tour à très grande vitesse va lui permettre d’entraîner des outils minuscules, des fraises de quelques millimètres de diamètre, des micro-forets de quelques dixièmes de millimètre.

 

Michel Muyard : petits objets

 

 

Voilà quelques unes des réalisations de l’artisan, faites à partir de plaques de cornes.

 

 

 

Et pour finir, regardez ce petit reportage réalisé dans l’atelier de Monsieur Muyard : il reprend tout ce qui vient d’être dit !

retour

6 Commentaires

  1. Lo

    Bonsoir, un ami m’a ramené de Madagascar un bracelet en corne de zebu. Le problème est qu’il est trop grand ! C’est un bracelet qui est ouvert pour l’enfiler. Est il possible de le rétrécir pour qu’il soit plus petit. J’ai pensé a le chauffer pour le faire ramollir et du coup le resserrer. Est ce possible ? ou y a t’il une autre solution ? Vers qui je peux me diriger ?
    Merci de m’aider.
    Cdt
    Lo

    Réponse
  2. Giffard bouvier

    Bonjour . Je suis artisane d’art en france et je recherche des bracelets en corne ronds fermés et issus de l’artisanat français.
    De 3,5 à 4 cm de large
    Diamètre intérieur de 6,5 et 7 .
    En épaisseur au moins 3mm.

    Est ce que vous en fabriquez
    Merci de votre reponse

    Réponse
    • Marie-Paule

      Bonjour,

      Nous ne fabriquons rien : nous sommes simplement des voyageurs qui partageons nos découvertes avec nos lecteurs.
      Vous pouvez joindre Michel Muyard, l’artisan que nous présentons dans cet article, via son mail (muyardmichel@gmail.com) ou par téléphone au 03.84.42.41.93.
      Je suis à peu près certaine qu’il saura répondre à votre attente car il travaille aussi à la demande.

      Cordiales salutations,

      Marie-Paule

      Réponse
  3. chauvin

    Bonjour,

    Je possède un jeu d’échec entièrement réalisé en corne de buffle mais, avec le temps le cadre s’est déformé et tout le montage est à reprendre après redressement.
    C’est une pièce probablement fabriquée par le vieil homme à qui je l’ai acheté à Nam-Dinh (Tonkin) en 1951.
    Les dimensions du cadre X 2 sont de 33X17 cm car les deux moitiés refermées sur elle même permettent d’y loger les pions et figurines également tournées en corne de buffle. Puis je avoir votre N° de téléphone ?
    Merci. Le mien est le 0615047883.

    Réponse
  4. chauvin

    Bonjour,

    Je possède un jeu d’échec entièrement réalisé en corne de buffle mais, avec le temps le cadre s’est déformé et tout le montage est à reprendre après redressement.
    C’est une pièce probablement fabriquée par le vieil homme à qui je l’ai acheté à Nam-Dinh (Tonkin) en 1951.
    Les dimensions du cadre X 2 sont de 33X17 cm car les deux moitiés refermées sur elle même permettent d’y loger les pions et figurines également tournées en corne de buffle. Puis je avoir votre N° de téléphone ?
    Merci.

    Réponse
    • Marie-Paule

      Bonjour,

      Il faudrait contacter Monsieur Muyard lui-même : vous trouverez ses coordonnées sur http://www.franche-comte.org/offre/fiche/tourneur-sur-corne-m-muyard/350000091
      (vous pouvez aussi faire une recherche avec les mots-clés « Michel Muyard Jeurre »)

      L’article que nous avons écrit ne nous confère aucune compétence en la matière et nous serions bien en peine de vous dire si votre jeu d’échec peut être restauré. Notre N° de téléphone ne vous serait donc d’aucune utilité.

      Cordiales salutations,

      Marie-Paule

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *